JO 2024 : un coût mesuré, des projets conservés

Malgré la déception de pas avoir été retenue comme site de voile de la candidature française des JO 2024, la Ville d’Hyères entend mener à bien deux projets qui figuraient dans son dossier

La Ville souhaite réhabiliter la voie ferrée qui relie la gare d'Hyères à celle de la plage. (Photo Valérie Le Parc)

La Ville souhaite réhabiliter la voie ferrée qui relie la gare d’Hyères à celle de la plage. (Photo Valérie Le Parc)

Quarante-huit heures après la désignation de Marseille pour accueillir les épreuves de voile de la candidature française aux Jeux Olympiques 2024, Hyères a encore du vague à l’âme. Difficile de balayer d’un revers de manche plus de quatre mois d’investissement et d’espoirs aujourd’hui déchus…

Ce retour sur terre s’accompagne d’une question certes pragmatique mais essentielle : combien a coûté la candidature hyéroise ? « Pas plus de 20 000 euros », avance le maire Jean-Pierre Giran, un chiffre confirmé par son cabinet.

En ayant la volonté de gérer elle-même son dossier, la Ville a ainsi minimisé les coûts qui se résument à des frais de déplacements, d’infographies et de supports de communication (dossiers, affichage en ville). À titre de comparaison, Le Havre avait confié son dossier à une boîte de communication nommée, et ce n’est pas une blague, Olbia…

La base nautique va déménager

En plus d’une facture au coût modéré, une autre bonne nouvelle vient tempérer le sentiment d’échec. Comme l’a indiqué le premier magistrat, deux projets envisagés dans le cadre de la candidature vont être conservés.

Le premier concerne la base nautique. Une base complémentaire sera bien aménagée dans le bâtiment du troisième bassin qui abrite le port à sec. « On va le reconditionner pour en faire un club de voile. C’est une bonne chose en termes de développement et d’accueil des clubs », avance Jean-Pierre Giran.

« On pourra y loger les trois clubs de voile, créer des locaux techniques et avoir un accès direct à la mer », se félicite Régis Bérenguier, directeur du Coych.

Cette nouvelle base nautique devrait selon toute vraisemblance remplacer l’actuelle, jugée vétuste, et qui est surtout appelée à disparaître. Un projet d’aménagement hôtelier est en effet dans les tuyaux au même emplacement.

À quelle échéance ? « En temps voulu », répond Jean-Pierre Giran. Pas avant 2017 en tout cas, date à laquelle se terminera la concession en cours.

Une locomotive pour le tourisme

Le deuxième projet voué à être réalisé concerne un petit train. En montant le dossier des JO, la Ville a imaginé réhabiliter la voie ferrée non exploitée depuis de longues années, qui va de la gare d’Hyères jusqu’à celle de la plage, c’est-à-dire sur le port.

« Cela nous est apparu comme une évidence et nous avons déjà obtenu l’accord de la SNCF pour réinvestir cette voie », indique-t-on à la Ville.

Ce projet pourrait donc prochainement voir le jour. « Ce n’est pas prioritaire », temporise toutefois le maire, encore tout à sa déception.

Tous droits réservés Var-Matin du 9 septembre 2015 par Olivier Bouisson

JO 2024 Hyères – Jean-Pierre Giran : « Le site hyérois impressionne »

VOILE – CANDIDATURE d’HYERES AUX JEUX OLYMPIQUES 2024, AVEC LE MAIRE JEAN-PIERRE GIRAN

 

Le maire, Jean-Pierre Giran, se veut optimiste quant à la candidature d'Hyères aux épreuves de voile. Logistique, qualité de vent, village olympique, engouement : le site ne manque pas d'atouts. (Photo A. L.)

Le maire, Jean-Pierre Giran, se veut optimiste quant à la candidature d’Hyères aux épreuves de voile. Logistique, qualité de vent, village olympique, engouement : le site ne manque pas d’atouts. (Photo A. L.)

Jean-Pierre Giran a beau avoir eu dans sa jeunesse la fibre cramponnée au football, il n’a jamais cessé d’arborer une carte multisports. A l’annonce de la candidature parisienne aux JO 2024, le maire de Hyères a donc sauté sur l’occasion pour hisser la grand voile.

La cité des Palmiers, indubitablement tournée vers le large et riche de multiples atouts, doit enlever la palme et lever l’ancre vers un nouvel horizon. L’édile, bien entouré dans cette course à la toison, est convaincu de l’emporter si la bataille navale se dispute à armes égales.
A la barre d’une ambition légitime et d’un projet unique à porter par tout le département du Var, le capitaine tombe bottes et ciré et fait le point sur le cap à tenir.
Où en est la procédure de sélection ?
Des groupes d’experts ont visité l’ensemble des villes candidates, ils vont bientôt rendre un rapport à « Ambition Olympique » et la ville choisie devrait être connue deuxième quinzaine de septembre.
Etes-vous optimiste ?
Tout à fait, et cela pour plusieurs raisons. Le site de la ville de Hyères est reconnu comme le meilleur, comme en témoignent d’ailleurs les quarante-sept Semaines olympiques et les six Sailing World Cup (compétition internationale, Ndlr) qu’on lui a demandé d’organiser ces dernières années à la satisfaction générale ; le village olympique que nous avons proposé à BTP Vacances a littéralement bluffé le groupe d’experts ; l’hippodrome comme live site et la plage de L’Ayguade pour les spectateurs les ont également, selon leurs dires, impressionnés. Enfin, aucune ville candidate ne bénéficie de la même qualité de desserte par avion, par train ou par route. Aucune n’a la chance d’avoir tous les sites (marina, village olympique, live site et zone de spectateurs) dans un périmètre aussi rapproché.
Ne craignez-vous pas la concurrence des grandes villes comme Marseille ?
L’atout principal de la ville de Marseille est sa notoriété nationale, mais quand on sait que par fort mistral il y est presque impossible d’y naviguer, que le village olympique reste à construire et que la corniche est loin de l’aéroport, on ne peut qu’être confiant pour Hyères.
Et La Rochelle ?
Elle bénéficie d’une tradition nautique mais, en réalité, elle est à quatre heures de Paris et n’a en face d’elle que l’Atlantique. Je crois qu’une candidature comme celle de Hyères, totalement appuyée par Hubert Falco et Toulon Provence Méditerranée comme par le Conseil départemental, peut être la candidature de la Méditerranée. Elle complètera mieux la candidature de Paris quand les pays du Sud auront à voter.
Pensez-vous que les Jeux Olympiques auraient du succès à Hyères ?
Oui car il y a un engouement exceptionnel de la population et du monde sportif. Oui parce que le Coych qui défend avec nous la candidature a déjà largement fait ses preuves.
Oui enfin, car dans le premier département touristique de France, dans une ville qui a près de quatre millions d’habitants à moins d’une heure trente de voiture (Marseille, Toulon, Nice, Aix, etc.), le succès populaire est assuré.
Enfin, ne craignez-vous pas le lobbying de vos concurrents ?
Il est effectivement important et les variables politiques peuvent toujours jouer, mais nous sommes convaincus qu’« Ambition Olympique » saura faire un choix objectif et sportif.Tous droits réservés Var-Matin du mercredi 5 août 2015. Propos recueillis par Raphaël Coiffier.

Jeux Olympiques 2024 : les sites hyérois visités par Ambition Olympique

Les quatre personnes mandatées par l’association Ambition Olympique – chargée de désigner la ville qui accueillera les épreuves de voile des Jeux Olympiques d’été de 2 024 si la candidature de Paris est retenue – ont démarré leur tournée sur le terrain.

En lice pour accueillir les épreuves de voile, la cité des palmiers a reçu la visite des 4 experts du comité de sélection. (Photo doc L. M.)

En lice pour accueillir les épreuves de voile, la cité des palmiers a reçu la visite des 4 experts du comité de sélection. (Photo doc L. M.)

Après avoir examiné sur site le projet de Marseille, lundi, les experts, « globalement très réceptifs », étaient à Hyères mardi. Accueillis par une dizaine de membres du comité local Paris 2024, dont le député-maire Jean-Pierre Giran et Hubert Falco, le président de TPM, la délégation a fait le tour des infrastructures et des sites hyérois au cours d’une journée bien remplie.

Le village olympique, potentiellement accueilli dans les luxueux locaux de BTP Vacances, le plan d’eau, a particulièrement séduit, tout comme le plan d’eau, qui n’a même pas été discuté. Les représentants du comité de sélection ont également apprécié l’étendue de « l’espace spectateurs » pressenti, sur la plage de L’Ayguade, insistant cependant sur la nécessité absolue d’avoir des garanties sur les bonnes conditions de retransmission télé. Évoqués également : des sujets tels que les flux de circulation ou les pistes cyclables, pour lesquels les porteurs du projet hyérois ont apporté des réponses.

Réponse définitive pas avant septembre
Dans les jours qui viennent, ils devront encore préciser par écrit quelques points supplémentaires, pour définitivement blinder leur dossier.

Les experts d’Ambition Olympique poursuivent quant à eux leur petit tour de France sans perdre une minute. Ils étaient hier à Brest, seront aujourd’hui dans le Morbihan et demain à La Rochelle. Le site du Havre sera visité le 17 juillet.

Le comité d’évaluation remettra ensuite ses conclusions et ses recommandations sur chacun des six projets aux dirigeants de Paris 2024, qui les présenteront à leur tour début septembre au conseil d’administration d’Ambition Olympique pour validation.

Le choix définitif n’interviendra donc pas avant deux bons mois. Il va falloir s’armer de patience…

Tous droits réservés Var-Matin du jeudi 9 juillet 2015 par Fanny Rocca

JO 2024: Hyères toujours en course, aucun candidat éliminé

Il était prévu que l’association Ambition olympique, chargée de désigner la ville qui accueillerait les épreuves de voile lors des Jeux olympiques d’été de 2 024 si Paris l’emporte, rende un premier verdict vendredi ou hier. Sur les six candidats (Hyères, Marseille, La Rochelle, Brest, le Morbihan, Le Havre), deux devaient en effet être écartés avant les visites de terrain.

Finalement, revirement de situation : considérant les six dossiers béton, Ambition olympique, présidée par Bernard Lapasset, a changé de cap, et décidé de ne pas trancher tout de suite. Aucun éliminé !

La municipalité, qui coordonne le projet, a été avertie par mail. « Après une première analyse des éléments fournis par les différents candidats, il a été décidé d’approfondir l’ensemble des dossiers conformes au cahier des charges », écrit ainsi Étienne Thobois, le directeur général de l’association.

La décision finale pas avant septembre
Les six sites seront donc tous visités par un « jury ». Initialement, ces déplacements devaient s’effectuer entre aujourd’hui et le 13 juillet, mais ils pourraient se prolonger au-delà de cette date. À Hyères, cependant, c’est toujours le 7 juillet que les représentants des instances nationales sont attendus par les porteurs du projet hyérois et une partie du « comité local Paris 2 024 ».

Quant au choix définitif de la ville susceptible d’organiser les épreuves de voile, qui devait être annoncé le 15 juillet au plus tard, il n’interviendra finalement pas avant le mois de septembre.

Une nouvelle qui n’a pas déstabilisé le député-maire Jean-Pierre Giran, qui croit toujours mordicus en la victoire de la candidature hyéroise. « En décidant de différer sa décision, l’association Ambition olympique a pris une décision de sagesse, indique-t-il. L’importance du dossier qui devait être constitué à la date limite du 24 juin justifie ce délai supplémentaire, qu’éclaireront les visites sur site des membres d’Ambition olympique. Cet ajournement ne peut que conforter notre optimisme compte tenu de la qualité du dossier hyérois, fondé sur des infrastructures existantes et non pas sur des hypothèses de construction éventuelles, comme c’est le cas chez beaucoup de concurrents. »

Mais, ajoute-t-il pour finir, « il va de soi que si le dossier de la ville retenue pourra subir des amendements ultérieurement, aucun amendement n’est possible entre la date du dépôt des dossiers, le 24 juin dernier, et la date où sera connue la décision d’Ambition olympique ».

Pas d’entourloupe, hein !

Tous droits réservés var-Matin du 30 juin 2015 par fanny Rocca

Hyères est là pour gagner

Les atouts de la candidature hyéroise ont été présentés au public mardi. (Photomontage P. L.)

Les atouts de la candidature hyéroise ont été présentés au public mardi. (Photomontage P. L.)

«Hyères est là pour gagner », a annoncé avant-hier le maire Jean-Pierre Giran à l’occasion de la présentation au public de la candidature de sa ville pour les épreuves de voile des JO 2024. Et la confiance règne au sein du clan hyérois : « Nous avons confiance dans l’objectivité du comité d’organisation, d’autant plus depuis les événements de la FIFA qui font peser sur les instances une exigence maximale. »

Si la ville compte sur une décision juste, c’est qu’elle a mis en place un dossier béton avec un coût minimisé – dans la ligné de Paris – grâce à des infrastructures déjà existantes.
Le plan d’eau, atout n°1
Ainsi, le village olympique établira ses locaux au Pro BTP Vacances sur la colline de Costebelle, le Live Site (1) sur l’hippodrome, la Marina dans le port d’Hyères et la zone spectateurs sur la plage de l’Ayguade. Seul quelques petits aménagements seront à effectuer, comme une rampe de mise à l’eau supplémentaire par exemple.
Mais le plus gros atout de la candidature hyéroise, c’est son plan d’eau. Vantée par le monde nautique à l’occasion de la manche de Sailing World Cup et anciennement de la Semaine Olympique Française, la rade de la cité des palmiers possède des atouts sur lesquels (presque) tous les autres candidats ne peuvent compter.
Le vent est un de ces avantages et il n’est pas des moindres lorsque l’on parle de voile.
La zone de course, qui s’étend sur toute la façade est de la presqu’île de Giens, bénéficie d’un vent quasi permanent notamment au mois d’août, explique Denis Infante, président de l’office de la mer : « Lorsque le vent ne souffle pas au sud de la zone c’est qu’il souffle au nord et vice-versa. »
Au plus près des courses
Un autre des atouts de ce plan d’eau est sa proximité du public. Pour constituer le dossier, une zone comportant six ronds de navigation a été délimitée. Deux d’entre eux se situent à juste à côté de la Marina et de l’Ayguade, ce qui « permettrait aux spectateurs d’avoir les courses sous le nez », selon Denis Infante. Mais cette proximité ne bénéficierait pas seulement aux spectateurs puisqu’elle ferait également le bonheur des diffuseurs télés, qui pourraient installer leur caméra sur la terre ferme.
Une candidature qui satisfait les « voileux », avantage les spectateurs et les médias TV, tout en ne coûtant que très peu d’argent et qui en plus respecte l’environnement au sein du parc national de Port-Cros. Jean-Pierre Giran a bien raison de parler de « candidature miracle. »
Il ne faut cependant pas sous-estimer les autres villes candidates (Marseille, La Rochelle, Le Havre, Brest et Lorient), dont certaines bénéficient d’importants soutiens politiques. Le sportif l’emportera-t-il sur le politique, pour que l’esprit des JO soit respecté ? Réponse mi-juillet.
NIELS ONIMUS
1. Le Live Site accueillera les animations (concerts, animations sportives) et permettra de se restaurer.Tous droits réservés Var-Matin du Jeudi 25 juin 2015 p. 29

Jean-Pierre Giran détaille le projet olympique d’Hyères

Le dossier hyérois, comme celui des cinq autres villes candidates, est examiné depuis ce matin par les instances olympiques nationales. Le maire l’a publiquement présenté hier à l’espace nautique

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a officiellement annoncé la candidature de la capitale française pour les JO d’été de 2 024 hier matin. Trois représentants du projet hyérois pour l’accueil des épreuves de voile étaient présents.

Quelques dizaines de minutes plus tard, c’est à Hyères, à l’espace nautique, au beau milieu du futur site olympique tel qu’il est envisagé, que le maire Jean-Pierre Giran a dévoilé les grands points du dossier de candidature qui a été remis à Ambition Olympique, et est scrupuleusement examiné depuis ce matin par les instances nationales.
« Hyères est candidate pour gagner, et pour accompagner Paris dans cette aventure magnifique ! », a démarré le premier magistrat, qui en a profité pour saluer les représentants du « comité local Paris 2 024 » (1).

Entouré de membres actifs du « comité local Paris 2 024 », le maire Jean-Pierre Giran a présenté dans les détails ce que pourrait être le site olympique.

Entouré de membres actifs du « comité local Paris 2 024 », le maire Jean-Pierre Giran a présenté dans les détails ce que pourrait être le site olympique.

Compacité du site
Avant de détailler le projet, il a rappelé les grands « principes » de cette candidature : « sportive », « éthique et j’y tiens beaucoup », et « de la Méditerranée : ça me paraît tout à fait fondamental. On est complémentaire de Paris, et en fait très proche, puisqu’à une heure à peine en avion ». Parmi les atouts évoqués, outre la « desserte et les parkings », la garantie d’avoir des sites « sécurisés, grâce notamment à l’engagement de la Ban et du 54e RA », ou encore « notre expérience et notre savoir-faire incomparable en matière d’organisation de compétitions nautiques et de grands événements », Jean-Pierre Giran a insisté sur un point. Qui représente sans doute effectivement l’atout numéro un du dossier hyérois (avec l’attractivité sportive de son plan d’eau) : « La compacité du site ».
« Nous avons à cinq minutes l’ensemble des domaines exigés par la candidature : la Marina, la plage de l’Ayguade avec la zone spectateurs, le village olympique en bas de Costebelle, et enfin, à 100 m, le Live site, à l’hippodrome. C’est capital, ça permet presque de fonctionner totalement à pied. » Autre gros avantage : il n’y a quasiment rien à construire. Tout existe. « Ce que nous présentons n’est donc pas une hypothèse, mais une réalité. Nous avons déjà tout. »
« Une exigence maximale d’objectivité »
De quoi être confiant, donc ? « Nous sommes confiants dans la façon dont les dossiers vont être étudiés, a acquiescé le maire. Et même encore plus confiants après les événements de la FIFA… Car je pense qu’il y a désormais une exigence maximale d’objectivité. Personnelle et politique. Nous, nous avons essayé d’être efficaces, mais nous n’avons pas pris de contacts politiques. » A bon entendeur…
Sous les applaudissements, il a conclu : « Il y a une mobilisation autour de cette candidature. Et c’est ça, les Jeux olympiques. Il faut que vous nous poussiez ! Hyères va gagner avec vous. Dans la clarté et la transparence. »
1. Il est composé de représentants de la Ville, du Coych, du conseil régional, du conseil départemental, de la préfecture, de TPM, de la CCI, de l’office de tourisme, du parc national de Port-Cros, de l’office de la mer, de Pro BTP, de Vinci Airport et de l’hippodrome.Tous droits réservés du mercredi 24 juin 2015