Du Valdé à l’Assemblée : Jean-Pierre Giran accueille un groupe de Hyérois à l’Assemblée nationale

L’association RCVM a emmené à Paris un groupe de mamans et d’adolescents du quartier, dans le cadre d’un projet Culture Citoyenne. Un séjour riche en découvertes et en échanges.

Le mémorial de la Shoah, l’Assemblée nationale, la place de la République pour un hommage aux victimes des attentats, mais aussi le Louvre et Montmartre : le programme du petit groupe de femmes et d’adolescents du Val des Rougières partis cette semaine pour deux jours à Paris était dense.

La visite de l'Assemblée nationale, en compagnie du député Jean-Pierre Giran, mais aussi les étapes au Mémorial de la Shoah, place de la République pour un hommage aux victimes des attentats étaient les temps forts de ce déplacement. (Photos C. R.)

La visite de l’Assemblée nationale, en compagnie du député Jean-Pierre Giran, mais aussi les étapes au Mémorial de la Shoah, place de la République pour un hommage aux victimes des attentats étaient les temps forts de ce déplacement. (Photos C. R.)

Organisé par l’association RCVM, ce voyage était le point d’orgue du projet Culture citoyenne conduit depuis un an dans la cité, avec et pour ses habitants (lire par ailleurs). Quinze femmes et adolescents du quartier y participaient : des familles qui se sont impliquées dès le départ dans ce projet, d’autres sélectionnées en raison de problématiques sociales, culturelles, linguistiques ou de parentalité auxquelles elles font face. Ils étaient accompagnés par Rachida Bourekhoum, coordinatrice du RCVM, et par Gilles Desnots, professeur d’histoire au lycée Jean-Aicard.

Des victimes du nazisme à celles des attentats

Parti mercredi matin aux aurores, le groupe a d’abord fait étape au Mémorial de la Shoah. Le mur portant les noms des 76 000 Juifs de France déportés durant la seconde guerre mondiale, la solennité de la Crypte ont, fortement impressionné le groupe.

Devant le « fichier Juif » mis en place par le gouvernement de Vichy ou la maquette du Ghetto de Varsovie, les questions ont fusé, à l’adresse de Gilles Desnots. Ses réponses ont été complétées par un film, « Antijudaïsme et l’antisémitisme de l’antiquité aux années trente » devant lequel le groupe s’est spontanément arrêté.

Après cette première visite, qui a posé beaucoup de question sur le sens de l’Histoire et sur l’oubli, la deuxième étape du périple a conduit les Hyérois place de la République. Des bougies, des petits mots rédigés avant le départ pour dire la peine et la compassion ont été déposés au milieu de tous ceux, qui depuis des mois, ont transformé le monument en lieu de mémoire.

Au Palais Bourbon, avec leur député

Dernière étape de cette première journée très chargée en symboles : la visite de l’Assemblée nationale.

Elle a débuté dans la galerie des fêtes, avec l’inévitable séance photo en compagnie du député Jean-Pierre Giran, qui s’est joint quelques instants à la visite. Elle s’est poursuivie, entre les explications sur le fonctionnement des institutions fournies par la guide et les anecdotes amusantes racontées par Jean-Pierre Giran, jusqu’au clou du spectacle pour le petit groupe : la découverte de l’hémicycle alors que venait de s’achever la séance des questions au gouvernement et que la séance se poursuivait, avec la remise d’un rapport de la Cour des Comptes.

La suite du séjour était moins solennelle. Le marathon du mercredi s’est poursuivi de la place de la Concorde aux Champs Élysées, puis au Trocadéro et à la tour Eiffel, tant attendue par les plus jeunes. Le lendemain, du Louvre au Sacré Coeur et à Montmartre, en passant par Barbès, mamans et ados ont pris la mesure d’une capitale où plusieurs séjournaient pour la première fois. Juste assez pour se rendre compte qu’il faut bien plus de deux jours pour en connaître l’essentiel.

Saya, lors de la visite au mémorial de la Shoah : « L’Histoire, je connais, ce que j’ai lu, comme le Journal d’Anne Franck, ou ce que j’ai pu voir à la TV. Là, je vois de mes yeux. Et il faut que les enfants voient ça. Peut-être que ça peut aider à amener un peu d’amour entre les peuples et les différentes religions. »

Pourquoi les Juifs ? « C’est une vieille idée, a répondu Gilles Desnots à la question du groupe. Il y a d’abord eu des siècles de mises à l’écart, du fait de l’Église qui les a rendus responsable de la mort du Christ. Les Nazis sont ceux qui sont allés le plus loin. »

Hamza : « J’ai appris que les autres, les Nazis, ils ont exclu les Juifs. mais c’était pour de mauvaises raisons. »

« Paris est une ville très différente d’Hyères. J’aime bien le métro, mais finalement, c’est très fatiguant. »

Sophia (15 ans) et Imane (12 ans) : « Notre premier séjour à Paris »

« Le voyage nous a plu ! D’abord on a appris beaucoup de choses au Mémorial. On n’imaginait pas que c’était aussi horrible. On a trouvé ça très émouvant. La liste des noms quand on entre… Ca nous a choquées et ça nous a fait beaucoup de peine. À République, c’était pour rendre hommage aux victimes des attentats. À l’Assemblée nationale, on a trouvé la présentation un peu ennuyeuse. Mais on a aimé voir la grande salle qu’on voit toujours à la télé, l’Hémicycle. C’est immense. On aurait aimé prendre des photos mais c’était interdit. Dommage ! La Tour Eiffel, la voir en vraie… De nuit avec les lumières ! Nous, on la voyait plus petite. On est aussi allé au musée du Louvre. On a vu la Joconde, une vraie momie et les salles de l’Égypte antique. Au début, on pensait qu’on allait un peu s’ennuyer. Au final, c’était génial. À Montmartre, il y avait la vue sur Paris et c’était magnifique. Au début, on imaginait une ville, normale. Mais c’est vraiment beaucoup, beaucoup plus grand. On serait bien restées une semaine ! »

Mohamed, 13 ans : « Ce que j’ai préféré, c’est le musée du Louvre, plus grand et plus beau que tout ce que j’imaginais. Et puis j’avais jamais vu de momie. »

Sofiane, 11 ans : « Moi j’ai préféré La Joconde, les petites statues égyptiennes et puis le mur avec tous les noms, au musée de la Shoah. »

Le projet Culture Citoyenne s’est articulé autour de débats, comme celui sur la laïcité, en juin dernier, animé par Gilles Desnots, le professeur d’histoire qui accompagnait le groupe à Paris. La participation à l’organisation de la fête d’inauguration de la salle des fêtes du quartier, en juin dernier, a aussi été un temps fort de ce projet soutenu et financé par la mairie à travers le contrat de ville, par la CAF, l’État et le député Jean-Pierre Giran. Les familles ont également participé au financement du voyage.

1- RCVM (Relais culturel Var Méditerranée) œuvre dans le champ de la cohésion social, notamment au Val des Rougières où l’association propose de l’alphabétisation, des cours de français, des animations, des conseils pour l’accès au droit ou à l’insertion.

Tous droits réservés Var-Matin du samedi 13 février 2016 par Caroline Martinat