Anniversaire de la mort du général De Gaulle

Le 45e anniversaire de la mort du général a été commémoré à la stèle du 18-Juin, sur le parvis de l'Espace 3000 à Hyères. (Photo Luc Boutria)

Le 45e anniversaire de la mort du général a été commémoré à la stèle du 18-Juin, sur le parvis de l’Espace 3000 à Hyères. (Photo Luc Boutria)

Élus, anciens combattants et représentants des corps constitués se sont retrouvés hier matin à 11 h, devant la stèle de l’Appel du 18 juin, sur le parvis de l’Espace 3000 à Hyères, pour commémorer le 45e anniversaire de la disparition du général De Gaulle.

Plusieurs dépôts de gerbes ont eu lieu. Celle du conseil municipal, déposée par le député-maire, Jean-Pierre Giran, entouré des commandants de la garnison hyéroise, du 54e Régiment d’artillerie, de la compagnie de gendarmerie d’Hyères, du groupement de gendarmerie mobile et du centre de secours principal.

Les conseillers départementaux Véronique Bernardini et Francis Roux ont également fleuri le mémorial, ainsi que le Club varois du 18 juin et l’Amicale des anciens marins.

Hommages et salut aux drapeaux ont clôturé cette cérémonie.

Tous droits réservés Var-Matin du 10 novembre 2015

Dotations de l’Etat : à TPM les élus dénoncent le flou

Dans un contexte de réforme des participations de l’État, le budget 2016 devrait être marqué par une stabilité de la fiscalité, la maîtrise des charges et le maintien de l’investissement

La dotation globale de fonctionnement versée par l'État à TPM s'élevait à 54 millions en 2013. Elle pourrait avoisiner 42 millions en 2016. (Photo P. Bl.)

La dotation globale de fonctionnement versée par l’État à TPM s’élevait à 54 millions en 2013. Elle pourrait avoisiner 42 millions en 2016. (Photo P. Bl.)

Les oreilles des membres du gouvernement ont dû siffler hier matin. Au moment d’évoquer les grandes lignes de l’exercice financier 2016 dans le cadre du débat d’orientations budgétaires, les élus ont pris tour à tour la parole pour dire tout le mal qu’ils pensent des choix de l’État en matière de soutien aux collectivités.« Les choses n’ont jamais été aussi difficiles », a résumé le président de TPM Hubert Falco. Au-delà de la baisse des dotations (environ 5 Me en moins pour TPM en 2016), les élus de l’agglomération ont fustigé le manque de lisibilité et de clarté, quant à la réforme de la Dotation globale de fonctionnement.

« Aujourd’hui, on apprend les choses par voie de presse et non pas par la préfecture. On n’a aucune information, ce n’est pas normal, a martelé le maire d’Hyères, Jean-Pierre Giran. On a affaire à des apprentis sorciers qui déstabilisent les collectivités. Ça devient ingérable. »

« Le gouvernement est un canard sans tête », a renchéri Hervé Stassinos, premier magistrat pradétan. Son homologue six-fournais, a lui évoqué « une déliquescence de l’État à un point jamais vu qui risque de déboucher sur une hausse substantielle des impôts locaux ».

Pour l’heure, le levier fiscal ne sera pas utilisé à TPM.

« Les taux seront inchangés en 2016, qu’il s’agisse de la CFE ou des impôts sur les ménages », a assuré Hubert Falco.

L’élu FN Jean-Yves Waquet a rappelé la suppression (en juin dernier) de l’abattement sur la taxe d’habitation, qui « conduit à une augmentation des recettes fiscales (6 Me) plus haute que la baisse des dotations (5 Me) ».

L’argument est balayé par le président de l’agglomération : « On a perdu 38 millions sur quatre ans et vous me parlez de 6 millions… Nous assumons. il faut bien trouver de quoi subventionner le transport, l’éducation, etc. »

Au niveau des dépenses, TPM prévoit un investissement de l’ordre de 100 Me pour 2016 et une « maîtrise des charges de fonctionnement ».

Le mot de la fin est revenu à Robert Alfonsi, futur ex-conseiller communautaire (lire ci-contre).« La baisse des dotations ne date pas de ce gouvernement mais elle s’amplifie. Le coeur du débat, c’est la logique d’austérité. Et quand je lis les programmes des candidats à la primaire à droite, je me dis que ça ne risque pas de changer. » Tous droits réservé Var-Matin du 6 novembre 2015 C. GAIGNEBET

Nouveau plan de circulation autour du passage à niveau de la gare

La Ville met en place lundi un nouveau plan de circulation autour du passage à niveau de la gare avec des itinéraires de contournement. Les CIL accueillent la nouvelle avec soulagement.

Voici les itinéraires de contournement du passage à niveau de la gare. Les automobilistes seront redirigés vers les rues des Capucines, Hippolyte-Panhard, Pierre-Renaudel et voie Olbia. (Document DR)

Voici les itinéraires de contournement du passage à niveau de la gare. Les automobilistes seront redirigés vers les rues des Capucines, Hippolyte-Panhard, Pierre-Renaudel et voie Olbia. (Document DR)

Une semaine après la mise en place du nouveau cadencement des TER entre Marseille et Hyères, qui a vu passer le nombre de trains de 8 à 19 (Var-matin du 3 novembre), la Ville dégaine son arme contre la crise de nerfs des automobilistes.

Il s’agit d’un nouveau plan de circulation qui sera mise en service dès lundi matin afin d’endiguer les temps d’attente trop longs lorsque les trains entrent et sortent.

Le principe : la suppression des quatre « tourne à gauche » du carrefour grâce à une signalisation horizontale (marquage au sol) et verticale (panneaux et îlots directionnels provisoires).

« La police municipale sera présente ce lundi et mardi si besoin pour guider la population » a indiqué le maire Jean-Pierre Giran qui a animé hier après-midi, une réunion de présentation du nouveau dispositif à l’Hôtel de Ville avec les différents acteurs du projet (Ville d’Hyères, TPM, Conseil départemental, SNCF Réseau) et les représentants des CIL de la gare et de Costebelle.

Aux manettes du rétroprojecteur, le cabinet Horizon Conseil en charge du nouveau plan, pressé par le député-maire de rendre ses conclusions une semaine plus tôt. Et elles sont plutôt convaincantes.

Après avoir étudié trois variantes, celle qui prône la suppression de tous les « tourne à gauche » du carrefour a été retenue. Elle annule de fait les mouvements conflictuels et permet de détourner 175 véhicules par jour du lieu. Le report de trafic s’effectuera rues des Capucines, Hippolyte-Panhard, Pierre-Renaudel et voie Olbia.

Mieux qu’avant le cadencement

Pour délester un peu plus le quartier, une desserte sera créée « le plus tôt possible » en amont de la gare dans le cadre de l’aménagement de la ZAC du Roubaud.

En conséquence, les remontées de véhicules (ou files d’attente si vous préférez) diminuent de manière significative (lire ci-contre) et ce, mieux qu’avant la hausse du trafic ferroviaire. « On améliore même la situation », se félicite le député- maire qui, dans ce dossier sensible, soigne sa communication et joue clairement la carte de la transparence.

Alors, séduits les riverains ? « Je suis très satisfaite, avance Françoise Martin du CIL de la gare. Cela va permettre la mise en sécurité des automobilistes et une circulation plus fluide sur tous les axes mais j’attends quand même de voir ce qui se passera l’été prochain…»

« Je compte sur vous dans un état d’esprit de démocratie participative », a souhaité Jean-Pierre Giran,visiblement soulagé lui aussi.

Tous droits réservés Var-Matin du 6 novembre 2015 par Olivier Buisson

La ville se met à l’heure de la Grande Guerre

Durant plus d’un mois, expositions, concert, lectures et conférences se succèdent pour célébrer le « Hyères de 14-18 » : ses héroïnes, la vie quotidienne dans la guerre et les souvenirs

Vêtements de 1914 et foule des grands jours pour l'inauguration de l'exposition sur le centenaire 14-18. L'association Giens 1900 était aux avant-postes, hier matin, à La Banque. (Photo Luc Boutria)

Vêtements de 1914 et foule des grands jours pour l’inauguration de l’exposition sur le centenaire 14-18. L’association Giens 1900 était aux avant-postes, hier matin, à La Banque. (Photo Luc Boutria)

Le parvis de La Banque était noir de monde, hier matin, pour l’inauguration de l’exposition gigantesque célébrant le centenaire de la guerre 14-18. Aux avant-postes, les adhérents de l’association « Giens 1900 », avaient revêtu, pour l’occasion, les vêtements que portaient les Hyérois en 1914. Rien de tel pour plonger dans le passé.

Toutes les manifestations durent jusqu’au 12 décembre et c’est un événement pour la ville. Les représentants de la société militaire et de la société civile étaient d’ailleurs tous là pour participer au lancement.
« Les Hyérois ont ressorti de leurs greniers, de leurs tiroirs, des documents personnels précieux. Ce patrimoine personnel fait désormais partie du patrimoine communal » a déclaré, en préambule, Jean-Pierre Giran, député-maire de la ville, qui a ardemment encouragé ce programme culturel.« Hier soir, une pièce de théâtre a ouvert ce programme. Un concert le poursuit et les manifestations vont s’enchaîner, en cette fin d’année, pour faire vivre le centenaire de 14-18 à tous les Hyérois. Ainsi, nous renouons avec nos racines ».
« L’histoire de chacun et l’Histoire »
Bras armé de ce programme de fin d’année, l’amiral Georges Prud’Homme a détaillé les moments forts : « Outre le concert programmé le 12 novembre, un récital de chansons d’époque est prévu au Moulin des Contes ainsi que des conférences, lectures… Mais rien n’aurait pu être possible sans la coopération de tous nos partenaires : le service culturel et patrimoine d’Hyères, la médiathèque, le 54ème régiment d’artillerie, toutes les associations… Cette coproduction, entre la mission locale du centenaire, la médiathèque et le 54ème RA, nous permet de présenter les souvenirs des familles hyéroises qui, toutes, ont leur propre histoire de cette guerre. Et, en 2016, les fractions de la ville, les îles et les écoles profiteront de cette exposition itinérante ».
Dans l’enceinte de la Banque, les premiers visiteurs ont pu découvrir, dès hier, les documents d’archives, vidéos, coupures de presse et photos de ces quatre années qui ont marqué le monde.
Mannequins en uniforme, projections de huit films, jeux interactifs, coin pour les enfants : la Banque regorge de trésors, jadis enfouis, et, aujourd’hui en pleine lumière.
« Cette exposition s’articule autour de trois thèmes : le premier militaire, le second sur la vie quotidienne et la santé à Hyères pendant la Grande Guerre, et le local, avec la diffusion de l’information pendant cette période historique », a ajouté Georges Prud’Homme.
Jusqu’au 12 décembre, les lieux-phare de la ville vont vivre au rythme de cette exposition qui se décline sur tous les supports. Pour être accessible à toutes les tranches d’âge : au grand public comme aux férus d’histoire. A la fois pointue et généraliste.Tous droits réservés Var-Matin du 4 novembre 2015

Les trains se multiplient mais pas encore les ennuis

Hier matin, entre 7 et 9 heures, huit TER ont ocassionné la fermeture de la barrière du passage à niveau. Nous avons constaté un temps moyen d'attente de 2 minutes.  (Photo Laurent Martinat)

Hier matin, entre 7 et 9 heures, huit TER ont ocassionné la fermeture de la barrière du passage à niveau. Nous avons constaté un temps moyen d’attente de 2 minutes. (Photo Laurent Martinat)

Depuis hier matin lundi 2 novembre 2015, 19 TER circulent entre Hyères et Toulon contre 8 précédemment. Nous nous sommes rendus au passage à niveau pour constater les conséquences sur la circulation

C‘est l’un des sujets les plus sensibles de l’actualité hyéroise. La mise en service du nouveau cadencement des TER entre Marseille et Hyères fait trembler usagers et politiques depuis des mois. En passant de 8 à 19 trains par jour, tous les regards se sont braqués sur le passage à niveau qui relie l’avenue Paul-Bourget à Costebelle, le fameux « PN6 ».

Temps d’attente : 1’30 à 2’30 mn

Il se trouve que la mise en service des 19 trains – auxquels s’ajoute un TGV quotidien – est effective depuis hier matin. Nous nous sommes donc rendus sur place entre 8 h et 9 h, reconnue comme une heure de pointe, pour constater les dégâts. Les dégâts ? Pas de quoi réclamer la classification en zone sinistrée…

Chronomètre à la main, nous avons compté les temps d’attente dans le sens centre-ville – Costebelle.

Un feu rouge ? Comptez 1’15 mn. Un train ? 1’30 mn à contempler la barrière baissée dans le sens Toulon-Hyères et de 2 à 2’30 mn quand le train quitte le quai de la gare d’Hyères en direction de Toulon. Pas de quoi se faire un ulcère, tout de même.

En notre présence, quatre trains sont passés. Pendant ces temps d’attente, nous avons dénombré la présence d’une vingtaine d’automobilistes à l’arrêt de part et d’autre de la voie ferrée, guère plus.

Alors, beaucoup de bruit pour rien ? Pas tout à fait. Plus tôt dans la matinée, le train de 7 h 02 a occasionné une attente de 5 minutes. La raison ? Un colis abandonné sur le quai qui a retardé de fait le départ du TER. En marge de cet incident ponctuel, une telle attente se reproduira quasiment quotidiennement dès que deux trains se croiseront, comme l’explique la SNCF elle-même (lire ci-dessous).

Autre problème récurrent constaté et pointé du doigt par le CIL de la gare : la présence de véhicules à cheval sur la voie ferrée qui attendent d’avoir le champ libre pour tourner à gauche en provenance du centre-ville et en direction des plages.

Circulation modifiée dès lundi prochain

Une situation accidentogène qui vit ses dernières heures puisque dès lundi prochain, la Ville expérimentera un nouveau plan de circulation qui supprimera tous les tourne à gauche du carrefour. À ce sujet, le maire rencontrera les CIL hyérois porteurs de mécontentements ce jeudi pour leur présenter les décisions prises en la matière.

Ces mesures devraient, selon toute vraisemblance, fluidifier en partie le trafic du quartier de la gare, même si dans ce dossier épineux, il faut raison garder et l’été attendre…

Hier après-midi, Jean-Pierre Giran était en pleine séance de travail pour la modification du plan de circulation du quartier de la gare qui prendra effet dès lundi prochain 9 novembre.

Le député-maire d'Hyères, Jean-Pierre Giran, est remonté comme une pendule de gare. Photo Laurent Martinat

Le député-maire d’Hyères, Jean-Pierre Giran, est remonté comme une pendule de gare. Photo Laurent Martinat

Autant dire qu’il a très modérément apprécié les attaques du groupe Politi. Le député-maire d’Hyères y apporte une réponse cinglante.

Alors, faites-vous amende honorable ?

C’est soit une contre-vérité, soit de l’amnésie. Ces affirmations sont celles d’un maire incompétent et inconscient. Faire de la politique là-dessus, c’est déplorable ! Il n’a jamais obtenu aucun accord ni un centime comme il le prétend et j’ai les documents qui le prouvent. Mais je n’ai pas envie de polémiquer. Je préfère avancer et voir les CIL.

Mais cette lettre ne vous laisse pas indifférent…

Quand j’ai pris mes fonctions, je me suis retrouvé dans une impasse. La Région et RFF (devenu SNCF Réseau depuis, Ndlr) avaient décidé d’augmenter le cadencement des trains sans solution alternative existante. M. Politi dit qu’il avait obtenu les financements pour faire une trémie. C’est un mensonge ! La vérité, c’est son absence permanente à toutes les réunions de concertation et son incapacité à peser sur le contrat de plan Etat-Région. J’ai un courrier de RFF qui indique qu’il aurait fallu différer de sept ans le cadencement des trains pour réaliser la trémie. Ce qu’il affirme est donc une plaisanterie.

Deuxième plaisanterie : personne ne voulait financer ce projet, les collectivités comme RFF qui considérait que le PN6 n’était pas un passage à risque. Dès ma prise de fonctions, je leur ai écrit et j’ai obtenu deux fins de non-recevoir. La trémie coûtait 12 millions d’euros et la financer seul aurait coûté 36 points d’impôts aux contribuables !

Quid du deuxième passage à niveau ?

J’ai proposé ce projet de déviation avec un nouveau passage à niveau qui s’abaisserait deux fois dans la journée. J’ai reçu l’ovation du préfet Cayrel. On nous a dit que la situation était idéale, alors on a approfondi. Mais petit à petit, la nasse s’est refermée jusqu’à ce qu’on me dise qu’on ne créait plus de nouveaux passages à niveau en France…

Interdiction stricte de tourner à gauche

Qu’en est-il de l’étude sur la circulation du quartier de la gare ?

Elle est aujourd’hui sur le point d’aboutir. J’ai demandé au bureau d’études Horizon de nous proposer toutes les solutions envisageables. Parmi les trois retenues, nous allons en mettre une en place dans quelques jours, au grand dam de M. Politi. Il s’agit d’une interdiction stricte de tourner à gauche sur l’ensemble du carrefour, soit sur les quatre voies. On aura une amélioration globale à l’exception de ceux qui vont de l’avenue Paul-Bourget vers les Loubes ou vers Costebelle. Ceux-là devront s’arrêter au passage à niveau mais tous les autres pourront prendre des voies de déviation complémentaires. Cela va tout de même permettre à ceux qui doivent s’arrêter de rester dans les mêmes délais d’avant cadencement. Le bureau d’études Horizon nous a demandés quinze jours après la hausse du cadencement pour faire des comptages complémentaires. Comme ça me paraît long, j’ai décidé qu’on mettra en place ce nouveau plan de circulation à partir de la semaine prochaine. D’ici là, j’en informerai les CIL dès ce jeudi.

Vous considérez-vous dans une situation intenable ?

Je ne vous dis pas qu’il ne va pas y avoir un embouteillage dans un quart d’heure mais on a hérité d’une situation compliquée. Je considère que l’indifférence de SNCF Réseau est relative au peu d’influence que la ville d’Hyères a pu manifester dans le passé. On a été pris en otage par l’incompétence de certains.

Tous droits réservés Var-Matin du 3 novembre 2015

Cérémonie du souvenir de la Toussaint

La cérémonie du souvenir de la Toussaint s’est déroulée hier matin au cimetière de la Ritorte, sur les stèles du Souvenir français, des Français inhumés d’Outre-Mer et celle de la libération de la ville.

Salut aux morts à la stèle des Français inhumés d'Outre-Mer. (Photo C. R.)

Salut aux morts à la stèle des Français inhumés d’Outre-Mer. (Photo C. R.)

Étaient présents le député-maire Jean-Pierre Giran, Francis Roux et Véronique Bernardini, élus et conseillers départementaux, des membres du conseil municipal, le capitaine de frégate Armelle Lagrange, chef du groupement d’entraînement instruction de la BAN d’Hyères représentant le commandant d’armes de la garnison d’Hyères, le commandant Sébastien Rollet, représentant le colonel Damien Dreo, chef de corps du 54e régiment d’artillerie, le capitaine Eric Rolando, représentant le chef d’escadron Frédéric Sanchez, commandant de la compagnie de gendarmerie d’Hyères, le lieutenant Bongiovanni, représentant le commandant du centre de secours principal d’Hyères, le père Benoît ainsi que les associations patriotiques du secteur, comme le Souvenir Français, l’AVACM, l’amicale des anciens des 405e et 54e régiments d’artillerie, l’UNPRG, le mouvement unis de la résistance, etc. Tous ont rendu hommage aux proches disparus ainsi qu’à tous ceux, civils et militaires, qui ont donné leur vie pour la Nation. C. R.