Jean-Pierre Giran détaille le projet olympique d’Hyères

Le dossier hyérois, comme celui des cinq autres villes candidates, est examiné depuis ce matin par les instances olympiques nationales. Le maire l’a publiquement présenté hier à l’espace nautique

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a officiellement annoncé la candidature de la capitale française pour les JO d’été de 2 024 hier matin. Trois représentants du projet hyérois pour l’accueil des épreuves de voile étaient présents.

Quelques dizaines de minutes plus tard, c’est à Hyères, à l’espace nautique, au beau milieu du futur site olympique tel qu’il est envisagé, que le maire Jean-Pierre Giran a dévoilé les grands points du dossier de candidature qui a été remis à Ambition Olympique, et est scrupuleusement examiné depuis ce matin par les instances nationales.
« Hyères est candidate pour gagner, et pour accompagner Paris dans cette aventure magnifique ! », a démarré le premier magistrat, qui en a profité pour saluer les représentants du « comité local Paris 2 024 » (1).

Entouré de membres actifs du « comité local Paris 2 024 », le maire Jean-Pierre Giran a présenté dans les détails ce que pourrait être le site olympique.

Entouré de membres actifs du « comité local Paris 2 024 », le maire Jean-Pierre Giran a présenté dans les détails ce que pourrait être le site olympique.

Compacité du site
Avant de détailler le projet, il a rappelé les grands « principes » de cette candidature : « sportive », « éthique et j’y tiens beaucoup », et « de la Méditerranée : ça me paraît tout à fait fondamental. On est complémentaire de Paris, et en fait très proche, puisqu’à une heure à peine en avion ». Parmi les atouts évoqués, outre la « desserte et les parkings », la garantie d’avoir des sites « sécurisés, grâce notamment à l’engagement de la Ban et du 54e RA », ou encore « notre expérience et notre savoir-faire incomparable en matière d’organisation de compétitions nautiques et de grands événements », Jean-Pierre Giran a insisté sur un point. Qui représente sans doute effectivement l’atout numéro un du dossier hyérois (avec l’attractivité sportive de son plan d’eau) : « La compacité du site ».
« Nous avons à cinq minutes l’ensemble des domaines exigés par la candidature : la Marina, la plage de l’Ayguade avec la zone spectateurs, le village olympique en bas de Costebelle, et enfin, à 100 m, le Live site, à l’hippodrome. C’est capital, ça permet presque de fonctionner totalement à pied. » Autre gros avantage : il n’y a quasiment rien à construire. Tout existe. « Ce que nous présentons n’est donc pas une hypothèse, mais une réalité. Nous avons déjà tout. »
« Une exigence maximale d’objectivité »
De quoi être confiant, donc ? « Nous sommes confiants dans la façon dont les dossiers vont être étudiés, a acquiescé le maire. Et même encore plus confiants après les événements de la FIFA… Car je pense qu’il y a désormais une exigence maximale d’objectivité. Personnelle et politique. Nous, nous avons essayé d’être efficaces, mais nous n’avons pas pris de contacts politiques. » A bon entendeur…
Sous les applaudissements, il a conclu : « Il y a une mobilisation autour de cette candidature. Et c’est ça, les Jeux olympiques. Il faut que vous nous poussiez ! Hyères va gagner avec vous. Dans la clarté et la transparence. »
1. Il est composé de représentants de la Ville, du Coych, du conseil régional, du conseil départemental, de la préfecture, de TPM, de la CCI, de l’office de tourisme, du parc national de Port-Cros, de l’office de la mer, de Pro BTP, de Vinci Airport et de l’hippodrome.Tous droits réservés du mercredi 24 juin 2015