Abyssea : le point de vue de Jean-Pierre Giran

Nous avons publié hier un dossier sur le projet de centre d’essais et d’expertise en mer profonde, situé dans le sanctuaire Pélagos (lire plus loin) et à proximité de Port-Cros. Une réunion a eu lieu en préfecture avec les élus qui ont donné leur position. Le député-maire de Hyères Jean-Pierre Giran nous livre son point de vue : « La réunion organisée par monsieur le préfet du Var autour du projet Abyssea a été utile. Elle a permis aux maires concernés (Hyères, Le Lavandou, les maires du Syndicat des communes du littoral représentés par leur président Gil Bernardi et par le maire de Cavalaire) de confirmer leur totale opposition, non pas au projet Abyssea en lui-même, mais au fait qu’on projette de l’implanter pour moitié dans l’aire adjacente du parc national de Port-Cros, pour l’autre moitié au sein du sanctuaire des mammifères marins Pelagos.

Ils ont demandé à ce que des sites alternatifs soient activement recherchés (le maire de Saint-Mandrier a d’ailleurs proposé d’accueillir le projet) et que les populations soient mieux informées notamment dans le cadre de réunions publiques.

Il ne s’agit pas là bien entendu de « postures » mais simplement de l’exigence de ne pas considérer comme accessoire les intérêts et les souhaits des populations locales, la vocation touristique des communes concernées, le respect de la protection de l’environnement et du principe de précaution.

Comment, en effet, si ce projet voyait le jour dans l’aire adjacente du parc de Port-Cros, pourrait-on exiger de particuliers des comportements adaptés à la fragilité de sites jugés par l’Etat exceptionnels ?

Les représentants de la défense nationale comme le porteur du projet Abyssea ont défendu l’idée que l’implantation prévue était la seule possible, « unique au monde » ont-ils dit (sic).

Madame la ministre de l’Environnement, en charge du respect du territoire des parcs nationaux et de leur charte, informée du fait que le conseil scientifique du parc de Port-Cros est opposé à la localisation actuelle du projet, doit faire prévaloir les exigences environnementales et touristiques de notre territoire sur les arguments industriels et militaires. » Et le député-maire de Hyères de conclure : « La recherche d’un nouveau site est donc indispensable. »

Qu’est-ce que le sanctuaire Pélagos ?
Le sanctuaire Pélagos est une aire marine protégée internationale d’une surface de 87 500 km². Il est né de la volonté de la France, l’Italie, et Monaco de se rassembler pour protéger les mammifères marins. L’animation de la partie française de l’accord Pélagos a été confiée au Parc national de Port-Cros par le ministère de l’Environnement.

La cartographie du sanctuaire Pélagos, par le Parc national de Port-Cros. (Photo DR)

La cartographie du sanctuaire Pélagos, par le Parc national de Port-Cros. (Photo DR)

Tous droits réservés Var-Matin du jeudi 18 juin 2015