Grâce au mécénat, un lustre orne l’accueil de la mairie

Amateur d’art, le patron d’Eurovoiles Denis Infante a commandé un lustre en verre étiré à l’atelier Verre L’Essentiel. Celui-ci est disposé depuis hier dans le hall d’accueil de l’hôtel de ville

Jean-Pierre Giran, Denis Infante et Gwendoline Bonnet, devant le nouveau lustre de l'hôtel de ville. (Photo Valérie Le Parc)

Jean-Pierre Giran, Denis Infante et Gwendoline Bonnet, devant le nouveau lustre de l’hôtel de ville. (Photo Valérie Le Parc)

C‘est une pièce magistrale, une ligne brute épurée, à la fois sobre et baroque, «éthérique et discret ». Du verre étiré qui rompt avec le verre industriel « dont on a tous soupé », lâche l’artiste Gwendoline Bonnet. L’apport de « grain », du verre en fusion coulé dans l’eau, donne l’impression d’un lustre de glace.

Depuis hier, le hall d’accueil de l’hôtel de ville s’est enrichi d’un luminaire qu’aucune petite fille ne renierait, reine des neiges style.

Il a été commandé par Denis Infante, le patron d’Eurovoiles, amateur et collectionneur d’art, qui a ses entrées dans l’atelier Verre L’Essentiel. « On le voit souvent, mais il disparaît aussi vite qu’il est venu ! », confie Gwendoline.

« Démultiplicateur de budget »
« J’ai choisi de soutenir de vraies artistes implantées à Hyères mais qui rayonnent bien au-delà (1). Il est important que la ville se rende compte qu’elle compte des artistes en son sein, dit-il. Il y a eu une hésitation, pour l’implantation du lustre, entre l’église anglicane et le hall de la mairie. Mais on a bien fait de le mettre ici : il y a une belle hauteur de plafond et, depuis la balustrade, les gens peuvent apprécier de près la qualité du travail ». Pour ourler le tout, la ville a fait repeindre en gris clair le mur devant lequel repose ce lustre à ampoules LED.

Après la Fête du livre et Go Play One (festival du jeu vidéo), avant la restauration de la collégiale Saint-Paul et la sécurisation du site archéologique d’Olbia, le mécénat s’est donc imposé au quotidien, dans ce qui figure « la maison de tous les Hyérois », l’hôtel de ville.

« Les facilités fiscales qu’offre le mécénat sont un démultiplicateur de budget. C’est un encouragement pour ceux qui veulent aider la ville », a dit Denis Infante.

Jean-Pierre Giran, député-maire d’Hyères : « La présence d’une oeuvre d’art en ces murs montre la bonne direction, celle du circuit des artisans d’art qui accueillera 25 ateliers fin 2016 dans la vieille ville, et peut-être 40 un an plus tard. Les réservations marchent très fort. Nous avons toujours la volonté de montrer la compétence et la qualité locales. » Il a également incité le public à visiter l’exposition « tout à fait remarquable », actuellement à la Tour des Templiers.

1. Gwendoline Bonnet et Philippa Martin exposent leurs oeuvres dans des galeries de Paris et Londres.

Tous droits réservés Var-Matin du jeudi 25 juin 2015 par S.M