Réflexion en cours sur le stationnement en ville

Les contrats de délégation de service public des parkings Olbia et Clemenceau arrivant à échéance, la Ville entend définir une stratégie globale pour la circulation et le stationnement

La ville réfléchit à une stratégie globale en matière de stationnement, incluant parkings souterrains, parkings de surface, gestion des navettes gratuites ainsi que l'amélioration des circuits et des cadencements des lignes de bus. (Photo Laurent Martinat)

La ville réfléchit à une stratégie globale en matière de stationnement, incluant parkings souterrains, parkings de surface, gestion des navettes gratuites ainsi que l’amélioration des circuits et des cadencements des lignes de bus. (Photo Laurent Martinat)

Une étude originale sur le stationnement vient d’être menée, à la demande de la mairie, dans les rues de l’hyper centre-ville. Durant quelques jours, des codes-barres ont été posés sur les voitures garées dans le secteur concerné pour permettre de collecter, de façon anonyme, les temps de stationnement de chacun des 5 000 véhicules sondés.

« Le résultat de ce travail sur les parkings de surface va nous aider à savoir comment les gérer. On veut savoir s’il ne vaut pas mieux envisager plus de zones bleues. On conduit aussi une réflexion sur les arrêts minute nouvelle génération. Et tout cela alimente la réflexion bien plus large que nous menons sur le stationnement et la circulation dans le centre-ville », indique le maire Jean-Pierre Giran.

Fin de contrats à Olbia et Clemenceau

Motivé par « une préoccupation de longue date pour la vitalité du centre-ville » (lire par ailleurs), il entend définir une stratégie, « réfléchir, consulter les commerçants » et prendre des décisions « pour la rentrée ».

Car parmi les quatre dossiers qui s’articulent autour de cette problématique du stationnement, il en est un plus urgent que les autres. Fin 2016, les contrats de délégation de service public (DSP) des parkings Olbia et Clemenceau arrivent à échéance.

« Nous avons lancé une assistance à maîtrise d’oeuvre afin de réfléchir à l’opportunité de reconduire une DSP – et quel type de DSP – ou d’opter pour une gestion en régie de ces parkings, indique le premier magistrat. On ne peut pas conduire cette réflexion sans envisager une stratégie globale, incluant les parkings de surface, mais aussi le problème des navettes gratuites et des transports en commun. »

Navettes et bus en discussion avec TPM

Sur ces deux derniers dossiers, des discussions sont en cours avec la communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée.

« Concernant les navettes, si comme TPM nous le dit, tout transport intra-urbain relève de la compétence de l’agglomération, on ne peut pas se retrouver un jour, après un accident, avec des gens qui ne seraient pas indemnisés et moi en prison ! , commente Jean-Pierre Giran. On a eu des observations à ce sujet, y compris de la chambre régionale des comptes. Donc, il y a une réflexion avec TPM. Cela devrait conduire à une solution pour stabiliser la situation juridique, tout en conservant les navettes gratuites. »

Il espère pouvoir présenter une délibération à ce sujet lors du prochain conseil municipal.

S’agissant des transports en commun, « les relations et les discussions avec TPM pour améliorer les circuits et augmenter les cadencements sur les lignes existantes sont permanentes », complète encore le maire en liant ces quatre dossiers. « Ces problématiques sont en chantier, à la rentrée, nous aurons une vision globale. »

La réflexion en cours sur le stationnement est liée à « une préoccupation de longue date pour la vitalité du centre-ville encore accrue par le développement d’une grande opération commerciale à côté de Toulon », indique le maire. « C’est une préoccupation ancienne qui m’a conduit par le passé à m’opposer à de grands                     projets de la municipalité précédente comme le Retail Park. La mise en place du circuit des arts est une autre manifestation de cette préoccupation, tout comme le projet Clemenceau-Denis ou les quelques mesures concernant la circulation que nous avons déjà mises en place en changeant le sens de circulation dans le centre-ville dès notre arrivée, puis dans la haute ville, en concertation et pour la satisfaction collective. »

Dans le même ordre d’idée, Jean-Pierre Giran rappelle aussi « la création de 100 places de parking public supplémentaires »obtenue auprès de l’opérateur du projet immobilier de la place Joffre, en cours de travaux.

« Une préoccupation de longue date »

Tous droits réservés Var-Matin du lundi 16 mai 2016 par Caroline Martinat