Jean-Pierre Giran veut muscler le jeu de la Ville en matière économique, la Chambre de commerce et d’industrie approuve

Lundi dernier 14 décembre 2015, la Chambre de commerce et d’industrie du Var (CCIV) a délocalisé sa réunion de bureau au restaurant Le Marais, à Hyères.

L’occasion d’aborder, avec vue sur mer, les sujets à fort potentiel économique de la Ville avec son maire Jean-Pierre Giran.

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie du Var, Jacques Bianchi (à gauche) entouré d'une partie de son bureau et le maire Jean-Pierre Giran (à droite), ont évoqué les projets hyérois à fort potentiel économique. (Photo O. B.)

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Var, Jacques Bianchi (à gauche) entouré d’une partie de son bureau et le maire Jean-Pierre Giran (à droite), ont évoqué les projets hyérois à fort potentiel économique. (Photo O. B.)

Déterminé à faire bouger les choses : « Hyères n’a pas gagné d’habitants depuis vingt ans et le nombre d’enfants scolarisés diminue. C’est insupportable ! Je veux muscler notre offre, retenir plus d’actifs pour ne pas que cette commune s’affaisse. » Le constat est sans fard.

Pour y remédier, les projets structurants doivent recevoir l’adhésion et l’appui d’un organisme tel que la CCIV. « On a besoin des maires du Var pour accompagner l’ambition de nos chefs d’entreprise et, dans le département, Hyères est l’une des communes qui a le plus d’avenir », estime Jacques Bianchi, le président de la chambre varoise.

Promenades

Chaque entité ayant besoin l’une de l’autre, toutes les conditions sont donc réunies pour développer des projets qui permettront à la Ville comme aux entrepreneurs de s’épanouir à l’ombre des palmiers.

En tête de gondole figure la maison de l’économie, une coproduction CCIV – Ville d’Hyères. Dans son sillage, on y trouve les projets liés à l’Opération Grand Site.

En plus de la création d’un éco-lodge au salin des Pesquiers et d’une promenade de bord de mer entre le port et l’Ayguade, la Ville envisage l’achat d’une bande de terre d’une trentaine de mètres entre l’Almanarre et l’étang du Redon permettant d’aménager une promenade via la route des marais.

Dans cette logique, la rénovation et la régularisation de la zone du Palyvestre qui s’étend jusqu’à Magic World devient incontournable.

Pour ce qui est des zones d’activités économiques, l’extension de la ZI Saint-Martin est liée au développement de zones d’activités agricoles quand la future zone d’activités du Roubaud générera à coup sûr plusieurs implantations.

En 1998, Robert Pirès et les Bleus avaient réussi à muscler leur jeu pour grimper sur le toit du monde.

En 2020, Jean-Pierre Giran aimerait juste grimper en haut de la colline du château pour y contempler, au loin, des projets aboutis.

Tous droits réservés Vaar-Matin du 17 décembre 2015 p. 4 par Olivier Bouisson