Jean-Pierre Giran présente le Programme d’Actions de Prévention contre les Inondations (PAPI)

Réunion publique Le Programme d’actions de prévention des inondations en préparation a été présenté jeudi par la Commission locale de l’eau et le Syndicat mixte du bassin versant du Gapeau

«Et qu’est-ce qu’ils font pour empêcher ça ? Rien ! » A ceux qui se plaignent de l’immobilisme des pouvoirs publics sur la problématique des inondations et du manque d’information en la matière, on pourra opposer la très faible participation (une trentaine de personnes) à la réunion organisée à l’espace nautique jeudi soir.

Laquelle avait pour objet de présenter à la population l’ensemble du travail mené actuellement par la commission locale de l’eau (Cle) et le syndicat mixte du bassin versant du Gapeau (SMBVG) (1) pour élaborer le Papi : le Programme d’actions de prévention des inondations.

Le syndicat était représenté par son président Patrick Martinelli, qui préside également la Cle, au côté d’Isabelle Monfort, conseillère municipale déléguée à l’eau et aux inondations et Jean-Marc Gély, adjoint délégué à la sécurité (2).

Un programme à l’échelle de quinze communes

En clair, hormis les travaux d’urgence (sécurisation), déjà engagés par la ville d’Hyères, « qui a obtenu pour ce faire une dérogation exceptionnelle du préfet » est venu rappeler le député-maire, Jean-Pierre Giran, il s’agissait de présenter la démarche engagée par les entités compétentes.

Un programme réfléchi à l’échelle du bassin versant qui concerne 15 communes (1) et s’inscrit dans un cadre réglementaire très complexe. Il implique des démarches administratives lourdes et longues, mais aussi la possibilité d’obtenir des subventions à différents niveaux (Europe/État/Région…) pour les études, puis les travaux à engager.

La première étape du programme (Papi « d’intention ») prévoit dans les deux prochaines années de collecter les connaissances manquantes qui permettront de définir les actions à mettre en oeuvre pour protéger les personnes et les biens et développer une « culture du risque ». Affiner les connaissances ? Cela passe par un diagnostic du territoire : des études pour mieux comprendre comment intervient le phénomène d’inondation (dynamique fluviale, reliefs, sols, ouvrages, remblais, aménagement des berges, niveau de la mer, ensablement…) ; mais aussi identifier les enjeux en terme de population, de biens, d’infrastructures (routes), d’activités économiques, et évaluer leur niveau de vulnérabilité.

Parallèlement aux études, un inventaire des zones d’expansion de crues (ZEC), naturelles et à aménager, démarrera dès février prochain.

Trois nouvelles stations

Cette première étape comprend aussi un volet sensibilisation du public, une assistance aux communes pour la gestion des risques et l’organisation de l’alerte (étude Predict), la réalisation d’exercices de crise, l’établissement des PPRI définitifs dans 8 communes, et des actions immédiates.

En particulier le lancement à l’automne 2016, du programme de travaux d’entretien et de restauration du Gapeau et de ses affluents – y compris sur les propriétés privées – pour ralentir les écoulements.

Il faut y ajouter la création d’un réseau de mesures pour assurer le suivi des cours d’eau et améliorer la prévention des crues.

Aux quatre stations de prévision de crues (vigiecrues) déjà existantes, s’ajouteront trois nouvelles créées d’ici fin 2015 à Signes, Pierrefeu et La Crau (voir plan).

Début des travaux : 2 018

La deuxième étape, dite Papi complet, a été expliquée en réponse aux questions du public. Au terme d’études d’impact qui seront suivies d’une enquête publique, durant laquelle la population pourra s’exprimer, le lancement des travaux devrait intervenir fin 2018, début 2 019 pour une durée de trois ans. On retiendra enfin, que, pour une meilleure communication, le syndicat mixte ouvrira en février prochain un site internet où le public pourra retrouver toutes les informations, dont le contenu complet de ce programme d’actions et ses ambitions.

Prochaine réunion publique le 12 janvier, à 18h30, à Solliès-Pont.

1. Qui réunit les 15 communes figurant sur le plan, + La Londe pour les rivières souterraines.

2. Et Olivier Vignoulles, de la société SCE qui assiste le syndicat dans l’élaboration du Papi.