CIL de Giens : fluidifier le trafic et la circulation

Une assemblée générale très suivie, lundi soir à Giens. (Photo N. B.)

Une assemblée générale très suivie, lundi soir à Giens. (Photo N. B.)

L’assemblée générale du comité d’intérêt local arbanais a fait le plein à la salle Astier où le maire, Jean-Pierre Giran, est venu débattre avec les adhérents à l’orée de la saison

La salle Astier était pleine, lundi soir, pour l’assemblée générale du comité d’intérêt local (CIL) de Giens. Le député-maire Jean-Pierre Giran, plusieurs élus et chefs de services municipaux ont pris part à cette réunion. Le président Pascal Moriconi a remercié les services municipaux de leur diligence en matière de signalétique et de stationnement, après la visite de terrain de mars dernier. Il a annoncé la création d’un comité consultatif ouvert à tous les adhérents (actuellement 138) pour élaborer les positions du CIL sur les différents sujets relatifs aux nuisances. Leurs travaux seront présentés au conseil d’administration pour validation. Le maire a ensuite répondu aux questions des participants.

Déplacements urbains

Sur le plan de déplacements urbains (PDU) mis en oeuvre par l’agglomération, des propositions ont été affirmées par la commune : desserte de Giens et des Salins avec des circuits plus courts et des rotations plus rapides ; pour la desserte de l’aéroport : petit train ou projet en site propre. « Les grandes lignes sont tracées, nous travaillons avec les services », a précisé Jean-Pierre Giran. « Je sais les préoccupations des Arbanais, notamment pour la desserte scolaire ».

Stationnement

Le stationnement anarchique dans le village a occupé une bonne partie des débats. La police municipale verbalisera sans état d’âme. Les arrêts tolérés seront matérialisés. On réfléchit à un parking qui interdirait les stationnements sauvages problématiques pour le passage des secours en cas d’incendie à la Madrague. « Dans la logique de l’Opération Grand Site, deux parkings sont nécessaires de part et d’autre de la route du sel, l’un sur le terrain Biancoto, et nous sommes en négociation pour un parking relativement important de l’autre côté. Nous avons envisagé avec l’interlocuteur un service vélib, public ou privé, pour rejoindre la Tour Fondue », a indiqué lemaire.

Route du sel

L’érosion, son coût et la sempiternelle question de la fermeture de la route du sel ont été abordés. « Des études très lourdes sur la circulation sur la presqu’île ont été lancées pour éviter la destruction du tombolo ouest et de la route du sel. Je ne la supprimerai jamais. On ne peut supprimer cette circulante pour des raisons de sécurité », a déclaré Jean-Pierre Giran. Dans le public, on a fait remarquer que la route du sel, « en supprimant l’effet de dunes, ne faisait qu’accélérer l’érosion du tombolo. Un repli dans les marais limiterait l’érosion et son coût annuel ». Selon le maire, « il y a des solutions pour rengraisser la plage. Tous les spécialistes s’accordent : il faut résoudre le phénomène de la faille que vient frapper la houle. La deuxième étape, plus onéreuse, est de refaire le profil de la plage : sa pente est extrêmement forte ce qui accélère l’érosion. »

À la question d’avancer sa réouverture pour la saison, les services techniques se montrent prudents : la période des gros coups de houle n’est pas terminée.

Sur le Plan Local d’Urbanisme (PLU), les discussions ont notamment porté sur les emplacements réservés. L’assemblée s’est achevée avec l’élection du conseil d’administration.