Le conseil municipal dit banco pour les JO !

Avec le soutien de l’agglo TPM, Hyères est donc officiellement candidate à l’organisation des épreuves olympiques et paralympiques de voile en 2024 (Paris est candidate pour être ville hôte de Jeux). Vendredi 22 mai 2015, le conseil municipal a adopté à l’unanimité la délibération.

Le plan d'eau hyérois sera-t-il promu site de voile olympique et paralympique ? Le conseil municipal (opposition, sur la photo à gauche, et majorité, à droite) veut s'en donner les moyens en adoptant une délibération qui valide la candidature de la ville. (Photos L. Martinat)

Le plan d’eau hyérois sera-t-il promu site de voile olympique et paralympique ? Le conseil municipal (opposition, sur la photo à gauche, et majorité, à droite) veut s’en donner les moyens en adoptant une délibération qui valide la candidature de la ville. (Photos L. Martinat)

« Les choses se présentent positivement et la candidature est bien engagée, semble-t-il », a précisé Jean-Pierre Giran, qui s’est élevé contre « des interprétations à la limite du supportable. Nous aurions manipulé 2 700 jeunes pour promouvoir notre participation aux JO… Mais de qui se moque-t-on ? », a fustigé le député maire.« J’aimerais que les écoles d’Hyères s’engagent dans cet espoir positif, pas pour Jean-Pierre Giran, mais pour Hyères ».

« La sobriété est notre atout »

Dans les rangs de la gauche, Brigitte Del Pérugia (EELV), qui s’est abstenue sur la délibération, a souhaité « porter la parole de tous les citoyens qui sont dubitatifs, parce qu’elle ne leur a pas été donnée, le temps du débat n’ayant pu être pris ». Pour l’élue écologiste, « la face cachée des Jeux fait que, bien souvent, le choix de candidater relève plus d’une partie de poker que d’une gouvernance responsable ».

Elle a pointé « la surenchère organisée par le comité international olympique, qui peut amener les villes candidates à des projets mégalomanes. Ne serviront-ils pas de prétexte à l’agrandissement du port et au développement d’hôtels de luxe ? », a demandé Brigitte Del Pérugia, réclamant « des éclaircissements sur la marina olympique que les athlètes pourront rejoindre à pied en sortant de l’aéroport », et s’inquiétant « des frais et des coûts publics très importants. Pour quelles retombées économiques ? ».

A contrario, le conseiller PS William Seemuller a fait part de son enthousiasme : « La ville a des atouts et doit gagner cette compétition qui renforcerait son attractivité en terme d’économie, d’emplois… Ne lésinons pas sur les moyens ». Pour rassurer sa collègue, il a évoqué le rôle du parc national et « les arguments en terme de développement durable ».

Le groupe mené par Jacques Politi s’est dit « très favorable ». Le FN l’est aussi. Même si les interrogations de Patrick Collet « rejoignent celles des Verts ».

Une marina… pour les bateaux des JO

Jean-Pierre Giran l’assure : « Il n’y aura pas d’extension du port, cela est indépendant des JO. Vous dites hôtels de luxe ? Il va bien sûr y avoir de l’essor, des investissements… mais aucun hôtel de luxe ne figure dans notre candidature. Nous fonctionnerons sur l’existant. C’est l’un de nos atouts : nous avons des villages de vacances exceptionnels. La marina olympique, c’est le terme du comité pour désigner le lieu où seront les bateaux. Nous avons renoncé à un cabinet privé pour faire des économies, des personnes expérimentées se sont jointes à nous. Notre candidature est basée sur la sobriété, c’est une demande forte. Et si en 2024 nous n’avons pas avancé sur l’organisation Grand site, c’est que c’est désespéré… ».

Tous droits réservés Var-Matin du 25 mai 2015