Balade au Pyanet, entre projets et souhaits

Lors d’une visite du quartier du Pyanet, vendredi dernier, le maire a annoncé son intention de construire une soixantaine de logements sociaux sur un terrain appartenant à la Ville

Une requête concerne l'implantation d'un pôle médical sur un parking encore privé. (Photo O. B.)

Une requête concerne l’implantation d’un pôle médical sur un parking encore privé. (Photo O. B.)

La tournée des quartiers du maire et de ses équipes s’est poursuivie, vendredi dernier, au Pyanet. Bien que l’actualité locale récente ait tourné autour d’une malheureuse fuite de gaz dans la résidence Nouvelle Vague, chemin du Père-Eternel (Var-matin du 29 avril), le maire a effectué la visite du quartier en père peinard, dans les pas de l’inoxydable présidente du CIL local, Huguette Schmitt.

Une opportunité à saisir

L’âme légère et la boutade en bandoulière, Jean-Pierre Giran n’a pas manqué de prendre de la hauteur pour asseoir son autorité au moment d’évoquer le gros dossier urbanistique à venir : la construction de 60 logements sociaux, allée des Vignes vierges, et plus précisément en face de l’arrêt de bus Olivier-de-Serres.

Une requête concerne l'implantation d'un pôle médical sur un parking encore privé. (Photo O. B.) Le maire a pris de la hauteur pour présenter aux habitants du Pyanet le futur projet de logements sociaux. (Photo Luc Boutria)

Une requête concerne l’implantation d’un pôle médical sur un parking encore privé. (Photo O. B.) Le maire a pris de la hauteur pour présenter aux habitants du Pyanet le futur projet de logements sociaux. (Photo Luc Boutria)

Là, se trouve un grand terrain de plus de 2 hectares appartenant à la Ville. Une opportunité que le premier magistrat ne veut laisser passer pour répondre à la pression exercée par l’État sur l’ensemble des collectivités locales en terme de logements sociaux.

« On va travailler sur un projet qui a le moins d’impact possible sur l’existant. Le nouveau bâtiment ne dépassera pas ceux-là », a-t-il indiqué en montrant d’un geste les immeubles de quatre à cinq étages qui cinglent le terrain encore vague.

« On a déjà beaucoup de logements sociaux alors n’en rajoutez pas ! Ne démolissez pas l’harmonie du quartier », l’a interpellé Huguette Schmitt.

« Ne vous inquiétez pas, je serai très attentif à en maintenir l’harmonie, mais nous avons obligation de faire du logement social, a insisté Jean-Pierre Giran. Il se trouve que ce terrain est communal et éligible et ce, sans avoir besoin de faire appel aux contribuables. On va donc pouvoir faire ici un petit logement avec un environnement de qualité. On réalisera les aménagements nécessaires à l’amélioration du cadre de vie en concertation avec les habitants. »

Si aucune date n’a été avancée, la lourde machine administrative va bientôt se mettre en route pour aboutir à la sortie de terre du nouvel immeuble entre 2017 et 2018.

Un pôle médical souhaité

Lors de cette petite excursion printanière, le maire a été saisi d’une requête bien précise formulée par des commerçants et des habitants : la création d’un pôle médical sur le petit parking coincé entre le Crédit Agricole et la station-service d’Intermarché, le long de l’avenue Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny.

« Cette aire est en déshérence et elle pose des problèmes sanitaires car elle est occupée en permanence par des squatters, explique un commerçant. Y installer un pôle médical permettrait de répondre à une forte demande des habitants de l’Est de la ville, car la majorité des médecins hyérois est concentrée en centre-ville. » Une idée chaudement accueillie par le maire : « J’y suis très favorable car on supprimerait ce no man’s land tout en proposant une offre médicale qui intéresse tout le monde. »

Mais il y a un mais… de taille. Le parking appartient à plusieurs propriétaires et il n’est pas certain qu’il soit constructible. Le maire a demandé à ses services de travailler sur cette hypothèse. Avant de s’en aller inaugurer la résidence Nouvelle Vague et ses 233 logements, un peu plus loin.

Une caméra de plus

Prochainement, une nouvelle caméra de surveillance sera installée dans le quartier en haut d’un mât déjà présent à l’angle de l’allée des Vignes vierges et du chemin du Père Éternel. La caméra sera orientée vers le Casino Shop et les autres commerces attenants, et reliée au centre de supervision urbain. « Elle permet de rassurer et éventuellement d’identifier », a estimé le maire. Et complétera le champ de vision de celle qui est installée dans le rond-point qui fait face.