Transports : une esquisse du futur sur la commune

Conseillers municipaux et présidents des comités d’intérêt locaux étaient réunis jeudi soir pour une réunion consacrée aux enjeux des déplacements urbains à Hyères

image_0004_eef0c33c8ed63f939fcb8af9b36aba26Alors que l’enquête publique sur le plan de déplacement urbain de la communauté d’agglomération a commencé, le conseil municipal et les représentants des comités d’intérêt locaux (CIL) étaient invités, jeudi soir au Park Hôtel, à une réunion d’information sur les« enjeux des déplacements urbains à Hyères » animée par Yannick Chenevard, vice président de Toulon Provence Méditerranée en charge des transports, et par le maire, Jean-Pierre Giran.

« Rien de statutaire ou d’obligatoire », juste une occasion d’apporter des informations, des réponses aux questions, a expliqué le maire en préambule. L’occasion aussi, dans les rangs de l’opposition ou pour certains présidents de CIL, d’exprimer des inquiétudes et parfois de francs désaccords.

Une voie ferrée jusqu’à l’aéroport ?

Avant de laisser la parole à Yannick Chenevard, le maire a rappelé les trois principales orientations qu’il retient pour Hyères dans ce futur PDU : assurer la liaison est – ouest depuis l’aéroport dans les meilleures conditions, développer les déplacements doux et les pistes cyclables, mener la réflexion sur l’amélioration des lignes, des fréquences et des horaires des services de transports.

Dans sa présentation, Yannick Chenevard est bien sûr revenu sur le bilan du précédent PDU et sur les orientations globales, à l’échelle de l’agglomération ou de l’aire urbaine plus vaste qui l’entoure. Mais c’est évidemment sur les points concernant directement le territoire hyérois et sur les déclinaisons locales du PDU qu’il était le plus attendu.

On retiendra ainsi que le futur document s’appuie notamment sur le réseau ferré existant pour imaginer « un RER toulonnais » reliant les communes d’est en ouest. Dans ce schéma, il a évoqué l’idée « d’utiliser la voie ferrée de la gare d’Hyères jusqu’au port et à l’aéroport » en indiquant que des discussions sont entamées.

Les améliorations prévues

D’autres « améliorations » sont envisagées sur la commune pour atteindre l’objectif principal du PDU, qui est de réduire à 50 % maximum la part de l’automobile dans les déplacements urbains.

Citons « de meilleures liaisons entre les pôles émetteurs et les pôles générateurs de trafic » que sont les centres commerciaux, hôpitaux ou écoles, des mesures pour éviter le stockage des véhicules en centre-ville. La gare devra être reliée au port et à l’aéroport donc, mais aussi à l’hôpital ou à la presqu’île.

Il est aussi prévu de rabattre les principales lignes de transport vers l’Espace 3000 et le futur pôle d’échange mutimodal prévu sur le secteur de la gare, d’intégrer la desserte des établissements scolaires dans les lignes urbaines pour limiter les transports scolaires, de développer le transport à la demande et de prendre en compte les dessertes touristiques.

Des projets pour les îles

Yannick Chenevard a également évoqué la desserte maritime des îles. Les objectifs sont d’améliorer l’accueil et l’embarquement à la Tour Fondue, de remettre en état les ports du Levant et de Port-Cros, d’améliorer la gestion des marchandises au port Saint-Pierre.

Il a enfin évoqué la construction de 250 km supplémentaires de pistes cyclables d’ici 2025, dont 45 sur Hyères.

Une longue liste, non exhaustive, à laquelle le maire a rajouté quelques pistes de réflexion complémentaires, comme la création d’un cabotage entre Les Salins, l’Ayguade et le port par exemple.

Tous droits réservés Var-Matin du 24 septembre 2016 par Caroline Martinat