Olbia s’est redressée fièrement

image_0005_078aa0b3d809d1c189f973dcec56dcc8

Les élus et de nombreux invités ont pu prendre connaissance des travaux de consolidation des murs du site d’Olbia conduits d’octobre à décembre 2015. (Photo Frank Muller)

Le site archéologique d’Olbia va mieux. En proie à une érosion accélérée de ses murs, il a bénéficié d’octobre à décembre derniers de l’intervention d’archéologues-maçons qui ont remonté l’existant pierre après pierre à l’aide d’un mortier de chaux et de pigments colorés (lire Var-matin du 10 décembre 2015).

C’est ce que sont venus constater, hier matin, le maire, son adjoint à la culture François Carrassan et de nombreux invités et riverains.
« On a mené des travaux d’urgence qui ne se voient pas et tant mieux. C’est une réussite », a apprécié Jean-Pierre Giran. Captivé par les explications de l’archéologue du site, celui-ci a toutefois pu constater que des pointillés d’ardoise insérés entre les pierres actaient la rénovation. C’est une technique appelée trattegio. Grâce à cette première tranche de travaux, Olbia a retrouvé son assise. Une deuxième phase de consolidation sera menée en 2016.
Déplacer l’entrée
Mais le dessein pour le site gréco-romain est bien plus grand. C’est encore au conditionnel, mais une nouvelle tranche de travaux pourrait être programmée dans un futur proche pour en doper la visibilité et l’attractivité. « On travaille pour que l’entrée soit aussi magnifique que le site », a indiqué le maire.
La Ville souhaiterait acquérir une maison qui fait face au centre nautique de l’Almanarre et qui deviendrait la maison d’accueil d’Olbia. Une proposition a été faite à l’actuel propriétaire. « C’est un gros enjeu pour la visibilité du site », concède François Carrassan. L’avenir s’écrit dès maintenant.Tous droits réservés Var-Matin du 29 janvier 2016 par O. B.

Chargés d’émotion, les vœux de Jean-Pierre Giran au monde de l’éducation

Le maire et l’inspectrice de l’Éducation nationale ont formé des vœux de tolérance et d’unité, pour tous les acteurs de l’école, après une année 2015 marquée par l’ignominie du terrorisme

La cérémonie des vœux s'est tenue lundi à l'école des Salins. (Photos S. M.)

La cérémonie des vœux s’est tenue lundi à l’école des Salins. (Photos S. M.)

En 2015 déjà, les vœux à la communauté éducative hyéroise étaient marqués du sceau de l’émotion, quelques jours après les attentats à Charlie Hebdo et à l’Hyper Casher.

Un an après, c’est chargé du fardeau des attaques terroristes à Paris le 13 novembre, que le maire Jean-Pierre Giran, son adjointe à l’éducation Edwige Marino et l’inspectrice de l’Éducation nationale Bénédicte Lesieur se sont adressés à ceux qui font vivre l’école : directeurs et enseignants, personnel Atsem de maternelle, représentants de parents d’élèves et d’associations intervenant dans le champ de l’éducation.
Jean-Pierre Giran a affirmé ce « travail fondamental » que constitue la lutte contre l’obscurantisme et « l’apprentissage de la citoyenneté à l’école, ce laboratoire républicain qui abolit les différences ».
Faire disparaître les gènes de la désunion
Le député-maire a renchéri : « Il est important que ce message soit porté en toute indépendance car c’est le seul moyen d’apporter une réponse [aux actes terroristes]et faire disparaître les gènes de la désunion. N’oublions pas que des idoles françaises sont issues de l’immigration. Notre devoir est de faire durer cette communauté qui naît à l’école et a tendance à disparaître. »
Après cette année compliquée durant laquelle les élèves n’ont pu ignorer les événements, même s’ils y attachent un degré d’implication différent de celui des adultes, la municipalité avait choisi la petite école des Salins pour cette cérémonie de voeux. Une classe des Salins est, en effet, identifiée pour participer au Parlement des enfants, travailler sur un projet de loi en collaboration avec leur député. « Là encore, il s’agit d’un bel apprentissage républicain, sympathique et intelligent, qui montre que la démocratie a un sens », a dit Jean-Pierre Giran.
À l’adresse des acteurs de l’école, il a conclu : « La connaissance et la transmission, c’est votre affaire. La citoyenneté, c’est l’affaire de tous ».
L’enseignement dans la joie et la poésie
Pour l’Éducation nationale, Bénédicte Lesieur a évoqué les nouveaux programmes de maternelle et élémentaire qui entreront en vigueur à la rentrée 2016 et le lien école – collège : « Je sais que chacun de vous s’y inscrira pleinement », a-t-elle dit.
Revenant à son tour sur 2015, annus horribilis, elle a appelé à la plus grande attention en 2016 « pour les élèves et l’environnement scolaire que l’on doit améliorer du mieux possible ».
« L’acte d’enseigner, et d’accompagner pour les Atsem, revient à transmettre les valeurs du vivre ensemble et de tolérance inscrites dans la notion de laïcité, souvent mal comprise. Pour cela, l’unité est indispensable », a-t-elle repris en citant le poète Abdellatif Laâbi (la poésie en réponse à la barbarie) et la spécialiste de l’éducation Nathalie Carpentier (l’enseignement dans la joie).Réunion sur la carte scolaire

Jean-Pierre Giran a sollicité la représentante hyéroise de l’Éducation nationale pour une réunion dans les prochaines semaines, afin « d’anticiper, et ne pas subir, la baisse démographique d’élèves qui s’annonce, selon les chiffres du recensement. Il s’agit de redéfinir la carte scolaire de façon marginale, car tous les quartiers ne seront pas touchés de manière homogène ».
L’idée étant de devoir fermer le moins de classes possible en raison de la baisse des effectifs. « Si nous pouvons améliorer les choses, nous le ferons », a glissé le député-maire.
Tous droits réservés Var-Matin du 27 janvier 2016 par S. Mouhot

Jean-Pierre Giran réunit le conseil municipal d’enfants au complet

Hier, s’est tenue la seconde partie du conseil municipal d’enfants. Cette fois, le maire Jean-Pierre Giran recevait les classes de Paul-Long, Guynemer et Michelet. Il a ouvert la séance en saluant l’engagement des conseillers et des adjoints, en leur précisant« être attentif aux propositions de chacun ».

Le conseil municipal est désormais au complet. (Photo L. Brutin)

Le conseil municipal est désormais au complet. (Photo L. Brutin)

« La jeunesse est la force vive dans les années à venir », c’est en ces mots que s’est exprimé le député-maire. Il souhaite « aller au bout de ce cours d’éducation citoyenne »car les jeunes apportent un regard différent et des propositions « neuves ». Les enfants ont ensuite pu échanger et dialoguer avec lui. Tous, concernés par ce rendez-vous, ont voulu mieux comprendre le rôle d’un maire, qui, comme il l’a rappelé « est une mission et non pas un métier car il n’y a pas d’école qui forme pour être maire ». Des enfants également marqués par les événements de l’année dernière, qui lui ont demandé son sentiment et s’il se sentait menacé. « Menacé personnellement non, mais je suis inquiet pour mon pays car certains pensent qu’ils peuvent imposer la loi du plus fort et s’attaquent à la démocratie » a conclu Jean-Pierre Giran avant de se joindre aux enfants, heureux de prendre la pose devant l’objectif.

Tous droits réservés Var-Matin du 22 janvier 2016

Sécurisation de l’Oratoire : les travaux urgents inaugurés

Inondations Engagés cet été par la ville dans l’objectif de protéger les lotissements du quartier des crues du Gapeau, les travaux d’hermétisation sont terminés. Ils ont été présentés, hier, officiellement.

Le député-maire au côté du préfet en tête des élus, des personnalités et de nombreux habitants du quartier de l'Oratoire, hier matin, lors de la visite des travaux effectués le long des berges. Ci-dessus, à gauche, les enrochements bétonnés équipés d'exutoires. (Photos Luc Boutria)

Le député-maire au côté du préfet en tête des élus, des personnalités et de nombreux habitants du quartier de l’Oratoire, hier matin, lors de la visite des travaux effectués le long des berges. Ci-dessus, à gauche, les enrochements bétonnés équipés d’exutoires. (Photos Luc Boutria)

Élus, officiels, associatifs, mais aussi, et bien sûr, riverains, étaient au rendez-vous, hier matin, pour l’inauguration officielle des travaux d’hermétisation des lotissements du quartier de l’Oratoire, près du Golf-Hôtel. Une cérémonie, qui, en ce 18 janvier, prenait une dimension symbolique, 17 ans, jour pour jour, après la crue de 1999 et deux ans après celle du 19 janvier 2014. Des phénomènes exceptionnels qui ont entraîné des dégâts considérables dans le quartier et marqué les habitants qui vivent désormais dans l’angoisse de nouvelles inondations.

Priorité majeure

Accueillis par le député-maire, Jean-Pierre Giran, de nombreux élus et personnalités étaient présents dont le préfet du Var, Pierre Soubelet ; Jean-Louis Masson, vice-président du conseil départemental et maire de La Garde ; François de Canson, maire de La Londe et conseiller régional, délégué aux risques majeurs et à la protection civile, ainsi que Patrick Martinelli, maire de Pierrefeu et président du Syndicat mixte du bassin-versant du Gapeau.

Jean-IMG_OratoirePierre Giran a tenu à rappeler en préambule que la lutte contre les inondations et la protection des populations était sa « priorité morale et budgétaire » depuis son arrivée en mars 2014.

La sécurisation de l’Oratoire constituant « la priorité majeure ».

825 000 € de travaux

Rappel aussi, sous forme de remerciement au préfet, de l’obtention de la dérogation qui a permis la réalisation des travaux d’urgence : ceux inaugurés hier matin.

Ils ont consisté à installer un mur de 103 mètres de long constitué de gabions (casiers contenant des pierres) le long de l’ancien chenal de crue, au nord des lotissements Saint-Louis et des Vergers de l’Oratoire. « Les études ayant montré que l’eau arrive dans les lotissements par ce côté, précisait un technicien lors de la visite, et si l’on protège le nord, le reste des lotissements est protégé ».

IMG_Oratoire2Ouvrage complété par 128 mètres d’enrochement et 214 m de béton injecté. Trois murets jouxtant les berges ont par ailleurs été montés allées des Ombres, des Sandres et des Perches. Ils visent à empêcher le passage de l’eau qui entrait par les anciennes ouvertures. Enfin, pour empêcher le débordement du Gapeau dans le lotissement par le réseau pluvial, les exutoires ont été repris avec pose de clapets anti-retour et de martelières (1). Montant total des travaux réalisés entre août et janvier : 825 000 euros. Dont 35.880€ d’études de maîtrise d’œuvre menées par la société Artelia et 789.400€ pour les travaux réalisés par la société Guintoli.

Autres travaux déjà réalisés en amont des lotissements : la voirie du chemin du Plan du Pont (400.000 €) et le bassin de décantation Jean-Salusse (23.150 €).

« Une action nouvelle de l’État… »

Le préfet Pierre Soubelet a quant à lui tenu à souligner que « ces dérogations accordées pour travaux d’urgence à Hyères, comme à La Londe, sont une action nouvelle de la part de l’État. Nous avons lancé des chantiers un peu partout. Mais il est nécessaire, insistait celui-ci, en matière d’eau, d’avoir une vision globale, car il ne faut pas que la réussite de travaux pour la protection d’un quartier vienne augmenter le risque ailleurs. La bonne réponse est donc supra-communale. »

Précision qui confirme la nécessité du travail mené à l’échelle du bassin-versant par le syndicat mixte. Le préfet qui, avant de conclure sur la qualité du travail réalisé à Hyères et La Londe, a indiqué : « Nous avons reçu une nouvelle instruction il y a deux semaines afin de gérer les ruissellements qui ne sont pas forcément pris en compte dans les PPRI, notamment la problématique des parkings souterrains. Une série de réunions va donc être programmée en 2016 avec les maires. »

1. Ouvrage mobile permettant de réguler le passage de l’eau

Tous droits réservés Var-Matin du 19 janvier 2015 par Emmanuelle Pouquet

Le maire a dédicacé son livre à la librairie Charlemagne

Jean-Pierre Giran, maire d’Hyères, a rencontré samedi les lecteurs de son dernier ouvrage « Je ne suis pas sûr d’avoir tort » dans lequel il détaille le fond de sa pensée politique. Instructif.

Jean-Pierre Giran

Jean-Pierre Giran

Rencontrer le maire dans la rue pour lui serrer la pogne, quoi de plus commun ? Cette scène est d’ailleurs l’objet d’un passage assez drôle dans le dernier livre de Jean-Pierre Giran, sur l’obligation de résultat des élus, le distinguo entre le fond et la forme. Extrait : «Quand un maire se promène dans sa ville, serrant des mains et baisant des joues, personne ne dénonce son manque de profondeur, son absence de vision ou son peu d’intérêt pour les dossiers de fond. Bien au contraire, on célèbre les mérites de cet élu qu’on touche et qu’on aime. On le dit proche du peuple alors qu’il n’en est que près. A la qualité de la réflexion, on préfère le sens du contact. Plutôt que la capacité de travail, on salue l’aptitude à la marche. »

Samedi, de 10 h à 12 h, c’est donc l’auteur qu’il était donné de rencontrer à la librairie Charlemagne de l’avenue des Îles d’Or. Mais puisque ce précis, intitulé « Je ne suis pas sûr d’avoir tort » (1) détaille sa pensée, l’homme politique ne sera jamais loin. On retrouve dans l’écriture de Jean-Pierre Giran l’acuité et l’empressement parfois, qui mènent son engagement d’élu. Pot-pourri, forcément subjectif, des « meilleures feuilles ».

La montée du FN

« Obsédés par la montée d’une extrême droite qui se nourrit davantage de réflexes que de réflexions, de problèmes que de solutions, les partis républicains se sont mis progressivement au diapason d’un populisme devenu à la mode. Dès lors, en cas d’alternance, ou même pendant un mandat, il n’y a plus eu de véritable choix, de preuve de courage, de vision ou de rupture. Il y a eu simplement, de lâcheté en habileté, un glissement subreptice qui a changé toutes les donnes et qui, du fait de son invisibilité, a produit le désastre avant qu’on ait pu en devenir conscient. »

Feu le clivage gauche droite

« L’heure de la franchise est venue qui nous impose un mea culpa collectif. Regardons la réalité en face. Nous employons les mêmes mots. Nous appartenons au même parti. Nous obtenons les mêmes investitures. »

L’information galopante sur les réseaux sociaux

« La rapidité et le nombre sortent gagnants de l’usage de techniques désormais à la portée de tous. Mais que deviennent l’esprit critique, la réflexion personnelle, l’effort formateur, la démonstration, la conviction ? »

Concilier logement et environnement

« Le maire ne cesse d’être ballotté. S’il propose de construire, les interdictions pleuvent. S’il décide de ne pas construire, les injonctions à le faire, assorties de pénalités, tombent. Kafkaïen ! […] Le mieux est une fois de plus l’ennemi du bien. De normes en normes, le dérapage se poursuit : le progrès permanent accumule les blocages et provoque l’immobilisme des élus ou leur paralysie. »

Le bénévolat associatif

« Érigée en totem, la loi de 1901 doit demeurer un instrument de la liberté d’initiative mais doit se transformer pour garantir le sens des responsabilités de ceux qui la mettent en oeuvre. La vie associative doit donner un sens à la vie ; elle ne doit pas devenir un moyen de vivre. »

La lutte contre Daesh

« L’unité nationale est, dans ces circonstances, la seule exigence. Elle permet d’opposer au terrorisme, la force de la République et la fierté de la Nation. Là où Daesh voudrait la diviser, il ne parvient au contraire qu’à la rassembler. […] Vaincre Daesh est une telle urgence vitale que la résistance collective doit l’emporter sur les querelles familiales. […] Les attentats de novembre ont creusé une plaie béante sur le visage de la France. Ils ont ouvert une parenthèse où la violence légitime de la loi doit permettre de l’emporter sur la violence sanguinaire des terroristes ».

Jean-Pierre Giran a récompensé les sportifs qui ont porté haut et fort les couleurs hyéroises

IMG_SportifsJeudi 14 janvier 2016 au soir, Jean-Pierre Giran récompensait les sportifs qui ont porté haut et fort les couleurs hyéroises dans de nombreuses disciplines sportives, à l’espace la Villette, lors de la soirée des champions. Dans son discours, le député maire a insisté sur la qualité du sport d’élite hyérois qui « ne pourrait exister sans le sport amateur » et la dimension sportive de la ville.

Les sportifs ont reçu leur médaille en présence des parrains : Sébastien Tillous-Borde, Maxime Mermoz, Alexandre Menini et Thibault Lasalle, joueurs du Rugby Club Toulonnais, ainsi que Laurie Pupin, Miss Var 2015.