Inondations: Jean-Pierre Giran veut pouvoir agir vite

GiranJeanPierreAgirVitePour Jean-Pierre Giran, il faut agir vite. Car, dès que le soleil revient, on oublie que les risques d'inondations demeurent. (Photo Patrick Beaduet)

(Photo Patrick Beaudet)

En matière de protection des biens et des personnes en cas d’inondations, le député-maire d’Hyères Jean-Pierre Giran est partisan« du bien plutôt que du mieux ».

S’il reste favorable à l’adoption de Plans de prévention des risques inondations (PPRI) et autres Schémas d’aménagement et de gestion des eaux (Sage), le parlementaire varois juge ces procédures globales « lourdes ». Or, au vu du changement climatique auquel on semble assister, « on n’a pas le temps d’attendre des années pour réaliser, par exemple, des bassins de rétention, boucliers capables de ralentir, sinon supprimer les risques majeurs », estime-t-il.
Prenant l’exemple des arrêtés de péril utilisés dans l’immobilier, Jean-Pierre Giran souhaite « un changement de la loi sur l’eau et l’introduction de procédures d’urgence ».
Mesures dérogatoires d’urgence
Cette prise de conscience de l’élu hyérois n’est pas vraiment nouvelle. Les derniers événements tragiques n’ont fait que renforcer un peu plus ses convictions. Ainsi, il y a un mois, Jean-Pierre Giran a tapé du poing sur la table lors d’une réunion à la préfecture du Syndicat mixte du bassin-versant du Gapeau. Un coup de gueule qui lui a permis de ramener à moins de deux ans le délai pour réaliser une zone d’expansion de crue au niveau du plan du Pont.
Sa proposition de loi sur « des mesures dérogatoires d’urgence quand il y a danger » va dans ce sens.
S’il reste des sceptiques, Jean-Pierre Giran leur répond par une statistique : « Sur le mois de novembre, le Var a été placé quinze jours en alerte orange ! » Imparable.
Pour Jean-Pierre Giran, il faut agir vite. Car, dès que le soleil revient, on oublie que les risques d’inondations demeurent.
  • Tous droits réservés Var Matin 2014
  • Jean-Pierre Giran permet aux taxis de revenir en centre-ville à leur emplacement traditionnel

    taxisVar-Matin du samedi 28 octobre 2014

    «Pendant un an et demi, on a souffert mais on a suivi les directives. » Les taxis hyérois ont, depuis quelques mois, retrouvé leur emplacement historique dans la ville : à la gare routière du centre de la cité, tout près du Park-Hôtel et non plus à la gare SNCF.

    En effet, suite à une décision précédente de décentralisation de la gare routière dans le quartier de la gare, ils estiment avoir perdu beaucoup de leur activité pour cause d’éloignement.

    « Aujourd’hui, tout est rentré dans l’ordre et, depuis fin mai, nous sommes rassemblés ici avec une ligne exclusive pour nous. L’été s’est bien passé et nos clients retrouvent leurs habitudes : pouvoir accéder à leur taxi à pied sans être obligés d’aller à la gare des trains », explique Laurent Sercia, professionnel, en compagnie des 18 autres taxis hyérois.

    Tous sont regroupés au sein du groupement Radio-taxi hyérois, ville et aéroport, présidé par Alex Toya.

    « Courses de proximité »

    « De nouveau, on peut assurer les courses de proximité pour les gens, notamment les seniors. Pour les actifs ou les familles, on accède facilement à l’aéroport ou à la gare à partir du centre-ville », ajoute-t-il.

    La donne a donc changé pour ces professionnels du transport qui font preuve d’une solidarité sans faille. « C’est pourquoi, nous souhaitons remercier publiquement la Ville de son action efficace et rapide. On espère surtout que cette situation va se pérenniser. »

    Fred Dumas (Var-Matin)