Une nouvelle adresse pour les Boutchous de l’Espoir

Les bénévoles des Boutchous de l'Espoir ont inauguré leurs nouveaux locaux hier, en présence du maire Jean-Pierre Giran et d'un généreux mécène.

Les bénévoles des Boutchous de l’Espoir ont inauguré leurs nouveaux locaux hier, en présence du maire Jean-Pierre Giran et d’un généreux mécène.

L’association vient en aide aux parents démunis des enfants de zéro à trois ans adressés par les services sociaux. Elle a déménagé dans un local mis à disposition par la mairie, au centre Olbia

Les Boutchous de l’Espoir ont une nouvelle adresse et les vingt-deux bénévoles ne pouvaient rêver plus beau cadeau pour les 20 ans de leur association. Elle dispose désormais d’un local mis à disposition par la mairie, à proximité immédiate du CCAS, un atout supplémentaire pour cette association qui vient en aide aux familles des enfants de zéro à trois ans, adressées par les services sociaux.

Hier matin, Jeannine Collombat, la présidente des Boutchous de l’Espoir, a reçu avec plaisir le maire, Jean-Pierre Giran, venu inaugurer ce nouveau local en compagnie des élues en charge de la cohésion sociale, Josiane Mai, et de l’action sociale et du CCAS, Marie-Hélène Parent. À leurs côtés également, se trouvaient les représentants de la société Zolpan qui, par le biais d’un mécénat, a remis à neuf le local en offrant les peintures.

Disposant désormais d’un local clair et fonctionnel d’une centaine de mètres carrés, l’association va poursuivre l’oeuvre engagée il y a 20 ans.

Chaque mardi matin, elle ouvre ses portes à 122 familles bénéficiaires, adressées par les services sociaux. La plupart sont hyéroises, quelques-unes viennent des communes alentours, notamment de La Londe. Chacune reçoit des couches, du lait, des biscuits et des petits pots, adaptés à l’âge de l’enfant.

Si certains produits proviennent de la banque alimentaire du Var, d’autres, comme les couches ou les laits maternisés, sont achetés par les Boutchous de l’Espoir. « C’est donc important pour nous d’affecter le budget, qui provient notamment des subventions de la ville, en fonctionnement et dans le cadre de la politique de la ville, mais aussi du département et de TPM, à l’achat de ces denrées plutôt qu’à un loyer qui nous coûtait quand même 1 100 euros par mois depuis que nous avions quitté la rue Matignon », a expliqué la présidente.

Grâce aux Boutchous de l’Espoir, les familles peuvent aussi vêtir les bambins à tout petit prix, en achetant des vêtements de taille zéro à trois ans qui leur sont vendus un euro pièce ou des articles de puériculture.

Deux fois par semaine, les mardis et jeudis après-midi, les Boutchous ouvrent également leurs portes à tous les publics pour vendre ces mêmes articles d’occasion, de un à cinq euros pièce. L’argent ainsi récolté contribue également au financement des actions de l’association.

Ces affaires, vêtements et articles de puériculture en bon état, proviennent de dons. L’association a profité de l’inauguration, hier, pour lancer un appel afin de réapprovisionner son stock, notamment en vêtements de taille 18 mois, 2 et 3 ans.

À votre bon coeur !

Sainte-Barbe chaleureuse et adaptée au contexte

La revue des troupes. Photo Laurent Martinat

La revue des troupes. Photo Laurent Martinat

« La joie de vivre est le meilleur rempart contre la haine. » Cette phrase du député-maire Jean-Pierre Giran, prononcée hier à l’occasion de la cérémonie de la Sainte-Barbe au centre d’incendie et de secours, pourrait rester comme un mot d’ordre dans les rangs des sapeurs-pompiers. L’allocution du chef de centre, ainsi que celles des élus, a conféré à la Sainte-Barbe 2015 un caractère plus fraternel que jamais. Revenu après plusieurs mois d’absence, le commandant Michel Seitz a « dérogé au formalisme » habituel de la cérémonie en raison d’épisodes exceptionnels successifs qui ont marqué la caserne. Il a rendu hommage au capitaine Lamarque « qui a assuré l’intérim de manière exemplaire » durant son absence. Le chef du centre a eu une pensée pour Eric, pompier professionnel, et sa femme Marie qui ont perdu leur fils. « Motivés par un bel esprit collectif, nous participons à des actions au profit de leur association Un puits pour Mathieu » a t-il rappelé.

Revenant sur la tragédie du 13 novembre, le commandant a mis en avant les valeurs qui doivent unir le corps des sapeurs-pompiers. « Notre capacité à refuser la haine, crier notre fierté d’assurer un service public de qualité au sein de notre belle France, sans oublier les valeurs de la République – liberté, égalité, fraternité – font partie des enjeux pour demain. »

Un discours adapté à la situation exceptionnelle, mais aussi tourné vers l’avenir. « 2016 sera synonyme de la continuité de la réhabilitation de notre centre de secours (…) L’adaptabilité des pompiers sera notre force pendant ces 15 semaines de travaux. » Le commandant n’a pas oublié de souhaiter de belles fêtes de fin d’année à toutes et tous.

La cérémonie s’est déroulée en présence des familles. Plusieurs pompiers ont été décorés et promus.

Tous droits réservés Var-Matin du 6 décembre 2015

Jean-Pierre Giran lance les festivités et animations de Noël

Les festivités et animations de Noël ont été lancées, hier, par le maire, Jean-Pierre Giran, et ses adjoints, entourés de nombreux Hyérois.

Les échassiers et la Parade Polaire ont accompagné petits et grands dans le centre-ville après l'illumination des rues, hier soir. (Photos Laurent Martinat)

Les échassiers et la Parade Polaire ont accompagné petits et grands dans le centre-ville après l’illumination des rues, hier soir. (Photos Laurent Martinat)

C’est près des échassiers de cette période de Fêtes de fin d’année que le maire a invité la foule à l’accompagner pour le décompte : « 5, 4, 3, 2, 1…» Et les tirs de cotillons ont résonné dans les rues du centre-ville qui se sont illuminées simultanément.

Chalets et patinoire ouverts !

« Cet événement est important après les drames que nous avons connus récemment. Mais il était important de maintenir ces festivités et je suis heureux de vous voir si nombreux ce soir », a-t-il déclaré au micro.

Longeant la rue piétonne, la Fanfare Polaire a devancé les échassiers avant de parader avec les enfants sur la place de la République puis la place Clemenceau.

Déjà, tous les chalets sont ouverts et la patinoire a été prise d’assaut par les premiers amateurs de glisse. Le vin chaud a coulé à flots et les Churros ont fait la joie des petits Hyérois.

Les musiciens de la troupe « Poussières d’étoiles » ont poursuivi leur périple dans les rues du centre-ville avant de laisser les familles s’offrir les premières sucreries des fêtes. Un avant-goût de Noël.

Tous droits réservés Var-Matin du 6 décembre 2015 par Fred Dumas

Hommage solennel aux combattants

La flamme a été ranimée par le maire, Jean-Pierre Giran, hier matin. (Photo FD)

La flamme a été ranimée par le maire, Jean-Pierre Giran, hier matin. (Photo FD)

La commémoration en hommage aux morts pour la France au cours de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie, s’est déroulée hier matin, sur la place Lefèbvre, à Hyères.

En présence des autorités civiles, militaires et de nombreux porte-drapeaux, le député-maire de la commune, Jean-Pierre Giran, a ranimé la flamme devant le monument aux morts puis célébré la mémoire de toutes les victimes du conflit : « J’ai une pensée émue pour les Harkis, accueillis dans des conditions difficiles en France après ces événements, pour les pieds-noirs et toutes les familles endeuillées. Mais il faut également se souvenir de la confraternité qui régnait auparavant. Elle doit être aujourd’hui le ferment de notre détermination après les attentats commis en France mais aussi en Tunisie tout récemment », a-t-il déclaré. « Je pense, bien sûr, à la base aéronavale d’Hyères dont certains éléments sont engagés sur le Charles-de-Gaulle pour combattre Daesh. Et je veux vous dire que notre union nationale est notre meilleure force ! ».

Plusieurs gerbes de fleurs ont été déposées au nom du conseil municipal, du conseil départemental et des associations d’anciens combattants.

Tous droits réservés Var-Matin du 6 décembre 2015

VOILE: Le Tour de France revient en force à Hyères

image_0037_e302c30d4e6093211bf819804aabcdf5

Le parcours du Tour de France à la voile a été dévoilé hier à Paris lors du Salon nautique. Si dans le Var, personne ne se souvient de l’été dernier, il n’en sera pas de même en 2016 !

En effet, après une saison blanche où la flotte s’est contentée de lécher les côtes varoises, cette fois elle y jettera l’ancre.

Et pas n’importe où…

Hyères – dont l’équipage TPM-Coych a remporté à plusieurs reprises l’épreuve phare avant de se retirer – sera ainsi l’heureuse élue les 27 et 28 juillet.

Un retour aux sources en somme pour une commune à la politique nautique bel et bien ambitieuse.

Pour preuve, sa récente candidature aux épreuves de voile des Jeux olympiques 2024 restée, étrangement, sans lendemain au profit de Marseille… Qu’importe cet écueil, la cité des Palmiers (soutenue par TPM, convaincue de l’importance de la manifestation), retenue pour cette deuxième édition du Tour en Diam 24, saura être à la hauteur du défi avec ses îles mythiques, dont Porquerolles.

Site remarquable où aiment à naviguer les marins de tous horizons. Ils seront servis avec un parcours comptant au total 9 actes, avec une forte consonance méditerranéenne. Car outre l’escale hyéroise, le serpent de mer s’aventurera à Roses (Espagne), Gruissan, Marseille et Nice, ville arrivée (du 29 au 31 juillet).

Ville de voile emblématique

« Nous nous devons d’insister sur certaines parties du littoral, essentiellement pour des raisons de cohérence sportive et logistique, dans le cadre imposé des 3 semaines de courses, tout en restant fidèles à notre principe d’équité entre les différentes façades maritimes sur plusieurs éditions » a rappelé Jean-Baptiste Durier, directeur de l’épreuve.

Epreuve qui fera la part belle, à terre, aux animations. Le port Saint-Pierre, évidemment, sera le centre névralgique de ce village à l’ambiance incomparable…

Ce dont ne doute pas un instant le maire de la commune, Jean-Pierre Giran. « J’ai souhaité une étape à Hyères car c’est une ville de voile emblématique. En plus, le Tour, placé sous la responsabilité du groupe Amaury, a changé de dimension. Il est beaucoup plus abordable par le grand public et très spectaculaire. C’est une chance pour Hyères et pour le Var. »

Tous droits réservés Var-Matin du 5 décembre 2015 par Raphaël Coiffier

Après la question au gouvernement de Jean-Pierre Giran, la si contestée taxe sur le foncier non bâti révisée !

De nombreux Varois peuvent pousser un grand « ouf » de soulagement ! Une quarantaine de communes du département étaient concernées par la majoration de la taxe sur le foncier non bâti que l’Assemblée nationale a finalement décidé de réviser.

Au titre du projet de loi de finance rectificative pour 2015, les députés ont ainsi voté, mercredi, la suppression de la mesure qui avait été décidée cette année pour libérer du foncier et de faire procéder à des dégrèvements au bénéfice des personnes intéressées. La procédure de remboursement des personnes ayant déjà payé sera précisée ultérieurement.

Combat gagné

Les propriétaires de terrains non bâtis, littéralement plombés par une majoration de 25 % + 5 e par mètre carré (certains ont vu leur taxe foncière passer de 1 500 à 15 000 e) vont pouvoir recouvrer un sommeil léger. Au titre de 2016, la majoration de 5 e/m2 qui était prévue est également supprimée. Elle est toutefois prévue pour 2 017 à hauteur de 3 e/m2.

« Le combat contre la majoration scandaleuse de la taxe foncière non bâti est gagné », se félicite Jean-Pierre Giran, le député-maire de Hyères, qui a été l’une des communes les plus impactées avec près d’une centaine de cas. Vent debout face à cette mesure, celui-ci avait fait une demande de moratoire au gouvernement fin septembre et auprès du secrétaire d’État au budget, Christian Eckert. « La mise en application minorée de la réforme en 2017, si elle devait être appliquée, permettrait en toute hypothèse aux intéressés de réagir dans des délais leur permettant une démarche rationnelle et choisie », considère l’élu.

Car depuis septembre, l’irrationnel avait fait son nid. La ville de Hyères comme d’autres municipalités varoises préconisaient la construction de garages afin de permettre à leurs administrés de se doter d’un permis de construire avant le 31 décembre 2015. Cette insensée course contre la montre est maintenant terminée. Tous droits réservés Var-Matin, Nice-Matin du 4 décembre 2015 page 26 O. B.

Commerces en fête, une nouvelle dynamique

Le visuel de l'opération et les décorations communes étaient hier mis en place par les commerçants participant à l'opération qui comprend plusieurs jeux pour petits et grands, avec cadeaux et bons d'achat. (Photo Franck Muller)

Le visuel de l’opération et les décorations communes étaient hier mis en place par les commerçants participant à l’opération qui comprend plusieurs jeux pour petits et grands, avec cadeaux et bons d’achat. (Photo Franck Muller)

Fédérés autour de l’office du commerce, quatre associations de commerçants du centre, du port et de L’Ayguade mettent en commun leurs initiatives pour les animations de fin d’année

Fédérer les commerçants de tous quartiers autour d’initiatives communes ? Une gageure que l’office du commerce et de l’artisanat hyérois (OCAH), tout nouvellement constitué, s’efforce de relever. Les premiers résultats s’avèrent encourageants.

Mardi, dans le bureau du député-maire Jean-Pierre Giran, Myriam Biville et Sarah Vernalde de l’OCAH, les élus délégués à l’animation et au commerce, Lucette Ritondale, Chantal Portuez et Véronique Bernardini, ainsi que les responsables de quatre associations de commerçants – Les Vitrines de Hyères, l’association des commerçants dynamiques du centre (ACDC), l’association des commerçants du port (ACP) et l’union des commerçants de L’Ayguade-Ceinturon (UCAC) – présentaient leur première opération commune pour les animations des fêtes de fin d’année. Baptisée « Commerces de Hyères en fête », elle réunit 110 commerçants adhérents sur les secteurs du centre, du port et de l’Ayguade.

Travailler ensemble

Décoration commune, jeu des Pitchouns avec la villa de Noailles, jeu des bons d’achats et campagne de communication collective (lire par ailleurs) viennent sceller ce travail collectif qui est de fait une première dans la commune.

« L’office du commerce n’est pas une structure de plus, ce peut être une sorte de dynamique très positive. Je crois beaucoup à la synergie qui peut s’engager si nous travaillons ensemble sur de grosses opérations », a souligné le maire lors de cette conférence de presse

L’office compte sur une montée en puissance du nombre d’adhérents, et promet des festivités « encore plus grandioses » pour l’an prochain. Sachant que la structure est ouverte à l’ensemble des professionnels du secteur qui se chiffrent par centaines (au moins cinq cents et la commune compte en tout sept associations de commerçants).

Créé en juin sous l’impulsion de la ville, l’OCAH, basé sur la place Clemenceau, a pour mission de fédérer, de cordonner les manifestations et d’élaborer une communication globale. La mairie annonce également un effort sensible en matière de communication numérique, et envisage l’installation de bornes d’information interactives sur les artères passantes.

Au-delà de ces missions, c’est la restructuration du commerce local qui se profile : « Il faut engager une meilleure réflexion sur les préemptions de fonds de commerce emblématiques », déclare le maire qui pointe les loyers beaucoup trop coûteux pratiqués par certains propriétaires de murs.

La mise en place du circuit des artisans d’art qui se profile, avec VAD, va également dans le sens d’une redynamisation.

Réveiller la vieille ville et les ports

Trente commerces ont été acquis dans ce cadre. Les premiers ouvriront en 2016, occupés par un peintre, un fabricant de bijoux et un tapissier. Un tailleur de pierre, un luthier sont prévus aussi.

« Tout cela est très attractif et va modifier la vieille ville, assure Jean-Pierre Giran, d’autant qu’en même temps, nous avons fait un effort important sur le patrimoine avec la réouverture de la collégiale Saint-Paul en 2 016 et la restauration des remparts ».

Des idées se bousculent aussi sur le port où l’on songe à des initiatives festives susceptibles de réchauffer la monotonie hivernale, au bord des bassins.

Tous droits réservés Var-Matin du 4 décembre 2015 page 4 par Nathalie BRUN.