Sécurisation de l’Oratoire : les travaux urgents inaugurés

Inondations Engagés cet été par la ville dans l’objectif de protéger les lotissements du quartier des crues du Gapeau, les travaux d’hermétisation sont terminés. Ils ont été présentés, hier, officiellement.

Le député-maire au côté du préfet en tête des élus, des personnalités et de nombreux habitants du quartier de l'Oratoire, hier matin, lors de la visite des travaux effectués le long des berges. Ci-dessus, à gauche, les enrochements bétonnés équipés d'exutoires. (Photos Luc Boutria)

Le député-maire au côté du préfet en tête des élus, des personnalités et de nombreux habitants du quartier de l’Oratoire, hier matin, lors de la visite des travaux effectués le long des berges. Ci-dessus, à gauche, les enrochements bétonnés équipés d’exutoires. (Photos Luc Boutria)

Élus, officiels, associatifs, mais aussi, et bien sûr, riverains, étaient au rendez-vous, hier matin, pour l’inauguration officielle des travaux d’hermétisation des lotissements du quartier de l’Oratoire, près du Golf-Hôtel. Une cérémonie, qui, en ce 18 janvier, prenait une dimension symbolique, 17 ans, jour pour jour, après la crue de 1999 et deux ans après celle du 19 janvier 2014. Des phénomènes exceptionnels qui ont entraîné des dégâts considérables dans le quartier et marqué les habitants qui vivent désormais dans l’angoisse de nouvelles inondations.

Priorité majeure

Accueillis par le député-maire, Jean-Pierre Giran, de nombreux élus et personnalités étaient présents dont le préfet du Var, Pierre Soubelet ; Jean-Louis Masson, vice-président du conseil départemental et maire de La Garde ; François de Canson, maire de La Londe et conseiller régional, délégué aux risques majeurs et à la protection civile, ainsi que Patrick Martinelli, maire de Pierrefeu et président du Syndicat mixte du bassin-versant du Gapeau.

Jean-IMG_OratoirePierre Giran a tenu à rappeler en préambule que la lutte contre les inondations et la protection des populations était sa « priorité morale et budgétaire » depuis son arrivée en mars 2014.

La sécurisation de l’Oratoire constituant « la priorité majeure ».

825 000 € de travaux

Rappel aussi, sous forme de remerciement au préfet, de l’obtention de la dérogation qui a permis la réalisation des travaux d’urgence : ceux inaugurés hier matin.

Ils ont consisté à installer un mur de 103 mètres de long constitué de gabions (casiers contenant des pierres) le long de l’ancien chenal de crue, au nord des lotissements Saint-Louis et des Vergers de l’Oratoire. « Les études ayant montré que l’eau arrive dans les lotissements par ce côté, précisait un technicien lors de la visite, et si l’on protège le nord, le reste des lotissements est protégé ».

IMG_Oratoire2Ouvrage complété par 128 mètres d’enrochement et 214 m de béton injecté. Trois murets jouxtant les berges ont par ailleurs été montés allées des Ombres, des Sandres et des Perches. Ils visent à empêcher le passage de l’eau qui entrait par les anciennes ouvertures. Enfin, pour empêcher le débordement du Gapeau dans le lotissement par le réseau pluvial, les exutoires ont été repris avec pose de clapets anti-retour et de martelières (1). Montant total des travaux réalisés entre août et janvier : 825 000 euros. Dont 35.880€ d’études de maîtrise d’œuvre menées par la société Artelia et 789.400€ pour les travaux réalisés par la société Guintoli.

Autres travaux déjà réalisés en amont des lotissements : la voirie du chemin du Plan du Pont (400.000 €) et le bassin de décantation Jean-Salusse (23.150 €).

« Une action nouvelle de l’État… »

Le préfet Pierre Soubelet a quant à lui tenu à souligner que « ces dérogations accordées pour travaux d’urgence à Hyères, comme à La Londe, sont une action nouvelle de la part de l’État. Nous avons lancé des chantiers un peu partout. Mais il est nécessaire, insistait celui-ci, en matière d’eau, d’avoir une vision globale, car il ne faut pas que la réussite de travaux pour la protection d’un quartier vienne augmenter le risque ailleurs. La bonne réponse est donc supra-communale. »

Précision qui confirme la nécessité du travail mené à l’échelle du bassin-versant par le syndicat mixte. Le préfet qui, avant de conclure sur la qualité du travail réalisé à Hyères et La Londe, a indiqué : « Nous avons reçu une nouvelle instruction il y a deux semaines afin de gérer les ruissellements qui ne sont pas forcément pris en compte dans les PPRI, notamment la problématique des parkings souterrains. Une série de réunions va donc être programmée en 2016 avec les maires. »

1. Ouvrage mobile permettant de réguler le passage de l’eau

Tous droits réservés Var-Matin du 19 janvier 2015 par Emmanuelle Pouquet