Tous avec Hyères pour accueillir les sports nautiques des Jeux Olympiques 2024

Marseille, Brest, Le Havre et La Rochelle sont aussi candidates.
«On a reçu des candidatures spontanées, mais on va lancer un appel à des candidatures officielles, avec un cahier des charges précis. On ne sait pas encore qui y répondra», a appris l’AFP auprès d’Ambition olympique. Les candidatures officielles seront attendues en juillet.

http://api.dmcloud.net/player/embed/4f3d114d94a6f66945000325/5552234506361d4aa08eac55/40fdcc4acf9746fcb068f9cc35f365de?exported=1

Pour soutenir cette candidature, rendez-vous sur la page municipale.

Suivez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/hyeres2014

Hashtag Twitter #hyeres2024

Pour tout renseignement : hyeres2024@ville-hyeres.fr

Création du Circuit des arts dans la vieille ville, projet Clemenceau-Denis

Création du Circuit des arts dans la vieille ville, projet Clemenceau-Denis, le maire a convié les commerçants et leurs associations pour faire le point sur les avancées et les perspectives

Toujours dans la vieille-ville, secteur du Béal, une autre idée d'aménagement de rez-de-chaussée avec un atelier.

Toujours dans la vieille-ville, secteur du Béal, une autre idée d’aménagement de rez-de-chaussée avec un atelier.

« Le commerce de proximité est pour nous une priorité absolue », tel est le message qu’a voulu faire passer le député-maire Jean-Pierre Giran lors de la réunion organisée, lundi soir, au Park-hôtel à destination des commerçants hyérois et de leurs associations. Ils étaient en tout une quarantaine à y assister.

Place Massillon (les Templiers sont à gauche) VAD présente une projection de ce que pourrait être une galerie d'artistes entièrement vitrée avec aménagement de la partie droite de la place. (Projections VAD)

Place Massillon (les Templiers sont à gauche) VAD présente une projection de ce que pourrait être une galerie d’artistes entièrement vitrée avec aménagement de la partie droite de la place. (Projections VAD)

Pas de nouvelle annonce sur le sujet, mais un point précis sur les deux grands projets engagés en centre-ville : la création du parcours des arts dans la vieille ville, et le projet Clemenceau Denis avec la création de l’office du commerce.

L’office dont la concrétisation sera à l’ordre du jour du conseil municipal du 22 mai, et dont la direction sera confiée à Myriam Biville.

Objectif de la structure, qui devrait prendre la forme juridique d’un établissement public : « Coordonner les initiatives et mettre en place des instruments pour une approche plus performante : en s’appuyant sur les nouvelles technologies, la communication par le biais d’un site internet, les réseaux sociaux, l’e-commerce, etc. »

Questions moyens pour 2015, des locaux provisoires seront mis à sa disposition par la ville au kiosque Clemenceau, et l’office sera doté de 100 000€, « 50 000€ en budget et 50 000 € en dotation personnel. »

L’aire de jeux du jardin Denis livrée avant l’été

« Nous sommes très avancés sur le projet Clemenceau-Denis », poursuivait le maire, indiquant que l’aire de jeux pour enfants prévue dans le jardin Denis sera opérationnelle avant l’été. Sur le parking Denis (en bas de la place) il est confirmé la construction d’un bâtiment de 1500 m2 maximum qui inclut un parking public de 200 places. On y trouvera la maison de l’économie « financée intégralement par la CCI du Var, »qui accueillera l’office du commerce et une pépinière d’entreprises, ainsi que l’antenne locale de la CCI qui quitterait ses locaux du centre Olbia. Le projet comprend également une halte-garderie, une grande librairie Charlemagne qui garderait sa boutique des Îles d’Or, mais quitterait l’avenue Clotis « et éventuellement un restaurant panoramique au 1er étage ».

« Ce projet sera accompagné de la restauration de l’entrée de ville côté Est, (l’avenue Alphonse-Denis, depuis la place, jusqu’à la station-service). Il faut commencer la reconquête du Bon puits. Un bureau d’études y travaille ».

30 commerces acquis ou en cours d’acquisition

Le maire a ensuite passé la parole à Alain Laroche de Var aménagement développement (VAD)« dont nous avons redéfini les missions pour qu’il consacre toutes ses forces au projet de la vieille ville. »

Alain Laroche qui rappelait « le principe directeur du circuit des arts est de faire partir les visiteurs depuis tous les secteurs de commerce traditionnel(Portalet, Massillon, République…)pour les faire remonter vers les hauteurs de la vieille ville où ils pourront découvrir les parcs, la Villa Noailles, les places, en passant par tous les lieux remarquables(collégiale, etc.). Un parcours qui sera jalonné d’ateliers d’artisans d’art et d’artistes. »

Ça, on le savait, au moins, sur le principe. Ce que l’on a appris c’est que VAD a d’ores et déjà acquis ou est en cours d’acquisition à travers la vieille ville de trente locaux en rez-de-chaussée « qui vont être restaurés et aménagés pour accueillir ces ateliers. Et on a déjà commencé la prospection pour attirer artisans d’art et artistes ».

Autre point : la mise ne place d’une signalétique qui s’appuie sur une charte graphique avec des logos qui pourront être déclinés sous différentes formes : mobilier urbain, enseignes, marquage au sol pour « une identité visuelle qui donnera une unité au parcours. » Ces artisans bénéficieront de loyers attractifs et devront en retour s’engager sur des horaires et jours d’ouverture, notamment lors des manifestations.

« Ce traitement qualitatif, indiquait le maire en conclusion, pourrait être étendu à toute la ville. L’office du commerce y travaillera. »

Le parcours devrait être opérationnel fin 2016.

Emmanuelle POUQUET

Au printemps 2016, un projet gigantesque, avec notamment 51 000 m2 de commerces et structures de loisirs, verra le jour dans la zone de Barneoud à La Valette. Une centaine d’enseignes doit s’implanter dans ce centre commercial baptisé L’avenue 83.

Parmi lesquelles les marques : Vero Moda, Naf Naf, San Marina, Chevignon, New Look, Tiger, Tommy Hilfiger, Bose ou encore la marque anglaise JS Sports. Sont aussi prévus un RCT café, une vingtaine de bars-restaurants et points de restauration rapide.

Le commerce hyérois doit-il s’inquiéter de l’arrivée de cet immense pôle commercial ? Jean-Pierre Giran qui l’a évoqué lors de la réunion est formel : « Il est concurrent de Mayol, mais pas de nous, parce que nos grandes surfaces sont des commerces de proximité. Il n’y a pas d’inquiétude à avoir. Et c’est aussi pourquoi il fallait s’opposer au projet d’une nouvelle grande surface à Hyères (N.D.L.R. : référence faite au projet du retail park) qui n’aurait pas résisté. »

Tous droits réservés Var-Matin du samedi 9 mai 2015 par Emmanuelle Pouquet

Visite de terrain à La Capte: une série de travaux attendus d’ici l’été

Elus, habitants et commerçants ont parcouru le quartier. Objectif : repérer tout ce qui peut être entrepris pour sécuriser et améliorer l’accueil des visiteurs

Elus et techniciens municipaux en visite sur le terrain, avec les représentants du comité d'intérêt local. (Photo N.B)

Elus et techniciens municipaux en visite sur le terrain, avec les représentants du comité d’intérêt local. (Photo N.B)

Les élus poursuivent leurs visites de quartiers, avec les représentants des comités d’intérêt locaux (CIL) et les habitants. Cette semaine, c’est à La Capte que le député-maire Jean-Pierre Giran s’est rendu en compagnie de plusieurs adjoints et des responsables de services pour faire le point avec les riverains. Ces derniers étaient notamment représentés par le président du CIL, Michel Lapleigne, et des commerçants captois ont également pris part à cette visite.

Réensablement et péré
Plusieurs actions ou propositions ont été avancées. En priorité, la réfection du muret de béton, le péré, qui délimite la plage en bord de mer. Sa sécurisation aura lieu avant l’été. 150000 euros seront engagés après la saison estivale pour son remplacement. Le réensablement de la plage, avec reprise des tubes géotextiles doit également être effectué avant la haute saison pour un montant de 160000 euros.
Enfin des poubelles supplémentaires seront installées sur le sable.
La mise en place d’un nouveau totem à l’entrée de La Capte viendra améliorer la signalétique.
Par ailleurs, on réfléchit à la création d’une aire de jeux pour les enfants sur le front de mer.
Dans les prochains mois, la mairie va se pencher sur un projet de requalification de la rue des Marchands. Il a été proposé de mettre en place deux arrêts minutes, soit quatre places, dans cette artère très passante l’été.
Enfin un planning de suivi va être mis en place pour le nettoyage des puits perdus.

Tous droits réservés Var-Matin du dimanche 10 mai 2015 page 4

420 palmiers du littoral traités par endothérapie

Après avoir testé plusieurs méthodes de lutte contre le charançon rouge, la commune a choisi de traiter les Phoenix par injection d’un produit insecticide. Elle commence par les arbres du bord de mer

Symboles de la ville, près de la moitié des palmiers Phœnix d'Hyères ont été infestés et abattus, ces 7 dernières années. (Photo doc Frank Muller)

Symboles de la ville, près de la moitié des palmiers Phœnix d’Hyères ont été infestés et abattus, ces 7 dernières années. (Photo doc Frank Muller)

Le service des espaces verts de la mairie a fait les comptes. Depuis 2007, quand l’infestation des palmiers Phoenix par le charançon rouge (rhynchophorus ferrugineus) s’est déclarée à Hyères,« 1 443 arbres ont été diagnostiqués et 1 030 abattus ». Il en reste aujourd’hui environ 1 600 sur la commune. « Nous en avons donc perdu presque la moitié, constate le député-maire Jean-Pierre Giran face à ces chiffres. Si on ne fait rien, on en sera donc bientôt à calculer la date de leur disparition. »

Diverses méthodes ont été testées auparavant. « Une aide à la recherche et à l’expérimentation a été mise en place, reprend le maire. Une convention a notamment été passée avec la société Vegetech, et nous avons fait des essais avec le Beauvéria Bassiana (un champignon) sur 60 palmiers. »

Une technique biologique à laquelle la municipalité a donc préféré l’endothérapie, « même si on continue notre travail avec Vegetech ». « On ne traite pas une hémorragie par l’homéopathie : on opère, indique Jean-Pierre Giran. On a perdu la moitié des palmiers, il est temps d’opérer. »

« Pas une technique d’apprenti sorcier »

Ces prochaines semaines, 420 Phoenix vont ainsi être traités selon cette méthode, qui consiste à injecter un produit insecticide à base d’emamectine « dans le flux ascendant de la sève du palmier », au travers de deux trous de 8 mm de diamètre, « fait selon un protocole bien précis, pour ne pas nuire aux insectes butineurs ».

L’intervention, qui ne devrait pas durer plus d’une dizaine de jours, se fera « sur un territoire identifiable », en l’occurrence la partie littorale de la ville : 210 sur le port, 163 à L’Ayguade et au Mérou, 20 à Arromanches, l’hippodrome et l’Almanarre, et 27 à Porquerolles.

« Il ne s’agit pas d’une technique d’apprenti sorcier, précise Jean-Pierre Giran. Elle est approuvée par le Conservatoire botanique de Port-Cros, France Nature Environnement, et la Fredon Paca (organisme de recherche scientifique, reconnu à vocation sanitaire). Il est important pour nous d’avoir ce genre de caution. » Par ailleurs, ajoute le maire, « nous avons demandé à la Fredon Paca de fournir un protocole pour le suivi du traitement. La durée de rémanence du produit étant de 14 à 16 mois, selon Syngenta, le test se fera sur deux ans ».

« Il y a urgence »

80000 euros TTC sont prévus pour ce traitement. « Un investissement assez limité », estime Jean-Pierre Giran, qui enchaîne : « Je sais qu’une association, qui est par ailleurs en adhésion totale avec la procédure et les procédés, juge que Syngenta est trop cher (lire par ailleurs). On a déjà négocié et réussi à faire baisser les prix. Mais on ne peut pas attendre encore deux ans et espérer qu’ils diminuent encore. Il y a urgence, et c’est une responsabilité de la commune. »

Et il poursuit : « C’est un acte politique fort. Les palmiers, ce sont notre patrimoine. Comme nous devons restaurer la basilique Saint-Paul, nous devons sauver les palmiers. » Son adjoint à l’agriculture, aux espaces verts et aux forêts Élie Di Russo ajoute : « C’est l’emblème de la commune. C’est le tourisme, c’est l’image, c’est l’attractivité de la commune qui sont en jeu ! »

Revenant sur les tarifs (ça revient environ à 190 euros par palmier), le maire indique : « Il y avait une opportunité, que nous n’avons pas voulu saisir, qui aurait réduit le coût : c’est que le traitement soit réalisé, après une petite formation, par les employés municipaux. J’ai estimé que c’était prématuré, dans la mesure où c’est quand même technique, particulier, et que cette première initiative doit, je crois, être faite par des professionnels assermentés. On verra par la suite, si d’aventure on peut le faire. »

Cette opération, « beaucoup testée à l’étranger (en Italie, en Espagne…) », est la plus importante expérimentée en France. « Bien entendu, termine Jean-Pierre Giran, en espérant que les résultats soient positifs, ce sera ensuite étendu au reste de la ville. »

Tous droits réservés Var-Matin du 2 mai 2015 page 14, par Fanny Rocca

Jean-Pierre Giran inaugure le Festival de la Mode avec la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, la princesse Caroline de Hanovre et Karl Lagerfeld

Le parvis de la villa Noailles a été foulé de milliers de pas, hier soir, pour l’inauguration du 30e festival de mode et de photo d’Hyères.

festivalmode2015Sur les marches, Jean-Pierre Blanc, directeur du festival, a accueilli ses invités et lancé les hostilités de cette édition qui célèbre les 30 ans du festival.

Aux côtés de Fleur Pellerin, ministre de la Culture, la Princesse Caroline de Hanovre et Karl Lagerfeld, directeur artistique 2015, Jean-Pierre Giran, député-maire d’Hyères, a tout d’abord rendu hommage « au jeune homme très inspiré qui, il y a 30 ans, a inventé un nouveau concept de festival de mode. Et Hyères a alors trouvé le souffle nouveau qui lui manquait ».

« Cela fait du bien à la vie ! »

Le jeune homme en question, Jean-Pierre Blanc, a alors pris la parole pour célébrer « la magie des artistes et des créateurs qui se sont succédé à Noailles. Aujourd’hui comme hier, nous sommes au service de la mode et de la culture. Ce soir, il y a des gens qui étaient avec moi au tout début. Je les retrouve. Nous nous retrouvons tous ce soir. Cela fait du bien à la vie ! », a-t-il conclu, ému aux larmes.

Arrivée de Toulon, Fleur Pellerin n’a pas tari d’éloges sur le rendez-vous hyérois : « C’est l’un des rendez-vous incontournables du calendrier. Et nous savons tous ce que la mode doit à ce festival. Il y a trente ans, on écoutait Depeche Mode et Human League. Moi, je rêvais devant les créations de Mugler ou Montana. Au même moment, Karl Lagerfeld habillait Inès de la Fressange… Depuis toujours, la mode a été le refuge pour les gens différents. Aujourd’hui encore, c’est un univers qui nous aide à devenir des individus. Et nous, nous serons toujours du côté de la différence et pas de celui de l’uniformité. Du côté de la lumière aussi et dans une culture accessible à tous ».

Une performance surprise a clôturé cette cérémonie d’inauguration. Avant l’ouverture des expositions ce matin et le premier défilé ce soir.

Tous droits réservés Var-Matin du vendredi 24 avril 2015 page 4, par Fred Dumas, photo Laurent Martinat

C’est parti pour la 3e édition de la Sailing world cup !

La cérémonie d’ouverture de l’étape française du circuit mondial de voile a eu lieu hier soir. Les 40 meilleurs de chaque catégorie olympique vont s’affronter sur le plan d’eau hyérois jusqu’à dimanche

Compétiteurs, officiels, arbitres, bénévoles et élus ont assisté, hier soir à l'espace nautique, au lancement de la Sailing world cup, l'une des cinq étapes du circuit mondial de voile, en présence notamment de Jean-Pierre Champion (au micro), président de la fédération française de voile. Place désormais à cinq jours de compétition sur le port Saint-Pierre. (Photos Laurent Martinat)

Compétiteurs, officiels, arbitres, bénévoles et élus ont assisté, hier soir à l’espace nautique, au lancement de la Sailing world cup, l’une des cinq étapes du circuit mondial de voile, en présence notamment de Jean-Pierre Champion (au micro), président de la fédération française de voile. Place désormais à cinq jours de compétition sur le port Saint-Pierre. (Photos Laurent Martinat)

Capture

 

Le plan d’eau hyérois était presque trop calme, hier après-midi, pour les régates d’entraînement de la Sailing world cup, organisée cette semaine, et pour la troisième année consécutive, sur le port Saint-Pierre.« Cette compétition, avec son format plus compact, c’est la modernité de la voile olympique, a indiqué en soirée Jean-Pierre Champion, le président de la fédération française de voile, lors de la cérémonie d’ouverture de cette étape du circuit mondial. Les 40 meilleurs compétiteurs de chacune des catégories olympiques se retrouvent pour cinq épreuves dans le monde. »

Premières régates de compétition ce matin

Il a profité de l’occasion pour rendre hommage à la ville hôte et à ses équipes : « Tout est bien fait ici. Tout est rodé, tout est parfaitement organisé. C’est quelque chose de solide, qui, je crois, peut vous permettre de relever d’autres défis tout à fait enthousiasmants. Ce succès, qui est un succès français, nous vous le devons en grande partie. »

Un soutien précieux et sans aucun doute appréciable, en cette période un peu particulière, où la cité des palmiers est officiellement candidate à l’organisation des épreuves de voile si Paris obtient les Jeux Olympiques de 2 024 (lire notre édition de demain jeudi) mais devra faire face à une concurrence sévère…

Jean-Pierre Giran, le député-maire d’Hyères a enchaîné : « Nous sommes très fiers d’avoir cette compétition. C’est une chance, qui nous permet notamment de décliner l’ambition nautique d’Hyères. Nous ferons le maximum pour réussir cette Sailing world cup… et pour obtenir les JO ! »

Mais trêve de discours. C’est désormais sur l’eau, et jusqu’à dimanche, que les meilleurs régatiers du monde vont s’expliquer. Premier départ ce matin à 11 h !

Tous droits réservés Var-Matin du mercredi 22 avril 2015 page 7, par Fanny Rocca