Les trains se multiplient mais pas encore les ennuis

Hier matin, entre 7 et 9 heures, huit TER ont ocassionné la fermeture de la barrière du passage à niveau. Nous avons constaté un temps moyen d'attente de 2 minutes.  (Photo Laurent Martinat)

Hier matin, entre 7 et 9 heures, huit TER ont ocassionné la fermeture de la barrière du passage à niveau. Nous avons constaté un temps moyen d’attente de 2 minutes. (Photo Laurent Martinat)

Depuis hier matin lundi 2 novembre 2015, 19 TER circulent entre Hyères et Toulon contre 8 précédemment. Nous nous sommes rendus au passage à niveau pour constater les conséquences sur la circulation

C‘est l’un des sujets les plus sensibles de l’actualité hyéroise. La mise en service du nouveau cadencement des TER entre Marseille et Hyères fait trembler usagers et politiques depuis des mois. En passant de 8 à 19 trains par jour, tous les regards se sont braqués sur le passage à niveau qui relie l’avenue Paul-Bourget à Costebelle, le fameux « PN6 ».

Temps d’attente : 1’30 à 2’30 mn

Il se trouve que la mise en service des 19 trains – auxquels s’ajoute un TGV quotidien – est effective depuis hier matin. Nous nous sommes donc rendus sur place entre 8 h et 9 h, reconnue comme une heure de pointe, pour constater les dégâts. Les dégâts ? Pas de quoi réclamer la classification en zone sinistrée…

Chronomètre à la main, nous avons compté les temps d’attente dans le sens centre-ville – Costebelle.

Un feu rouge ? Comptez 1’15 mn. Un train ? 1’30 mn à contempler la barrière baissée dans le sens Toulon-Hyères et de 2 à 2’30 mn quand le train quitte le quai de la gare d’Hyères en direction de Toulon. Pas de quoi se faire un ulcère, tout de même.

En notre présence, quatre trains sont passés. Pendant ces temps d’attente, nous avons dénombré la présence d’une vingtaine d’automobilistes à l’arrêt de part et d’autre de la voie ferrée, guère plus.

Alors, beaucoup de bruit pour rien ? Pas tout à fait. Plus tôt dans la matinée, le train de 7 h 02 a occasionné une attente de 5 minutes. La raison ? Un colis abandonné sur le quai qui a retardé de fait le départ du TER. En marge de cet incident ponctuel, une telle attente se reproduira quasiment quotidiennement dès que deux trains se croiseront, comme l’explique la SNCF elle-même (lire ci-dessous).

Autre problème récurrent constaté et pointé du doigt par le CIL de la gare : la présence de véhicules à cheval sur la voie ferrée qui attendent d’avoir le champ libre pour tourner à gauche en provenance du centre-ville et en direction des plages.

Circulation modifiée dès lundi prochain

Une situation accidentogène qui vit ses dernières heures puisque dès lundi prochain, la Ville expérimentera un nouveau plan de circulation qui supprimera tous les tourne à gauche du carrefour. À ce sujet, le maire rencontrera les CIL hyérois porteurs de mécontentements ce jeudi pour leur présenter les décisions prises en la matière.

Ces mesures devraient, selon toute vraisemblance, fluidifier en partie le trafic du quartier de la gare, même si dans ce dossier épineux, il faut raison garder et l’été attendre…

Hier après-midi, Jean-Pierre Giran était en pleine séance de travail pour la modification du plan de circulation du quartier de la gare qui prendra effet dès lundi prochain 9 novembre.

Le député-maire d'Hyères, Jean-Pierre Giran, est remonté comme une pendule de gare. Photo Laurent Martinat

Le député-maire d’Hyères, Jean-Pierre Giran, est remonté comme une pendule de gare. Photo Laurent Martinat

Autant dire qu’il a très modérément apprécié les attaques du groupe Politi. Le député-maire d’Hyères y apporte une réponse cinglante.

Alors, faites-vous amende honorable ?

C’est soit une contre-vérité, soit de l’amnésie. Ces affirmations sont celles d’un maire incompétent et inconscient. Faire de la politique là-dessus, c’est déplorable ! Il n’a jamais obtenu aucun accord ni un centime comme il le prétend et j’ai les documents qui le prouvent. Mais je n’ai pas envie de polémiquer. Je préfère avancer et voir les CIL.

Mais cette lettre ne vous laisse pas indifférent…

Quand j’ai pris mes fonctions, je me suis retrouvé dans une impasse. La Région et RFF (devenu SNCF Réseau depuis, Ndlr) avaient décidé d’augmenter le cadencement des trains sans solution alternative existante. M. Politi dit qu’il avait obtenu les financements pour faire une trémie. C’est un mensonge ! La vérité, c’est son absence permanente à toutes les réunions de concertation et son incapacité à peser sur le contrat de plan Etat-Région. J’ai un courrier de RFF qui indique qu’il aurait fallu différer de sept ans le cadencement des trains pour réaliser la trémie. Ce qu’il affirme est donc une plaisanterie.

Deuxième plaisanterie : personne ne voulait financer ce projet, les collectivités comme RFF qui considérait que le PN6 n’était pas un passage à risque. Dès ma prise de fonctions, je leur ai écrit et j’ai obtenu deux fins de non-recevoir. La trémie coûtait 12 millions d’euros et la financer seul aurait coûté 36 points d’impôts aux contribuables !

Quid du deuxième passage à niveau ?

J’ai proposé ce projet de déviation avec un nouveau passage à niveau qui s’abaisserait deux fois dans la journée. J’ai reçu l’ovation du préfet Cayrel. On nous a dit que la situation était idéale, alors on a approfondi. Mais petit à petit, la nasse s’est refermée jusqu’à ce qu’on me dise qu’on ne créait plus de nouveaux passages à niveau en France…

Interdiction stricte de tourner à gauche

Qu’en est-il de l’étude sur la circulation du quartier de la gare ?

Elle est aujourd’hui sur le point d’aboutir. J’ai demandé au bureau d’études Horizon de nous proposer toutes les solutions envisageables. Parmi les trois retenues, nous allons en mettre une en place dans quelques jours, au grand dam de M. Politi. Il s’agit d’une interdiction stricte de tourner à gauche sur l’ensemble du carrefour, soit sur les quatre voies. On aura une amélioration globale à l’exception de ceux qui vont de l’avenue Paul-Bourget vers les Loubes ou vers Costebelle. Ceux-là devront s’arrêter au passage à niveau mais tous les autres pourront prendre des voies de déviation complémentaires. Cela va tout de même permettre à ceux qui doivent s’arrêter de rester dans les mêmes délais d’avant cadencement. Le bureau d’études Horizon nous a demandés quinze jours après la hausse du cadencement pour faire des comptages complémentaires. Comme ça me paraît long, j’ai décidé qu’on mettra en place ce nouveau plan de circulation à partir de la semaine prochaine. D’ici là, j’en informerai les CIL dès ce jeudi.

Vous considérez-vous dans une situation intenable ?

Je ne vous dis pas qu’il ne va pas y avoir un embouteillage dans un quart d’heure mais on a hérité d’une situation compliquée. Je considère que l’indifférence de SNCF Réseau est relative au peu d’influence que la ville d’Hyères a pu manifester dans le passé. On a été pris en otage par l’incompétence de certains.

Tous droits réservés Var-Matin du 3 novembre 2015