JO 2024: Les Hyérois ont le pied marin !

Dans le sillage de Paris, la commune a déposé sa candidature pour accueillir les épreuves nautiques des Jeux. Sur le pont 24 h sur 24, elle rendra, le 23 juin, un dossier qui tient la mer…

La ville de Hyères, soutenue par les sportifs varois, a la ferme intention d'aller au bout du rêve. (Photo F. M.)Capture

La ville de Hyères, soutenue par les sportifs varois, a la ferme intention d’aller au bout du rêve. (Photo F. M.)

JEUX OLYMPIQUES 2024

Le mouvement de soutien est lancé. Et bien lancé ! Au moins à trente noeuds. Autant à bâbord qu’à tribord du Var…

Candidate déclarée à l’organisation des épreuves nautiques des Jeux Olympiques 2024, Hyères a sorti la grand-voile !
Dans le sillage de Paris, challenger depuis le 13 avril dernier, la commune n’a pas perdu une seconde afin de mobiliser l’ensemble des acteurs à même de lui permettre d’arriver à bon port…
Chef de file désigné – par la municipalité – de cette grande odyssée, le Coych a hérité du copieux et insubmersible cahier des charges…
Rude concurrence
Ce document, établi par l’association « Ambition olympique » – placée sous l’égide du CNOSF – n’est toutefois pas de nature à effrayer les corsaires hyérois, rompus aux rudes joutes maritimes…
Idem pour les cinq villes rivales, pourtant bien armées, que sont La Rochelle, Brest, Lorient, Le Havre et Marseille. Des épouvantails ? Pas pour les Hyérois !
« Il y a de la concurrence. Mais nous possédons de solides arguments », avance Régis Bérenguier. Un capitaine sur le pont 24 heures sur 24 afin de rendre une copie sans tache d’huile le 23 juin prochain. Aux côtés de ses poissons pilotes, Virginie Negri, Nathalie Peberel, Christophe Barrué et Denis Infante, le vieux loup de mer possède plus d’un tour dans son sac et des fruits de mer dans l’épuisette…
À l’écouter, nul doute que Hyères sera d’abord dans la présélection (décision le 25 juin). Puis en haut du mât d’artimon début juillet !
Fédérateur, le projet olympique prend donc forme. Sur le terrain, avec notamment la mobilisation sans faille des clubs nautiques varois, mais aussi du RCT, du Toulon/ Saint-Cyr Var handball, du HTV basket… Sur le papier enfin, avec un inventaire naturel aussi poétique que celui de Prévert.
« À commencer par notre rade incomparable, précise l’expert Bérenguier. Sur les cinq zones de course, trois seraient proches de la côte. » Si proches que les spectateurs, confortablement installés dans des tribunes plage de l’Ayguade, n’en perdraient pas un embrun…
Mais la force de cette candidature ne se limite pas à ce plan d’eau exceptionnel où le vent, début août – date des épreuves – est omniprésent.
Elle est, en effet, économiquement viable. Nul besoin d’investissements colossaux, trop souvent jetés par les hublots une fois les JO épuisés.
Déjà les équipements
« De nombreux équipements existent déjà, poursuit Régis. Je pense au village olympique susceptible d’être implanté dans le Village vacances de Costebelle, où l’engouement a été immédiat. »
Le « Live site » aussi serait installé à l’hippodrome, à proximité des régates. La société hippique a donné son accord.
La Marina sera le bassin Est du port St-Pierre et l’actuel bassin dériveur. La base nautique actuelle sera rénovée et normalisée. L’Espace nautique optimisé et utilisé par le CIO.
Enfin, une nouvelle base nautique sera érigée à l’emplacement de la zone technique actuelle et sa construction sera financée par des aides d’État et des collectivités.
21709568
Enfin, l’île de Porquerolles sera associée aux bases d’entraînement accessibles aux équipes nationales dès 2020.
Bref, Hyères – avec également son aéroport et sa gare TGV à deux pas du site olympique – tient bon la corde. Reste à espérer que la décision finale de la commission sera aussi limpide que les eaux varoises…Tous droits réservés Var-Matin du diamche 14 juin 2015 page 15, par Raphaël Coiffier

Les écoles municipales des sports se mobilisent pour les JO 2024

Deux cents enfants des écoles municipales des sports ont prise la pose pour soutenir la candidature hyéroise. (Photo R. Q.)

Deux cents enfants des écoles municipales des sports ont prise la pose pour soutenir la candidature hyéroise. (Photo R. Q.)

Les 22 écoles municipales des sports se mobilisent ! Réunies hier après-midi sur la plage de L’Ayguade, les enfants ont affirmé leur soutien à la candidature d’Hyères pour l’organisation des épreuves de voile lors des Jeux olympiques de 2024 aux côtés de Paris, si la capitale française, en course, est choisie.

Un après-midi sportif, où plus de 200 enfants ont pu pratiquer des activités aquatiques, nautiques et terrestres, mais aussi du cerf-volant, du football, ou encore de la pétanque, encadrés par des éducateurs diplômés de la ville. Puis les petits sportifs se sont placés autour du député-maire Jean-Pierre Giran et de gigantesques banderoles, pour se joindre à la ferveur populaire et défendre « leur » plan d’eau.

Tous droits réservés Var-Matin du jeudi 11 juin 2015 par R. Q.

Le RCT pousse derrière la candidature d’Hyères aux JO

(Photo Frank Muller)

(Photo Frank Muller)

Avant de grimper dans l’avion et de se diriger vers leur demi-finale bordelaise, ce soir face au Stade Français, les joueurs du RCT, le staff, emmené par l’entraîneur Bernard Laporte et le président Mourad Boudjellal, mais aussi le maire de Toulon Hubert Falco, ont officiellement soutenu la candidature de la ville d’Hyères à l’accueil des épreuves de voile aux Jeux Olympiques de 2 024 aux côtés de Paris. Dans le cas, évidemment, où la capitale française, en course pour l’organisation des JO, est désignée par le Comité international.

Sur le tarmac de l’aéroport hyérois, d’où ils ont décollé, les champions toulonnais ont ainsi pris la pose derrière une grande banderole, autour du député-maire d’Hyères Jean-Pierre Giran. « Je suis venu leur souhaiter bonne chance pour demain, et eux nous souhaitent bonne chance pour les JO », a-t-il souri, avant de saluer la réactivité du club : « On les a contactés lundi, et ils ont dit oui tout de suite. D’ailleurs, il faut souligner que le RCT est disponible en permanence pour appuyer et valoriser les initiatives dans le Var. »

À quelques jours de rendre le dossier aux instances nationales, qui devront ensuite choisir entre les six villes en lice (Hyères est en concurrence avec Marseille, La Rochelle, Le Havre, Brest et Lorient), voilà une nouvelle marque de soutien de prestige. Et non négligeable !

F. R. Tous droits réservés Var-Matin du 5 juin 2015

Le conseil municipal dit banco pour les JO !

Avec le soutien de l’agglo TPM, Hyères est donc officiellement candidate à l’organisation des épreuves olympiques et paralympiques de voile en 2024 (Paris est candidate pour être ville hôte de Jeux). Vendredi 22 mai 2015, le conseil municipal a adopté à l’unanimité la délibération.

Le plan d'eau hyérois sera-t-il promu site de voile olympique et paralympique ? Le conseil municipal (opposition, sur la photo à gauche, et majorité, à droite) veut s'en donner les moyens en adoptant une délibération qui valide la candidature de la ville. (Photos L. Martinat)

Le plan d’eau hyérois sera-t-il promu site de voile olympique et paralympique ? Le conseil municipal (opposition, sur la photo à gauche, et majorité, à droite) veut s’en donner les moyens en adoptant une délibération qui valide la candidature de la ville. (Photos L. Martinat)

« Les choses se présentent positivement et la candidature est bien engagée, semble-t-il », a précisé Jean-Pierre Giran, qui s’est élevé contre « des interprétations à la limite du supportable. Nous aurions manipulé 2 700 jeunes pour promouvoir notre participation aux JO… Mais de qui se moque-t-on ? », a fustigé le député maire.« J’aimerais que les écoles d’Hyères s’engagent dans cet espoir positif, pas pour Jean-Pierre Giran, mais pour Hyères ».

« La sobriété est notre atout »

Dans les rangs de la gauche, Brigitte Del Pérugia (EELV), qui s’est abstenue sur la délibération, a souhaité « porter la parole de tous les citoyens qui sont dubitatifs, parce qu’elle ne leur a pas été donnée, le temps du débat n’ayant pu être pris ». Pour l’élue écologiste, « la face cachée des Jeux fait que, bien souvent, le choix de candidater relève plus d’une partie de poker que d’une gouvernance responsable ».

Elle a pointé « la surenchère organisée par le comité international olympique, qui peut amener les villes candidates à des projets mégalomanes. Ne serviront-ils pas de prétexte à l’agrandissement du port et au développement d’hôtels de luxe ? », a demandé Brigitte Del Pérugia, réclamant « des éclaircissements sur la marina olympique que les athlètes pourront rejoindre à pied en sortant de l’aéroport », et s’inquiétant « des frais et des coûts publics très importants. Pour quelles retombées économiques ? ».

A contrario, le conseiller PS William Seemuller a fait part de son enthousiasme : « La ville a des atouts et doit gagner cette compétition qui renforcerait son attractivité en terme d’économie, d’emplois… Ne lésinons pas sur les moyens ». Pour rassurer sa collègue, il a évoqué le rôle du parc national et « les arguments en terme de développement durable ».

Le groupe mené par Jacques Politi s’est dit « très favorable ». Le FN l’est aussi. Même si les interrogations de Patrick Collet « rejoignent celles des Verts ».

Une marina… pour les bateaux des JO

Jean-Pierre Giran l’assure : « Il n’y aura pas d’extension du port, cela est indépendant des JO. Vous dites hôtels de luxe ? Il va bien sûr y avoir de l’essor, des investissements… mais aucun hôtel de luxe ne figure dans notre candidature. Nous fonctionnerons sur l’existant. C’est l’un de nos atouts : nous avons des villages de vacances exceptionnels. La marina olympique, c’est le terme du comité pour désigner le lieu où seront les bateaux. Nous avons renoncé à un cabinet privé pour faire des économies, des personnes expérimentées se sont jointes à nous. Notre candidature est basée sur la sobriété, c’est une demande forte. Et si en 2024 nous n’avons pas avancé sur l’organisation Grand site, c’est que c’est désespéré… ».

Tous droits réservés Var-Matin du 25 mai 2015