Lutte contre l’érosion: Jean-Pierre Giran inaugure un piétonnier sur l’anse de la Potinière

Potiniere_2015_07_08Mercredi matin, on inaugurait le nouveau piétonnier de l’anse de la Potinière, en présence des riverains et des entreprises qui ont effectué les travaux. L’anse qui était, à l’origine, une belle plage de sable, a été urbanisée à partir des années cinquante, avec notamment la construction du port Saint-Pierre qui l’a coupée du courant Nord-Sud et privée de ses apports de sédiments. L’exposition au vent d’Est et à la houle a fait le reste : la plage a disparu, créant une discontinuité dans le cheminement piéton au bord de la mer. Seule une petite partie demeure au nord, à l’abri de la digue du port.

Nacres géantes et posidonies
L'inauguration des travaux, avec les représentants de la mairie et les entreprises, a eu lieu mercredi matin. (Photo Mathieu Cotterill)

L’inauguration des travaux, avec les représentants de la mairie et les entreprises, a eu lieu mercredi matin. (Photo Mathieu Cotterill)

« Les nombreuses tentatives d’améliorations ont connu des fortunes diverses, a exposé le député-maire Jean-Pierre Giran. Construction d’un épi au Sud, construction d’une digue piétonnière dont seule la partie Sud a survécu, pose d’une passerelle métallique en saison… outre un essai de rechargement de la plage par 714 tonnes de sable l’an dernier. « Un échec cuisant », a expliqué Jean-Pierre Giran. La présence des herbiers protégés le long de la plage interdisant l’installation d’ouvrages, la commune a opté pour un cheminement en dur. Le principe d’aménagement a consisté à mettre en place un talus en enrochements d’une cinquantaine de mètres sur le domaine public maritime, dans la continuité de celui existant sur la partie Sud. Le dimensionnement de l’ouvrage a été confié à la société Océanide et les travaux ont été réalisés par Spada TP.

« Ce projet s’est voulu exemplaire en matière d’environnement : un relevé des espèces marines présentes a été réalisé préalablement par le GIS Posidonie. Il a répertorié de la posidonie, de la cymodocée et la présence de plusieurs grandes nacres. Ces espèces étant protégées, la municipalité a adapté l’ouvrage et les méthodes d’exécution des travaux », a indiqué le maire. Coût de l’opération : 170 000 euros TTC. Cette inauguration s’est achevée autour d’un apéritif.
Tous droits réservés Var-Matin du vendredi 10 juillet 2015 par Nathalie Brun