Conseil du Vivre Ensemble: Trois propositions du maire

À l’issue de la présentation du Dr Philip, le maire a formulé quelques remarques et conclusions, non sans avoir remercié« infiniment » les membres (bénévoles) de la commission.

Jean-Pierre Giran a d’abord noté que « quelques-unes des préconisations se retrouvent dans les actions que [nous] menons », avant de souligner « trois directions » qu’il a la volonté de concrétiser.

La première porte sur « un soutien approfondi au dialogue interreligieux et intercommunautaire ». Il souhaite organiser, une fois par trimestre, « une réunion qui portera sur l’actualité locale ou nationale et ses retombées, et plus généralement sur tout ce qui peut renforcer ou déchirer la cohésion sociale ». Il imagine aussi, une fois par an, ouvrir le débat au public, en préambule ou en conclusion d’une journée de la fraternité. « On parle beaucoup de liberté, on parle aussi d’égalité mais moins de la fraternité » a-t-il regretté.

La deuxième direction retenue vise à « créer ou compléter les occasions de se rencontrer ». Reprenant l’exemple du « palio » italien qui met en scène les rencontres entre différents quartiers d’une même ville, il a évoqué « une rencontre autour des chants du Sud » et « un festival du film méditerranéen », « pour mettre en avant non pas les différences, mais les convergences ».

Troisième direction : la sécurité, « une condition de la liberté et de l’épanouissement du vivre ensemble ». Le maire aimerait continuer à faire vivre le comité et imagine qu’il pourrait « se transformer en quelque chose qui ressemblerait à un comité d’éthique »que les citoyens, comme les élus pourraient consulter ponctuellement « quand les débats ne sont plus des débats, mais des dérives qui conduisent à un sentiment de haine ». Il a fait directement allusion, notamment, aux « situations un peu critiques » relevées régulièrement sur les réseaux sociaux