Jean-Pierre Giran inaugure le Festival de la Mode avec la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, la princesse Caroline de Hanovre et Karl Lagerfeld

Le parvis de la villa Noailles a été foulé de milliers de pas, hier soir, pour l’inauguration du 30e festival de mode et de photo d’Hyères.

festivalmode2015Sur les marches, Jean-Pierre Blanc, directeur du festival, a accueilli ses invités et lancé les hostilités de cette édition qui célèbre les 30 ans du festival.

Aux côtés de Fleur Pellerin, ministre de la Culture, la Princesse Caroline de Hanovre et Karl Lagerfeld, directeur artistique 2015, Jean-Pierre Giran, député-maire d’Hyères, a tout d’abord rendu hommage « au jeune homme très inspiré qui, il y a 30 ans, a inventé un nouveau concept de festival de mode. Et Hyères a alors trouvé le souffle nouveau qui lui manquait ».

« Cela fait du bien à la vie ! »

Le jeune homme en question, Jean-Pierre Blanc, a alors pris la parole pour célébrer « la magie des artistes et des créateurs qui se sont succédé à Noailles. Aujourd’hui comme hier, nous sommes au service de la mode et de la culture. Ce soir, il y a des gens qui étaient avec moi au tout début. Je les retrouve. Nous nous retrouvons tous ce soir. Cela fait du bien à la vie ! », a-t-il conclu, ému aux larmes.

Arrivée de Toulon, Fleur Pellerin n’a pas tari d’éloges sur le rendez-vous hyérois : « C’est l’un des rendez-vous incontournables du calendrier. Et nous savons tous ce que la mode doit à ce festival. Il y a trente ans, on écoutait Depeche Mode et Human League. Moi, je rêvais devant les créations de Mugler ou Montana. Au même moment, Karl Lagerfeld habillait Inès de la Fressange… Depuis toujours, la mode a été le refuge pour les gens différents. Aujourd’hui encore, c’est un univers qui nous aide à devenir des individus. Et nous, nous serons toujours du côté de la différence et pas de celui de l’uniformité. Du côté de la lumière aussi et dans une culture accessible à tous ».

Une performance surprise a clôturé cette cérémonie d’inauguration. Avant l’ouverture des expositions ce matin et le premier défilé ce soir.

Tous droits réservés Var-Matin du vendredi 24 avril 2015 page 4, par Fred Dumas, photo Laurent Martinat

C’est parti pour la 3e édition de la Sailing world cup !

La cérémonie d’ouverture de l’étape française du circuit mondial de voile a eu lieu hier soir. Les 40 meilleurs de chaque catégorie olympique vont s’affronter sur le plan d’eau hyérois jusqu’à dimanche

Compétiteurs, officiels, arbitres, bénévoles et élus ont assisté, hier soir à l'espace nautique, au lancement de la Sailing world cup, l'une des cinq étapes du circuit mondial de voile, en présence notamment de Jean-Pierre Champion (au micro), président de la fédération française de voile. Place désormais à cinq jours de compétition sur le port Saint-Pierre. (Photos Laurent Martinat)

Compétiteurs, officiels, arbitres, bénévoles et élus ont assisté, hier soir à l’espace nautique, au lancement de la Sailing world cup, l’une des cinq étapes du circuit mondial de voile, en présence notamment de Jean-Pierre Champion (au micro), président de la fédération française de voile. Place désormais à cinq jours de compétition sur le port Saint-Pierre. (Photos Laurent Martinat)

Capture

 

Le plan d’eau hyérois était presque trop calme, hier après-midi, pour les régates d’entraînement de la Sailing world cup, organisée cette semaine, et pour la troisième année consécutive, sur le port Saint-Pierre.« Cette compétition, avec son format plus compact, c’est la modernité de la voile olympique, a indiqué en soirée Jean-Pierre Champion, le président de la fédération française de voile, lors de la cérémonie d’ouverture de cette étape du circuit mondial. Les 40 meilleurs compétiteurs de chacune des catégories olympiques se retrouvent pour cinq épreuves dans le monde. »

Premières régates de compétition ce matin

Il a profité de l’occasion pour rendre hommage à la ville hôte et à ses équipes : « Tout est bien fait ici. Tout est rodé, tout est parfaitement organisé. C’est quelque chose de solide, qui, je crois, peut vous permettre de relever d’autres défis tout à fait enthousiasmants. Ce succès, qui est un succès français, nous vous le devons en grande partie. »

Un soutien précieux et sans aucun doute appréciable, en cette période un peu particulière, où la cité des palmiers est officiellement candidate à l’organisation des épreuves de voile si Paris obtient les Jeux Olympiques de 2 024 (lire notre édition de demain jeudi) mais devra faire face à une concurrence sévère…

Jean-Pierre Giran, le député-maire d’Hyères a enchaîné : « Nous sommes très fiers d’avoir cette compétition. C’est une chance, qui nous permet notamment de décliner l’ambition nautique d’Hyères. Nous ferons le maximum pour réussir cette Sailing world cup… et pour obtenir les JO ! »

Mais trêve de discours. C’est désormais sur l’eau, et jusqu’à dimanche, que les meilleurs régatiers du monde vont s’expliquer. Premier départ ce matin à 11 h !

Tous droits réservés Var-Matin du mercredi 22 avril 2015 page 7, par Fanny Rocca

Visite de terrain: Jean-Pierre Giran à l’écoute de Giens

Les élus, maire en tête, poursuivent les visites des quartiers et fractions de la commune. Mardi, ils se sont rendus à Giens où ils étaient attendus par l’adjoint spécial Didier Iard. Ils sont allés à la rencontre de plusieurs membres des CIL de Giens et de la Tour Fondue, ainsi que d’un petit groupe d’habitants.

Le maire et plusieurs adjoints ont arpenté les rues du village, en compagnie des représentants du CIl et des habitants, qui ont pu exposer leurs différents problèmes. (Photo C. R.)

Le maire et plusieurs adjoints ont arpenté les rues du village, en compagnie des représentants du CIl et des habitants, qui ont pu exposer leurs différents problèmes. (Photo C. R.)

Avant d’arpenter les rues du village, une réunion s’est improvisée en mairie annexe qui a permis de lister les principaux problèmes qui préoccupent les Arbannais, en matière de transports, de sécurité, de collecte des ordures ménagères et de stationnement.

À ce sujet, la mairie a précisé qu’un parking de 80 places réservé aux deux-roues sera aménagé à la Tour fondue, pour le mois de mai.

Le plan local d’urbanisme, l’opération grand site, la lutte contre les moustiques ou les travaux au port du Niel ont aussi été brièvement évoqués, ainsi qu’un problème plus récent lié à la présence un peu trop envahissante sur la presqu’île de sangliers ! Une évaluation de la situation est prévue dans les tout prochains jours.

Les habitants ont aussi évoqué des difficultés en matière de terrasses, avant de montrer, sur le terrain, de quoi il retourne exactement.

Tous droits réservés Var-Matin du mercredi22 avril 2015, page 6, par Caroline Martinat

Midi Festival aura bien lieu cet été à Noailles !

La subvention municipale est finalement accordée au festival pop pour son édition de juillet. Programmation en cours et bonnes volontés retrouvées…

Le maire, Jean-Pierre Giran, son adjoint François Carrassan, et Frédéric Landini, directeur de Midi Festival se sont retrouvés en mairie pour donner le « feu vert » à l'édition 2015. (Photo F. D.)

Le maire, Jean-Pierre Giran, son adjoint François Carrassan, et Frédéric Landini, directeur de Midi Festival se sont retrouvés en mairie pour donner le « feu vert » à l’édition 2015. (Photo F. D.)

À l’heure où certains festivals varois sont arrêtés, suspendus, voire carrément annulés, il y en a un qui résiste… contre vents et marées. Le Midi Festival, qui existe depuis 2006 à la Villa Noailles, n’aura pas d’interruption d’édition.

On a pourtant cru que 2014 avait été la « der des ders » après la décision municipale de ne pas renouveler pour cette année sa subvention annuelle. Que nenni !

Hier matin, le maire, Jean-Pierre Giran, et son adjoint à la culture, François Carrassan, ont annoncé officiellement que 24 000 euros seraient alloués pour permettre à ce festival pop-électro de se tenir, comme chaque année, dans les jardins de la Villa Noailles.

Deux jours sont programmés : les 24 et 25 juillet prochains avec une affiche… qui s’élabore dans le plus grand secret.

« Des projets hyérois ! »

« Nous finançons des projets, pas des associations par elles-mêmes. On tient beaucoup à cette approche vertueuse des choses », a expliqué, en préambule Jean-Pierre Giran, député maire de la ville, avant de laisser la parole à son adjoint à la culture.

« Après la décision de ne pas reconduire la subvention pour Midi Festival, j’ai entendu dire en ville que nous voulions couper la tête à ce festival ! Il s’agissait de conclusions quelque peu hâtives… Ce temps a été mis à profit pour discuter ensemble et le nouveau projet culturel de Midi Festival nous a été présenté et nous a séduits. Je me félicite que Midi continue son chemin, moi qui étais là à ses débuts en 2006 ».

Après, donc, cette période de « flottement »au cours de laquelle la question de la survie même du festival pop à Hyères s’est posée, chaque partie a fait un pas vers l’autre… et la bonne nouvelle a été annoncée, hier, en mairie.

Mid’Hyères…

Ouf de soulagement chez les organisateurs dont le fondateur, Frédéric Landini, n’a pas caché sa satisfaction : « Midi nous coûte 140 000 euros de budget total. Les aides de TPM, du conseil général, de la Région et les entrées nous permettent d’organiser l’événement mais la subvention de la mairie était indispensable. Pas uniquement sur le volet financier mais Midi s’inscrit directement dans son territoire hyérois. Il était donc primordial, pour nous, de le maintenir à Hyères ».

Concrètement, groupes et artistes se succéderont dans les jardins nord de la Villa de 19 heures à minuit fin juillet. Qui exactement ? Nul ne sait pour l’instant mais on espère une programmation, pointue mais accessible, des talents émergents mais pas « barbants » – bref – une fête musicale comme il n’y en a nulle part en France.

Tous droits réservés Var-Matin du mardi 21 avril 2015, page 4, par Fred Dumas

Jean-Pierre Giran accueille une classe de Jules-Ferry à la mairie dans le cadre d’un dispositif expérimental sur l’orientation

C‘est un« dispositif expérimental au niveau de l’orientation », comme l’explique Pierre Cruz, professeur principal (et de maths) de la 4eG de Jules-Ferry, que testent actuellement ces 26 élèves du collège. Et ce dans le cadre du parcours individuel d’information et de découverte du monde économique et professionnel (Piiodmep), mis en place en France depuis janvier dernier dans quelques « établissements pilotes ».

Accueillis dans la salle du conseil municipal par le maire Jean-Pierre Giran, les élèves de 4eG du collège Jules-Ferry ont ensuite visité les services des finances et des ressources humaines. Pour se faire une idée concrète des métiers exercés dans une collectivité. (Photos F. R.)

Accueillis dans la salle du conseil municipal par le maire Jean-Pierre Giran, les élèves de 4eG du collège Jules-Ferry ont ensuite visité les services des finances et des ressources humaines. Pour se faire une idée concrète des métiers exercés dans une collectivité. (Photos F. R.)

Après avoir observé les métiers de la grande distribution et des métiers de bouche dans une grande surface, les collégiens étaient, hier après-midi, en visite à la mairie. Ils y ont été accueillis par le premier magistrat, dans la salle du conseil municipal. « Une commune, ce n’est pas une société privée, leur a brièvement indiqué Jean-Pierre Giran. Mais c’est une grande entreprise. Qui doit satisfaire un produit très particulier : l’intérêt général de l’ensemble de ses « clients », c’est-à-dire des citoyens. »

« Beaucoup plus parlant »
Avant que les jeunes ne partent faire un tour dans les services, il a ajouté : « A votre âge, moi je ne savais pas ce que je voulais faire. Je voulais être footballeur professionnel, et puis j’ai changé de voie. Trois fois. Je crois qu’il faut que dans vos études et dans vos réflexions, vous ayez cette capacité de vous adapter, de changer. » Et il a conclu : « La mairie, c’est la maison commune. Donc vous êtes chez vous. Vous venez quand vous voulez, vous frappez, et vous entrez. »
Les collégiens ont alors été répartis en deux groupes, l’un partant au service finances, l’autre au service des ressources humaines, avant d’inverser. « Le processus consiste à faire découvrir le tissu économique local de la manière la plus concrète possible, afin d’aider nos élèves à construire leur orientation, ce qui n’est pas facile, reprend Pierre Cruz. Aujourd’hui, c’est donc le côté  »administration », et notamment les métiers de la gestion et du secrétariat. C’est beaucoup plus parlant de cette façon. Des fois, les vocations on les trouve au détour d’une rue… »
La 4eG terminera son petit tour d’horizon d’orientation par une visite chez un artisan d’art et chez un agriculteur.
Ce dispositif, destiné à être prolongé sur l’année de 3e, devrait se généraliser à tous les établissements dès la rentrée prochaine.Tous droits réservés var-Matin du 21 avril 2015 page 5, par Fanny Rocca

Jean-Pierre Giran en visite de terrain à l’Ayguade

Les responsables du CIL ont fait le point avec le maire de la commune et ses adjoints sur les sujets d’actualité qui touchent la fraction

Place Daviddi, bord de plage et place St Louis : CIL et équipe municipale ont écumé les endroits les plus fréquentés de la fraction. (Photo Laurent Martinat)

Place Daviddi, bord de plage et place St Louis : CIL et équipe municipale ont écumé les endroits les plus fréquentés de la fraction. (Photo Laurent Martinat)

Hier après-midi, la visite du quartier de l’Ayguade a débuté sur la place Daviddi, remplie d’amateurs de pétanque et des premiers vacanciers. Justement : le terrain de boules a été le premier sujet d’actualité, abordé par Eric Girardo, président du CIL avec l’équipe municipale.

« Le muret qui entoure le terrain est abîmé et, par endroits, des pierres tombent. Cela devient dangereux », a-t-il expliqué à Jean-Pierre Giran, député-maire d’Hyères.« Effectivement, il faut restaurer ce muret avant l’été afin d’éviter tout incident », a répondu le maire.
Sens de circulation
Pour le CIL de l’Ayguade, qui compte 120 adhérents, une autre question se pose sur la place : le sens de circulation à la sortie. « Il est très dangereux de tourner à gauche en partant, à cause du trafic qui s’intensifie. Ne serait-ce pas une bonne idée d’obliger les véhicules à tourner seulement à droite ? », a demandé l’association. « Tout est fait ! D’autant que, pour ceux qui souhaitent se diriger vers le port, un carrefour est situé à quelques dizaines de mètres seulement. C’est facile. On y gagnerait en sécurité », a rétorqué Jean-Pierre Giran.
Tout le monde s’est ensuite dirigé le long de la plage où plusieurs réclamations ont été formulées au premier magistrat de la ville.
« L’été les chiens sont très nombreux sur le sable. Pourtant, cela est interdit. La sortie du pluvial, également, déforme la plage. Serait-il possible de faire quelque chose ? ». « Des panneaux vont être plus nombreux pour rappeler l’interdiction aux chiens. Quand à la sortie du pluvial, nous allons étudier l’idée de la repousser vers la mer pour préserver la plage », a répondu l’équipe municipale.
La stèle bientôt déplacée ?
Plus loin, sur la place St Louis, l’idée de déplacer la stèle en hommage à St Louis, a été émise. « Bonne idée ! », s’est exclamé le maire. Eric Girardo a détaillé : « Située au milieu des arbres, cette stèle n’est pas assez remarquée par les visiteurs »… Lui emboîtant le pas, l’équipe municipale va étudier le projet d’installer l’hommage à St Louis au centre de la place. « L’objectif est de requalifier cette belle place et la mettre en valeur car la perspective y est étonnante », a conclu Jean-Pierre Giran. « L’Ayguade est tout de même la plage la plus proche du centre-ville ! », a judicieusement fait remarquer un habitant.
Enfin, une visite de la place des Cascades où se trouve la mairie annexe, a permis de relever quelques « désagréments visuels », comme le transformateur qui borde le grand parking. L’idée d’un relooking futur, par un artiste par exemple, a fait l’unanimité.

Tous droits réservés Var-Matin lundi 20 avril 2015 page 5, par Fred Dumas