La Médiathèque a 10 ans

Êtes-vous sûrs de tout savoir sur la médiathèque ? Elle a fêté cette semaine ses dix ans mais elle regorge de secrets que petits et grands ont pu découvrir au fil des visites guidées ou des chasses au trésor

image_0005_55750ec012cd7aff470db81e39f1f93eIl y a toujours plein de choses à découvrir dans une médiathèque. Celle d’Hyères a fêté cette semaine son dixième anniversaire et invité les Hyérois à (re) découvrir ses trésors. Même si vous fréquentez régulièrement l’établissement, savez-vous, par exemple, qu’il met à la disposition de ses abonnés un fond de CD audio apprécié des conducteurs qui les écoutent en voiture, pour tromper l’ennui dans les bouchons ou sur les longs trajets ?

Trésors à partager
Parmi les choses inattendues et peu connues, la médiathèque dispose aussi d’une collection de BD alternative consacrée à des enquêtes sociologiques ou encore d’ouvrages précieux issus du fonds d’Alphonse Denis, ancien maire d’Hyères. Comme cette édition originale d’un ouvrage de Descartes, Les passions de l’âme, édité en 1650, juste avant la mort du philosophe, ou encore Le malleus maleficarum(Le marteau des sorcières), édition en latin du manuel des inquisiteurs et des magistrats pour la chasse aux sorcières, un best-seller de l’époque moyenâgeuse réédité des dizaines de fois !

Deux fois dix ans
Entre visites guidées et jeux de piste, les visiteurs de la médiathèque ont eu l’opportunité de découvrir quelques-uns de ces secrets fort bien conservés à la médiathèque.

À 11 heures, entre animations et apéro musical, François Carrassan, l’adjoint à la culture, a rappelé, qu’avant ces dix années-là, il y eut « dix ans d’une bataille qui aurait pu mal tourner pour faire naître la médiathèque ». Le trésor public, qui occupait un quart de l’ancienne cité administrative, finit pourtant par quitter les lieux et permettre sa naissance.

Dix ans plus tard, la médiathèque, qui tient aussi très bien ses comptes, a enregistré 22 000 inscrits et 4 millions de prêts de documents.

Le navire amiral de la culture
« La liberté est impossible à l’ignorant », a conclu François Carrassan en citant Condorcet : « L’ignorance, c’est l’obscurantisme et cela coûte infiniment plus cher que la culture ! »

Le maire Jean-Pierre Giran, de son côté, a cité les hommes de culture attachés à Hyères qui ont laissé leur empreinte dans le patrimoine local et leurs noms à la médiathèque : Saint-John Perse, Maurice Périsset, Jean-Max Tixier. « Peu de communes ont un tel patrimoine » a souligné le premier magistrat, et si Hyères est « tournée vers la modernité et la jeunesse, elle a aussi besoin de décliner son patrimoine culturel, architectural, littéraire ». Et pour cela, la médiathèque « est son navire amiral »

Tous droits réservés Var-Matin du dimanche 14 juin 2015 page 5, par Caroline Martinat