Trains : les maires d’Hyères et de La Crau interpellent le préfet du Var

Jean-Pierre Giran et Christian Simon parlent d’une même voix dans le projet de cadencement multiplié entre Toulon et Hyères. L’augmentation du nombre de trains va créer des bouchons

Le passage à niveau du quartier de la gare est prévu de s'abaisser entre 40 et 50 fois par jour, contre une dizaine actuellement. (Photo doc. M. C.)

Le passage à niveau du quartier de la gare est prévu de s’abaisser entre 40 et 50 fois par jour, contre une dizaine actuellement. (Photo doc. M. C.)

Les maires de La Crau et d’Hyères, Christian Simon et Jean-Pierre Giran, partagent le même sentiment vis-à-vis du projet de multiplication du cadencement des trains entre Toulon et Hyères : l’exaspération.

Ils demandent au préfet d’intervenir dans ce dossier qui concerne directement les deux communes avec deux gares distinctes… et un trafic ferroviaire qui devrait passer d’une quinzaine de trains à une quarantaine d’allers – retours chaque jour, à compter de la fin d’année 2015.

Le député-maire d’Hyères a écrit au début du mois au secrétaire d’État aux Transports, Alain Vidalies, et un courrier vient d’être adressé au préfet du Var, Pierre Soubelet. « Nous nous sentons abandonnés et un peu pris en otages face à l’indifférence de certaines institutions », déplorent-ils.

Giran : « La commune sera nécrosée ! »
« Ce cadencement accentué du trafic entre Toulon et Hyères (multiplié par quatre ou cinq) pose des problèmes importants, estime Jean-Pierre Giran. Notre ville est coupée en deux par la ligne de chemin de fer avec un passage à niveau en son coeur. Ce passage se baisse une dizaine de fois par jour actuellement, et s’abaissera ente 40 et 50 fois par jour ! Si aucune solution n’est trouvée, la commune sera totalement nécrosée. L’hypothèse d’un passage souterrain a été évoquée, mais Réseau Ferré de France ne reconnaît pas ce passage à niveau comme un passage à risques, et donc, refuse son financement tout comme les institutions régionales. Alors, notre commune a pensé à la création d’une voie de déviation qui passerait au-delà de la gare. D’où l’idée de la création d’un deuxième passage à niveau… mais cette réalisation impliquerait la suppression du premier et trois années de travaux ! Je demande donc à l’État de nous aider à trouver une solution aux problèmes de sécurité qui vont se poser et de congestion de la circulation », a-t-il conclu.

« Un train tous les quarts d’heure… »
Christian Simon, lui, a insisté sur la situation géographique dans sa commune : « On se retrouvera avec une quarantaine de trains passant tout près du centre-ville, un passage à niveau à côté de la gare, et une voie de circulation de véhicules qui sera toujours bouchée ! Vous imaginez ? Cela équivaudra à un train tous les quarts d’heure en moyenne… ».

Unis dans la même volonté d’avancer plus vite sur ce dossier hautement sensible, les deux maires espèrent une réponse rapide du préfet du Var. Pour – enfin – faire bouger les choses.

Tous droits réservés Var-Matin du samedi 13 juin 2015 page 6, par Fred Dumas