Le comité hyérois « AJ pour la France » est lancé…

Juppe_AJ_pour_la_FranceC‘est Edwige Marino qui prend la tête du comité« Alain Juppé pour la France ». Hier matin, à l’hôtel Mercure, cette structure a été lancée par le maire de Bordeaux en personne. « Pour moi, tout ce qui remonte du terrain est essentiel », a-t-il confié. « Bien sûr, il ya mon site Internet, le blog et le livre que je viens de publier sur l’école. Mais les initiatives vont continuer avec, en janvier, un nouveau livre consacré aux missions de l’Etat : sécurité, justice, police, laïcité… Et, au printemps, je dévoilerai mon programme économique et social en vue de la primaire des Républicains », a-t-il détaillé à ses militants hyérois au premier rang desquels le maire de la ville, Jean-Pierre Giran, assis à côté de lui.

« Ne nous y trompons pas : ce ne seront pas seulement les primaires des Républicains mais celles de la droite et du centre », a-t-il conclu. Manière de marquer une nouvelle fois sa différence avec un certain Nicolas Sarkozy…

C’est qu’Alain Juppé mise moins sur l’appareil que sur ses « forces de terrain ». D’ailleurs, il a encouragé « ses » militants à « parler aux jeunes pour qu’ils s’inscrivent. La primaire leur coûtera à chacun seulement deux euros ! ».

« La responsabilité de battre le Front national ! »

Quatre cents Hyérois ont écouté, avant-hier soir, le candidat aux primaires des Républicains qui a vanté « l’union pour la reconquête de la région »… et le Rosé de Provence !

Coucher de soleil sur l’Almanarre, mercredi soir, et un brin de verdure au bord du sable pour accueillir Alain Juppé, en réunion publique à Hyères après sa journée marathon.

Le maire de Bordeaux et candidat à la primaire des Républicains « foule le terrain ».

Juppe_AlmanarreInvité par Jean-Pierre Giran, député-maire de la ville, il était attendu sur place par Hubert Falco, sénateur-maire de Toulon, Marc Giraud, président du conseil départemental du Var, et Philippe Vitel, député et tête de liste dans le département pour les prochaines Régionales. De nombreux maires du Var s’étaient également déplacés pour entendre celui que Jacques Chirac surnommait « le meilleur d’entre nous ».

« La Grande aventure commence…»

« A chaque étape de mon parcours, Alain Juppé m’a encouragé à persévérer. Il a préfacé l’un de mes ouvrages et se lance aujourd’hui dans la Grande aventure. Je suis naturellement à ses côtés », a déclaré en préambule Jean-Pierre Giran. « Savoir rassembler et apaiser dans un esprit républicain : cela fait 30 ans que je l’observe chez Alain Juppé. Oui, aujourd’hui, la France a besoin de lui ! ».

Passant au tutoiement vis-à-vis de l’hôte de la soirée, Philippe Vitel a vanté les « priorités Juppé : l’éducation et la jeunesse en première ligne. Ce sont aussi nos priorités ici ! », a-t-il commenté.

« Juppé, homme des territoires »

« Moi, je suis heureux d’accueillir l’homme d’Etat dans le Var… et aussi le maire de Bordeaux », a enchaîné Hubert Falco à la tribune. « Savez-vous que dans les villes de plus de 100 000 habitants, c’est Alain Juppé qui est arrivé en tête à Bordeaux ? En seconde place, c’était Toulon… Vous êtes, Alain, un homme des territoires et c’est ce qui me plaît ! », a-t-il conclu avant de laisser le micro au candidat en campagne.

« Vous le savez, je suis un homme du Sud-Ouest… qui n’hésite pas à boire du rosé de Provence comme aujourd’hui. Il est très bon », a lancé, sourire en coin, le maire de Bordeaux aux 400 personnes présentes, avant de revenir sur l’échéance politique la plus proche.

« Reconquérir la région PACA, c’est la première des priorités dans notre calendrier. La gestion Vauzelle est à bout de souffle. Et, ici, vous avez une responsabilité nationale : celle de battre le Front national, justement ! Ce parti fait, d’un côté, du socialisme recuit et, de l’autre, stigmatise l’Europe ».

La « Sarkophobie d’Hollande…»

Puis, « déroulant » son programme en vue des primaires (mais à forte connotation présidentielle quand même), il a dit vouloir « prendre son temps, écouter, rencontrer, débattre… Regardez : notre économie est à l’arrêt, les investissements sont au point mort. La dette s’emballe et la société est déboussolée. Au-delà de sa Sarkophobie, François Hollande n’a pas fait grand-chose. Je veux bouger les lignes ! La fiscalité ? Il est normal que ceux qui gagnent beaucoup paient beaucoup. Mais aussi que ceux qui gagnent peu paient un peu. Il en va de la responsabilité de chacun. Les réfugiés ? Ils représentent un défi qu’il nous faut relever. La Révolution numérique ? Elle est déjà là. Je vais ainsi proposer une quinzaine de réformes à mener que je soumettrai aux Français. Je veux rassembler la droite et le centre… et peut-être au-delà. Les déçus du Hollandisme, pourquoi ne pas les accueillir ? », a-t-il lancé.

Enfin, revenant sur la primaire, Alain Juppé s’en est tenu à l’objectif premier de l’exercice : « Donner la légitimité d’un candidat à notre famille pour porter haut nos idées. Les 35 heures ? Oui, il faut en finir. Et alléger les charges, et simplifier les normes… Vous savez, je préfère être battu en disant la vérité qu’être élu en mentant… Surtout, je veux gagner en disant la vérité aux Français ! », a-t-il conclu sous les applaudissements.

« Partout où je me rends en France, j’entends la même chose : laissez-nous vivre, laissez-nous travailler, laissez-nous respirer. C’est aussi mon sentiment…».

Tous Droits réservés Var-Matin du vendredi 11 septembre 2015 page 5 par Fred Dumas

Alain Juppé : « Je veux gagner en disant la vérité »

Candidat aux primaires de LR, l’ancien Premier ministre, en visite deux jours à Hyères, élabore son programme de futur « présidentiable », « à l’écoute des Français »

En réunion publique à l'Almanarre. A droite : Jean-Pierre Giran, Hubert Falco, Philippe Vitel. (Photo V.L.P.)

Alain Juppé en réunion publique à l’Almanarre. A droite : Jean-Pierre Giran, Hubert Falco, Philippe Vitel. (Photo V.L.P.)

Du ravageur horticole aux« ravages des 35 heures », de l’administration « trop tatillonne » au code du travail« trop complexe », des rythmes scolaires« imposés » au « flou » des réformes gouvernementales… Alain Juppé (1) venu entendre les Français – en l’occurrence ceux de la 3e circonscription du Var – n’aura eu qu’à tendre l’oreille : tout le monde avait tant à dire.

Ce n’est pas tous les jours que l’on tient un « peut-être futur présidentiable ».« Je constate un grand besoin d’échanges… », constatait-il, laconique mais visiblement détendu et satisfait, à l’issue hier soir des trois tables rondes organisées à son intention avec des professionnels de divers horizons.

Préoccupations quotidiennes

Fidèle et proche de l’ex-Premier ministre, Jean-Pierre Giran, le député-maire LR de Hyères, avait mitonné au maire de Bordeaux un programme studieux. Tant à La Londe (sur le thème des inondations) qu’à La Crau (l’horticulture) et à Hyères (l’éducation), les échanges, précis, sont allés « au fond ».

L’occasion pour le candidat à la primaire des Républicains de s’imprégner des préoccupations quotidiennes de ses interlocuteurs.« Pour élaborer dix à quinze réformes fondamentales qui constitueront mon programme si je suis désigné candidat à la présidentielle par ma famille politique. »

Les sirènes du FN

Un candidat à la candidature déjà entré dans la peau du candidat tout court à l’Élysée quand il s’agit de s’adresser au public.

Sur le parvis de la mairie de La Londe le matin ou lors de la réunion publique le soir à Hyères, « Je préfère perdre en disant la vérité que gagner en mentant », a-t-il lancé à plusieurs reprises devant ceux venus l’applaudir.

Les enjoignant à rétablir « un climat de confiance réciproque en France ». « Je ne vous promets pas que je ferai table rase de tout ce qui a été fait depuis 2012. On ne peut pas tout changer tout le temps. »

En revanche, « dans ce pays qui ne va pas bien et qui se dirige dans le mur », « nous n’allons pas renoncer à vivre heureux ensemble. Ne cédez pas aux sirènes du Front national. »

L’ancien Premier ministre veut remettre les choses d’aplomb. « Question de bon sens. » « Ceux qui gagnent beaucoup doivent payer beaucoup d’impôts. Mais ceux qui gagnent un peu doivent payer un peu. Et non pas rien du tout ! ».

Sans oublier « les 35 heures nous paralysent. »Quant « au smicard qui travaille dur et voit son voisin de palier gagner autant en restant chez lui grâce aux différentes aides », c’est un cas de figure « à réformer. »

Tout comme le code du travail, l’empilement des normes et textes de loi en tout genre, l’ISF, etc.

« Quand en 1995, j’ai voulu faire des réformes, je me suis retrouvé bien seul. J’espère que si je suis élu, j’aurais cette fois du soutien ! »

1- Aujourd’hui, il participera à Hyères à une table ronde avec des chefs d’entreprise puis inaugurera le comité local « AJ pour la France » à l’Hôtel Mercure.

Tous droits réservés Var-Matin du jeudi 10 septembre 2015 page 16, par Mireille Martin

JO 2024 : un coût mesuré, des projets conservés

Malgré la déception de pas avoir été retenue comme site de voile de la candidature française des JO 2024, la Ville d’Hyères entend mener à bien deux projets qui figuraient dans son dossier

La Ville souhaite réhabiliter la voie ferrée qui relie la gare d'Hyères à celle de la plage. (Photo Valérie Le Parc)

La Ville souhaite réhabiliter la voie ferrée qui relie la gare d’Hyères à celle de la plage. (Photo Valérie Le Parc)

Quarante-huit heures après la désignation de Marseille pour accueillir les épreuves de voile de la candidature française aux Jeux Olympiques 2024, Hyères a encore du vague à l’âme. Difficile de balayer d’un revers de manche plus de quatre mois d’investissement et d’espoirs aujourd’hui déchus…

Ce retour sur terre s’accompagne d’une question certes pragmatique mais essentielle : combien a coûté la candidature hyéroise ? « Pas plus de 20 000 euros », avance le maire Jean-Pierre Giran, un chiffre confirmé par son cabinet.

En ayant la volonté de gérer elle-même son dossier, la Ville a ainsi minimisé les coûts qui se résument à des frais de déplacements, d’infographies et de supports de communication (dossiers, affichage en ville). À titre de comparaison, Le Havre avait confié son dossier à une boîte de communication nommée, et ce n’est pas une blague, Olbia…

La base nautique va déménager

En plus d’une facture au coût modéré, une autre bonne nouvelle vient tempérer le sentiment d’échec. Comme l’a indiqué le premier magistrat, deux projets envisagés dans le cadre de la candidature vont être conservés.

Le premier concerne la base nautique. Une base complémentaire sera bien aménagée dans le bâtiment du troisième bassin qui abrite le port à sec. « On va le reconditionner pour en faire un club de voile. C’est une bonne chose en termes de développement et d’accueil des clubs », avance Jean-Pierre Giran.

« On pourra y loger les trois clubs de voile, créer des locaux techniques et avoir un accès direct à la mer », se félicite Régis Bérenguier, directeur du Coych.

Cette nouvelle base nautique devrait selon toute vraisemblance remplacer l’actuelle, jugée vétuste, et qui est surtout appelée à disparaître. Un projet d’aménagement hôtelier est en effet dans les tuyaux au même emplacement.

À quelle échéance ? « En temps voulu », répond Jean-Pierre Giran. Pas avant 2017 en tout cas, date à laquelle se terminera la concession en cours.

Une locomotive pour le tourisme

Le deuxième projet voué à être réalisé concerne un petit train. En montant le dossier des JO, la Ville a imaginé réhabiliter la voie ferrée non exploitée depuis de longues années, qui va de la gare d’Hyères jusqu’à celle de la plage, c’est-à-dire sur le port.

« Cela nous est apparu comme une évidence et nous avons déjà obtenu l’accord de la SNCF pour réinvestir cette voie », indique-t-on à la Ville.

Ce projet pourrait donc prochainement voir le jour. « Ce n’est pas prioritaire », temporise toutefois le maire, encore tout à sa déception.

Tous droits réservés Var-Matin du 9 septembre 2015 par Olivier Bouisson

Pôle emploi a inauguré sa nouvelle agence

Les demandeurs d’emploi des sept communes qui dépendent de l’agence hyéroise et les entreprises disposent de locaux plus fonctionnels et d’un accompagnement plus personnalisé

Au centre : Vincent Suchier, directeur de l'agence Pôle Emploi d'Hyères, au côté du député-maire Jean-Pierre Giran, du sous-prefet Sabry Hani et de Véronique Inquimbert, directrice territoriale déléguée de Pôle Emploi Var . (Ph. Valérie Le Parc)

Au centre : Vincent Suchier, directeur de l’agence Pôle Emploi d’Hyères, au côté du député-maire Jean-Pierre Giran, du sous-prefet Sabry Hani et de Véronique Inquimbert, directrice territoriale déléguée de Pôle Emploi Var . (Ph. Valérie Le Parc)

Ouverte depuis le 20 mars (1) la nouvelle agence Pôle Emploi d’Hyères, installée 195 avenue Jean-Moulin, a été officiellement inaugurée hier. Elle dispose aujourd’hui d’une surface de 1 200 m2 sur deux niveaux, d’un vaste espace d’accueil avec sept postes informatiques en libre-service et des bureaux de réception immédiate ; 33 bureaux pour les rendez-vous, une salle de réunion et une salle d’atelier entièrement équipées.

Les demandeurs d’emploi et les entreprises des sept communes qui en dépendent (Carqueiranne, Hyères, La Londe, Bormes, Le Lavandou, Collobrières et Pierrefeu) y sont reçus par les 55 collaborateurs de l’agence et deux contrats aidés.

Le directeur de l’agence, Vincent Suchier, a accueilli à cette occasion le député-maire Jean-Pierre Giran, le sous-préfet Sabry Hani, Jean-Charles Blanc, directeur territorial de Pôle emploi Var, les adjoints Michel Dalmas et Josiane Mai, les représentants d’associations qui travaillent avec Pôle Emploi et des chefs d’entreprises.

« Un outil performant… »

A l’issue de la visite des locaux, le directeur a évoqué l’amélioration des conditions d’accueil et de travail offertes par « ce nouvel outil performant, fonctionnel et lumineux. » Il a également développé les caractéristiques du territoire « fortement liées à la saisonnalité », et les évolutions de la démarche engagée par Pôle Emploi pour coller au mieux aux attentes des demandeurs et des entreprises, avec notamment la création en juin d’un pôle de six conseillers dédié aux entreprises.

Le maire a salué le travail de l’équipe hyéroise, mais aussi insisté à l’intention du représentant de l’État, sur la nécessité « de créer les conditions favorables à l’installation d’acteurs économiques qui puissent générer de l’emploi ». Résumant son propos : « Sans zone d’activités, sans hôtel… on ne fera rien ! Il faut que l’État nous aide. »

Le sous-préfet qui à son tour a salué « l’évolution de l’accompagnement proposé aux demandeurs et aux entreprises, et remercié les équipes de Pôle Emploi pour leur engagement ». Nous reviendrons, dans une prochaine édition, sur les nouve aux dispositifs engagés, le témoignage d’une entreprise et les spécificités hyéroises.

Tous droits réservés Var-Matin du 9 septembre 2015 par E. P.

Alain Juppé à Hyères aujourd’hui et demain

L'ancien Premier ministre, qui serait le favori des sympathisants de droite et du centre, selon un sondage Ifop, dans le cadre d'une primaire à droite, a entamé une série de visites auprès des Français.

L’ancien Premier ministre, qui serait le favori des sympathisants de droite et du centre, selon un sondage Ifop, dans le cadre d’une primaire à droite, a entamé une série de visites auprès des Français.

Alain Juppé (LR) sera aujourd’hui et demain en visite dans le Var, à l’invitation de Jean-Pierre Giran, député-maire de Hyères, l’un de ses proches« depuis trente ans ». « Il m’a demandé d’organiser une visite dans ma circonscription, dans le cadre de ses rencontres avec les Français. Il va de soi qu’Alain Juppé rencontrera des Varois de tous horizons ! », précise le maire de Hyères.

Un premier rendez-vous est fixé ce matin à La Londe-les-Maures avec une visite sur les sites impactés par les inondations de 2014 suivi d’une table ronde avec les acteurs locaux concernés. Puis déjeuner au domaine de Léoube à Bormes-les-Mimosas avec des agriculteurs. Suivi de la visite d’une exploitation horticole à La Crau. Le candidat aux primaires des Républicains tiendra ensuite à Hyères une table ronde avec les professions concernées autour de l’éducation, l’un de ses chevaux de bataille.

Le lendemain, petit-déjeuner avec des chefs d’entreprise et enfin inauguration du comité local « AJ pour la France » de Hyères.

À noter, deux rendez-vous ouverts au public : à La Londe aujourd’hui à 11 h 45 sur le parvis de l’hôtel de ville et le soir à 18 h 30, avec réunion publique à Hyères, site BTP Vacances à l’Almanarre.