Ville et mécénat : premières signatures enregistrées

Une dizaine de gros entrepreneurs a participé à la première réunion concernant l'opération mécénat, organisée en salle du conseil municipal. Chacun a expliqué les raisons et la destination de son engagement, avant de signer son « contrat ». (Photos Laurent Martinat)

Une dizaine de gros entrepreneurs a participé à la première réunion concernant l’opération mécénat, organisée en salle du conseil municipal. Chacun a expliqué les raisons et la destination de son engagement, avant de signer son « contrat ». (Photos Laurent Martinat)

La Fête du livre vient de montrer l’efficacité des opérations de mécénat privé, pour la réalisation de projets d’intérêt général. Aubaine pour la ville : minimiser les coûts quand les finances grincent

La première réunion,« concernant l’opération originale et innovante de mécénat, que nous avons lancée pour aider à la réalisation de projets d’intérêt général », et qui a récemment été actée en conseil municipal (Var-Matin du 4 mars 2015), s’est tenue en salle du conseil municipal.

Autour du député-maire Jean-Pierre Giran, de plusieurs de ses adjoints et conseillers municipaux – de la majorité comme de l’opposition – et, surtout, de Virginie Négri, la chargée de mission spéciale de cette opération qui a su attirer les sociétés privées, une bonne dizaine de responsables de grands groupes et d’entreprises avaient pris place autour de la table.
Les sociétés Belambra, Eurovoiles, la Fondation du patrimoine, Méditerranée GDF Suez, GRDF, le groupe Boucau, Zolpan, Pitch Promotion, Vinci Construction France ou encore Veolia Propreté. D’autres n’avaient pas pu être là, mais se sont également engagés sur des projets, comme Toyota, le Fonds de dotation Itancia ou le groupe JPV.
Une charte éthique
Chacun a pris la parole. Puis les premiers contrats de « partenariat » ont donc été signés par les mécènes, qui apporteront leur aide, en argent ou en nature, à différents projets municipaux liés à la culture et au patrimoine, à la cohésion sociale ou à l’environnement (lire en encadré).
Jean-Pierre Giran les a vivement remerciés « pour ces contributions, qui vont alléger les problèmes de fonctionnement que connaissent les communes, et particulièrement la nôtre, et dont les contribuables hyérois vous seront redevables… »
Il a aussi rappelé les deux « exigences » qui avaient été préalablement établies, entre la municipalité et les entrepreneurs privés. « Nous avons été extrêmement précis sur la charte éthique. Il ne fallait pas que cette relation constructive soit la récompense ou la prémonition de marchés obtenus ou à obtenir, a-t-il répété. Il était également hors de question de procéder à une concurrence déloyale vis-à-vis d’associations avec lesquelles vous avez déjà des relations. Nous avons veillé à ce point. »
D’autres « signatures » devraient intervenir prochainement.