Les premiers ateliers d’art remuent la vieille ville

Peintures, tapisseries et artisanat sont voisins !

Peintures, tapisseries et artisanat sont voisins !

Autour de la place des Savonniers ont fleuri trois boutiques show-room d’artisans d’art.

Elles s’intégreront dans le circuit hyérois et préfigurent les Journées des arts, jusqu’à dimanche

Beaucoup de monde dans de si petites rues ! Hier matin, le député-maire Jean-Pierre Giran et son équipe municipale ont inauguré les trois premières boutiques d’art et d’artisanat de la vieille ville.

Tout s’est passé derrière la rue historique de Limans, en aval de la place des Savonniers.

« Je suis infiniment heureux de ces réalisations qui marquent un nouveau départ. D’ici fin 2016, 20 adresses de ce type verront le jour, et 30 d’ici fin 2017, a-t-il annoncé. Tout ça change la ville. C’est une conquête nouvelle et une oasis artisanale qui naît au coeur de la Haute Ville. Il y a un an, j’avais demandé à Var Aménagement de se concentrer sur la revitalisation commerciale de la vieille ville. Quatre à cinq millions d’euros ont été investis au bénéfice de l’ensemble du quartier ».

Cours, expos et tapisseries

Effectivement, les trois nouvelles adresses respirent le « rénové avec goût ».

L’Atelier de Sylvana, dans la traverse du Béal, accueille déjà le public. « Quatre mois de travaux ont été nécessaires mais je suis très contente. L’atelier pourra recevoir des élèves dans ces 60 mètres carrés idéalement placés », confie-t-elle.

Tout près, au 8, bis, « Les Larmes de Vénus » proposent des objets en nacre, bijoux, marqueterie sur bois. Évelyne Quoniam et Jean-Marie ont investi les murs avec bonheur : « On va organiser des expos à la demande sur la perle et la nacre pour transmettre notre savoir et faire partager notre travail ».

Enfin, un tapissier a pris place dans les 37 mètres carrés dévolus à son art. « À l’étage se trouvent les appareils de couture et, au rez-de-chaussée, on présente nos coussins, fauteuils et meubles designés ainsi que nos rideaux, stores et techniques de réfection de fauteuils ».

Ex-insalubre…

« Ici, c’était un logement devenu insalubre. Après cinq mois de travaux, il a retrouvé une seconde vie », témoigne Alain Roche, chef de projet à Var Aménagement.

Partout, un vent de fraîcheur souffle dans ces ruelles du coeur de ville (qui en avaient besoin). Et les voisins sont ravis !

Sur la place des Savonniers, Corinne et Bruno, du restaurant « Au fil de l’Eau », vont forcément recevoir une nouvelle clientèle sur leur terrasse. Idem pour le restaurant, le Moulin à Chapelles, qui lui fait face.

Seul bémol à noter : les commerçants déplorent que la place des Savonniers soit indiquée en aval pour les promeneurs… mais ne dispose d’aucune plaque sur place. D’ici l’été, on l’attend !

Tous droits réservés Var-matin du 1er avril 2016 par Fred Dumas