Château en feu à Hyères : appel à la solidarité

L’édifice a subi un violent incendie qui a détruit les machines de couture et les ateliers à l’intérieur. Personne ne se trouvait dans les murs au moment des faits. L’enquête se poursuit

Les trois quarts du Château Saint-Pierre (dit aussi Villa Gandarillas), a subi l’assaut des flammes, lundi soir, sur les hauteurs de la ville.

Si le premier et le deuxième étage ont été entièrement détruits par le feu, le rez-de-chaussée a pu être en partie sauvé. Les dégâts se chiffrent à plusieurs dizaines de milliers d’euros, selon les premières estimations, mais des travaux d’urgence sont à entamer.

Un appel à la solidarité des entreprises a été lancé dans l’urgence (notre encadré).

Il a fallu plus de 25 pompiers de plusieurs casernes du Var, lundi soir, pour venir à bout du sinistre qui a ravagé la quasi-totalité de l’intérieur de la structure : bureaux, machines à coudre, ateliers, matériel…

Le bâtiment, de près de 200 mètres carrés, avait été rénové il y a deux ans et des designers devaient s’y installer en résidence dans quelques jours. Tout est donc remis en cause.

Ateliers d’artistes et ouverture au public

Cette villa appartient au patrimoine de la commune et a été mise à la disposition du centre d’art de la Villa Noailles pour compléter son offre culturelle.

C’est là que, chaque année, des résidences d’artistes sont organisées et des ateliers de métiers d’art sont proposés au public (avec les maisons Chanel, Lesage pendant le festival de la mode et de la photo).

Hier matin, tout n’était que cendres et poussières à l’intérieur de cette « Villa bis ». Policiers municipaux et services techniques de la mairie ont dressé un périmètre de sécurité pour permettre aux pompiers et experts en assurance de travailler.

Il s’agit d’abord d’évaluer les dégâts et de consolider la structure qui, elle, n’a, a priori, « pas bougé ».

« Par chance, il s’agit de vieilles pierres ! L’édifice a souffert mais a bien résisté », confie un technicien.

Aucune piste écartée pour l’instant

Les murs de Villa Gandarillas, encore noircis, rendaient tristes les rares promeneurs venus s’aventurer sur site.

Le lieu est désormais officiellement interdit au public afin de permettre de déblayer les gravats après le passage des techniciens d’investigation criminelle de la police qui se trouvaient sur place, dès hier matin.

Plusieurs indices ont été récupérés sur les lieux afin de déterminer l’origine exacte de l’incendie. Selon les premiers éléments, le feu se serait déclaré au niveau du deuxième étage du Château avant de se propager à l’étage inférieur.

À l’intérieur, tous les éléments et meubles en bois ont brûlé de façon très rapide. Aucune piste n’est, pour l’instant, écartée et les fonctionnaires hyérois étudient toutes les hypothèses : court-circuit, accident matériel, acte de malveillance… C’est la première fois que le centre d’art contemporain hyérois est confronté à un tel sinistre. « Mais nous allons nous retrousser les manches dès maintenant pour débuter les travaux les plus urgents. Nous ne changeons pas la programmation 2016. Il nous reste quelques mois, d’ici le festival, fin avril, pour agir », explique Magalie Guérin, directrice adjointe de la Villa Noailles.

La priorité est de s’assurer de l’assise du Château Saint-Pierre et couvrir sa toiture, endommagée par les flammes, afin qu’aucune infiltration d’eau ne se produise en cas de nouvelles pluies.

Tous droits réservés Var-Matin du mercredi 19 octobre 2016